Evasion printanière au Jardin des Plantes de Toulouse

Il y a des jours comme ça, où l'appel du "dehors" est plus fort que tout pour moi. Ces jours-là, l'envie de sentir le grand air, de respirer le parfum des fleurs et du printemps se fait pressante ; celle de me balader sous le ciel bleu, réchauffée par le doux soleil d'une fin de matinée, me fait abandonner tout ce que j'étais en train de faire ; tandis que l'envie de capturer toute la beauté de la nature avec mon appareil photo guide déjà mes pas vers l'extérieur.

Il y a des journées comme ça, où mes envies de nature chamboulent mon programme, me font presser le pas et provoquent en moi une étincelle de bonheur qui ne fait que s'amplifier au fur et à mesure que la nature s'approche. Et quand, finalement, la nature est là, à portée d’œil, de main et de capteur le bonheur se transforme alors en plénitude ...

La plénitude ... c'est bien ce que j'ai ressenti ce matin de mars, au moment même où j'ai franchis la grande porte qui mène à ce petit coin de nature aménagé et préservé qu'est le Jardin des Plantes de Toulouse. Au cœur de cette ville agitée, je me suis sentie instantanément incroyablement bien, paisible, apaisée, face à ce magnifique écrin vert où sont disséminées ça et là de jolies sculptures et des bustes de personnages locaux notables.

Un bonheur n'arrivant jamais seul, le hasard m'a fait rencontré le chemin chantant d'une jolie mésange, venue se poser sur son abri alors que je m'apprêtais à le photographier. J'adore ce genre de coïncidences. Celles qui te donnent l'impression d'être au bon endroit au bon moment, le sentiment d'avoir la chance de voir quelque chose de beau parce que tu as pris le temps de regarder.

J'ai repris mon chemin, un grand sourire sur le visage, dans ce décor enchanteur, enchantée. Toutes les nuances de vert étaient là, exaltées par le soleil et magnifiées par le ciel merveilleusement bleu. Ici, des centaines d'espèces d'arbres cohabitent paisiblement, offrant un spectacle dépareillé et harmonieux à la fois, telle une forêt multicolore, cosmopolite, multiple.

Ici, il y aussi bien sûr des fleurs, toutes plus belles les unes que les autres. Délicates, merveilleuses et fragiles, elles inondent le Jardin des Plantes de couleurs, de douceur et d'arômes irrésistibles.

Ici, on peut aussi faire un voyage dans le temps grâce aux vestiges qui délimitent le Jardin des Plantes et ceux qui le décorent. La porte Bachelier, qui est l'entrée est du Jardin, date du 16e siècle et faisait partie du Capitole alors que la porte nord, dessinées par Virebent, date du début du 19e siècle. Au milieu du Jardin, c'est au 12e siècle que l'on est transporté avec un fragment du Château Narbonnais, le château médiéval qui abritait les Capitouls.

Et puis, ici comme ailleurs, la nature est tellement bien faite que les arbres et les fleurs collaborent pour offrir un spectacle magnifique et délicieusement odorant, un véritable régal pour les yeux et le nez, une évasion loin de la ville.

Lézardé par des dizaines de chemins dont on ne voit pas toujours le bout, plus ou moins larges, bétonnés ou non, le Jardin des Plantes est une véritable invitation à la déambulation contemplative, à l'évasion de la ville et du quotidien. Et au milieu de tous ces petits chemins plein de charme, la végétation, luxuriante et magnifique, offre une oasis de calme et de verdure.

Tout autour ce sont de jolis bâtiments qui agrémentent le paysage et apportent une touche de rouge, avec leurs briques, dans ce paysage magnifiquement vert et bleu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le paradis ultime, pour une passionnée de fleur comme moi, au sein du Jardin des Plantes de Toulouse c'est cet endroit aménagé à proximité de l'entrée nord où se trouve des petits carrés de merveilles ... une profusion de belles fleurs, de couleurs et d'insectes à observer et immortaliser !

Juste à côté de ce petit paradis se trouve l'entrée d'un autre univers merveilleux et énigmatique, celui des minéraux, du monde animal et de bien d'autres choses (mais je vous en parlerais une autre fois).

Un peu plus loin, je redécouvre avec bonheur le royaume de l'eau et des animaux. Au côté d'arbres magnifiques et impressionnants, coulent deux petits bras d'eau tandis qu'une belle cascade murmure à mes oreilles. Canards et tortues cohabitent paisiblement dans la petite étendue d'eau du Jardin, alors que les coqs se pavanent fièrement en tentent de m'impressionner avec leur chant dès que je m'approche d'eux.

Dans ce petit royaume, de jolis donjons miniatures fleurissent et, avec eux, des envies de retour en enfance pour se raconter des histoires merveilleuses dans ces adorables constructions ...

Et, comme pour boucler en apothéose cette boucle merveilleuse qu'a été cette balade printanière, le hasard m'a ensuite fait rencontré, à quelques mètres à peine de la sortie du jardin, le chemin d'un joli petit écureuil roux, à l'abri dans un arbre monumental et majestueux ...

Il y a des jours comme ça, où on a envie de quelque chose et où la vie nous offre beaucoup plus. Partie de chez moi avec une simple (mais dévorante) envie de nature, le Jardin des Plantes m'a finalement offert une parenthèse enchantée et une multitude de belles images, joyeuses et colorées, qui n'ont pas quitté mon esprit de la journée ...

2 Replies to “Evasion printanière au Jardin des Plantes de Toulouse”

  1. C’est en effet un très joli parc. Et puis il est parfaitement adapté pour une sortie en famille !

    1. Tout à fait ! Un très beau parc tout le monde 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.