Souvenirs du Cantal

Vous le savez, moi le Cantal je l'adore (et si vous ne le savez pas c'est très certainement que vous avez un (très) gros trouble de d'attention, je ne dis pas ça pour vous inquiéter mais bon ... quand même ...).

J'y ai passé toute mon enfance, mon adolescence et, maintenant que je vis à quelques heures de mon vert pays, je suis toujours heureuse d'y retourner. Parce que les souvenirs que j'ai là-bas sont tellement nombreux qu'il fait partie de moi, oui, mais aussi parce que c'est un bel endroit avec de charmants villages et des paysages magnifiques.

Mais cet article ne porte pas sur mes réminiscences cantalous (pour ça il y a rubrique entière), il porte sur les souvenirs de six blogueuses (merci à elles) qui ont bien voulu fouiller dans leurs archives et  leur mémoire pour vous raconter leur rencontre avec le Cantal et ce qui en a découlé.

Bonne lecture !

Sur les sentiers du Cantal …

"Les voyages se vivent 3 fois : quand on les rêve, quand on les vit, et quand on s'en souvient". Alors laissez-moi vous embarquer dans ma machine à remonter le temps. Je vous emmène dans le Cantal, au pays des volcans endormis … Imaginez :

Nous sommes au col de Prat de Bouc… Un troupeau de vaches paissant paisiblement près d'un ruisseau nous regarde grimper vers le Plomb du Cantal, sac sur le dos. Le son des clarines nous accompagne, ainsi que de gros nuages noirs … Bientôt un épais brouillard recouvre entièrement le paysage, et la pluie au sommet nous prive du panorama …

Le lendemain, c'est sous un soleil éclatant que nous partons à l'assaut du Puy Griou, au départ du petit village de Mandailles. L'ascension finale de ce dôme de phonolite (pierre qui sonne quand on tape dessus) est assez technique, à la limite de l'escalade même par endroits, mais le panorama à 360° qui nous attend là-haut pour le pique-nique est tout simplement extraordinaire !

Nous voilà maintenant sur la ligne de crête des fours de Peyre Arse, entre le Puy Mary et le Puy de Peyre Arse, pour une longue mais fabuleuse randonnée de 15,5 kilomètres. La fameuse Brèche de Rolland, que j'ai tant de fois vue de loin, est là devant moi… Je sais que je vais trembler en franchissant ce passage délicat mais en même temps, j'en ai tant rêvé ! Un moment inoubliable …

Le jour suivant, un problème de balisage nous oblige à faire demi-tour au beau milieu de ce qui devait être un circuit. Forcément, on est un peu frustrés, mais les superbes paysages de ces alentours du Puy Violent nous font vite oublier ce contretemps.

La pluie qui s'invite le lendemain nous donne l'occasion d'aller aux burons de Salers : une visite très instructive et passionnante qui nous livre tous les secrets du fromage, de la vache Salers et de la gentiane.

Puis on se retrouve dans les Gorges de la Jordanne, somptueuses et envoûtantes, que l'on longe sur un parcours aménagé de 2 kilomètres. S'ensuit une petite randonnée de 5 kilomètres qui nous permet de découvrir les sources de la Jordanne, au milieu des Salers et de magnifiques paysages.

Imaginez aussi des marmottes, des lys martagons et des gentianes, des truffades et des petits villages aux toits de lauze ….

Notre semaine de vacances dans le Cantal en août 2016, c'était tout ça et bien plus encore …

Sylvie, du blog Randonnées pour petits et grands

Au vert et la nature à perte de vue

En 2011, nous avons été délogés de notre chère Bretagne. La cause ? Un anniversaire à fêter tout près de Mende en Lozère. La route est longue pour une bretonne alors nous avons décidé d'effectuer une halte. Carte de France en main, ni une ni deux, notre choix s'arrête sur le Cantal que nous ne connaissions pas du tout ! Grand bien nous fasse, ce choix s'est avéré parfait pour une petite escapade en famille.

Durant deux petits jours, nous avons sillonné les routes d'une petite partie du Cantal.

Notre première étape nous a mené à St-Flour. Cette petite ville est surprenante de part son positionnement. Perchée sur un rocher à 900 mètres d'altitude, la ville haute a un charme fou. De la route, nous n'avons pas pu la manquer et nous avons décidé d'y faire une petite étape matinale. La ville basse, située dans la vallée de l'Ander, semble plus discrète (car moins imposante) mais c'est ici que bat le cœur de la ville.

La cité du vent (selon un poème de Camille Gandilhon Gens d'Arme) porte bien son nom ce jour-là. Nous sommes en juin, il fait chaud mais le vent souffle fort à cette altitude. Je tiens bien ma fille pour qu'elle ne s'envole pas !

Nous commençons par monter vers le promontoire rocheux. Une fois là-haut, il est certain que la vue est superbe !

C'est ensuite un âne qui nous accueille lorsque nous nous garons dans la ville basse, pour le plus grand plaisir de ma fille.

Nous quittons St-Flour ravis de cette découverte et tentons de trouver un coin pour le pique-nique. A 3/4 d'heure de St-Flour, nous voilà non loin du Puy Mary, volcan qui culmine à 1783 mètres. Nous trouvons facilement un joli coin de verdure pour un déjeuner en famille.

J'ai le souvenir d'un soleil franc, d'un dépaysement total et d'une nature verdoyante sublime, où les reliefs nous offrent de beaux points du vue : réminiscence d'un bonheur simple en famille.

Lili, du blog Jolis Voyages

Séjour au pays des volcans

J'ai découvert le Cantal il y a plus de 15 ans, pendant les grandes vacances d'été. Je ne me souviens plus exactement de tout mais pas mal de choses m'ont marqué durant mon séjour.

Mon premier souvenir ? Le Viaduc de Garabit ! J'ai été impressionné par la taille et la beauté de cette œuvre de "Monsieur Tour Eiffel", qui trône fièrement au-dessus des gorges de la Truyère.

Quoi d'autre ? Ah oui, le Puy Mary... je m'en souviens trrèèèsss bien ! En effet, fascinée par les volcans, j'étais toute contente à l'idée d'en voir un "pour de vrai" ! Mais il y a un truc que je n'avais pas prévu... c'est d'en faire l'ascension ! Amatrice de randonnées aujourd'hui, je l'étais beaucoup moins à l'époque... même pas du tout ! Pioufff, ça grimpait- dur, très dur ! Mais je me souviens du sommet, de cette vue magnifique... finalement ce n'était pas si terrible !

Aussi, tant qu'à parler de volcans, je me rappelle d'une petite curiosité : les anciennes coulées de lave. Ce n'est pas grand-chose, mais j’étais littéralement impressionnée par ces petites trainées noires visibles par ci, par là, dans le paysage. J'essayais d'imaginer ce à quoi pouvait ressembler le Cantal des millions d'années en arrière, lorsque les volcans étaient encore actifs...

Après les balades sur les anciens sommets volcaniques, direction le bord de l'eau ! Les paysages variés, ça c'est vraiment quelque chose que j'avais beaucoup apprécié dans la région ! J’ai souvenir d'une agréable promenade en bateau sur le lac de Bort-les-Orgues, à proximité du château de Val que j'ai trouvé magnifique ! Installé en bordure du lac, il semblait tout droit sorti d'un conte de fée avec son style très médiéval. J'ai adoré cette visite !

Enfin, bêtement, je me souviens du barrage de Grandval. Pas grand-chose à dire... c'est juste un barrage, mais je crois que c'est l'un des premiers que j'ai vu et c'est pour ça qu'il m'a marqué.

Je constate que mes souvenirs du Cantal sont quand même assez lointain... je pense qu'il serait temps pour moi de me rafraîchir la mémoire, à l'occasion d'un nouveau séjour dans ce petit département ma foi très sympathique ! 🙂

Sarah, du blog Heritage and Travel

Souvenirs givrés

Je me souviens de mon premier séjour dans le Cantal. C’était durant l’hiver 2006. Notre fille avait moins d'un an, nous étions de jeunes parents fatigués qui avions envie d’un peu de repos et de temps à 2. Ce fut donc en amoureux que nous avions découvert Salers, vidée de ses habitants, juste avant Noël. A l'époque nous ne possédions ni voiture ni permis de conduire. Alors le trajet depuis Paris fut effectué en avion et en taxi... un petit périple en soi ! Nous avions trouvé dans le Cantal ce que nous étions venu y chercher : beauté, calme et repos.

10 ans plus tard, nous sommes retournés dans le Cantal. Cette fois-ci avec nos 2 enfants, pour y rejoindre des amis. C’était au lendemain du nouvel an 2017, une étape de 2 nuits sur le trajet retour de Barcelone vers Paris. Et oui, entre temps nous avons passé le permis de conduire !

Je me souviens y avoir apprécié le même climat : peu de neige mais un paysage totalement givré. Prairies, arbres, maisons avaient disparu sous un bel habit blanc argenté. Nous avons également retrouvé le plaisir de la truffade, intact. Humm, quel régal ! Les belles vaches de salers nous ont tenu compagnie, comme c'était déjà le cas 10 ans auparavant. Nous avons été accueillis dans une grande maison, ou cohabitaient 2 ânes, un chat et un chien, pour le plus grand plaisir des enfants.

Nous avons profité de ce séjour pour visiter le barrage du Ribeyrès et son pont suspendu. Le temps était clément, les enfants ont adoré se prendre pour Indiana Jones ! Ce fut également l'occasion de visiter le village de Laroquebrou. Avec ses 900 habitants, son château fort en haut du village et sa monumentale statue de la vierge, ce fut une belle découverte.

La prochaine fois, je ne sais pas si nous testerons le Cantal au printemps ou en été, mais une chose est sûre : nous reviendrons !

Irène, du blog Les Enfants Voyageurs

Comment je suis tombée amoureuse du Cantal

Je ne me rappelle pas exactement la première fois que je me suis rendue dans le Cantal, mais je ne devais pas avoir plus de 6 ou 7 ans. Mes parents avaient loué une maison dans un tout petit village d’une cinquantaine d’âme près de Maurs. Nous occupions en l’occurrence l’étage supérieur de la mairie du village ! Et chaque année, avant d’arriver au village il y avait un nombre incalculable de virages sur la route : mon grand frère, ma petite sœur et moi étions presque toujours malades (avec le recul, je plains mes parents !).

Les lacets passés, nous pouvions enfin apercevoir la maison au bout du chemin. Nous allions nous dégourdir les jambes dans le jardin en laissant à nos parents le soin de décharger la voiture (bouh les ingrats) et de libérer enfin le chat de sa caisse. Nous entendions alors le maire du village arrivé ; un gentil monsieur jovial, un agriculteur avec son fort accent auvergnat ; et sa chienne. Ah Lison ! La gentille bergère allemande à qui on a sûrement dû en faire voir de toutes les couleurs. Elle nous attendait chaque été et venait aboyer gaiement à notre arrivée. Qu’est-ce qu’on a pu en passer des étés dans ce jardin, ou à nous promener dans les forêts alentours !

C’est pendant ces années-là que j’ai appris à aimer cette région. Même si ensuite, il nous a fallu trouver un autre lieu d’hébergement. Une autre ferme d’ailleurs. Un lieu que j’ai côtoyé pendant presque tous les étés de mon adolescence, toujours près de Maurs, et dans lequel j’ai eu la chance de retourner il y a deux ans (j’en parle d’ailleurs ici). C’est aussi à cette période-là que mes souvenirs de visite sont les plus forts : la belle Salers, le Puy Mary, quelques châteaux, des champs de maïs desquels on doit se sortir en répondant à des questions, Aurillac et son festival de rue en Août…

Le Cantal est un département qui m’est cher et qui a toujours su me déconnecter a moment où j’en avais sûrement le plus besoin. Et même si aujourd’hui, je ne peux plus y retourner aussi facilement (je ne conduis pas), je ne désespère pas d’y retourner un jour ☺

Tiphaine, du blog Mes petits Carnets

Le Cantal, la face sauvage de l'Auvergne

Du Cantal, je garde des souvenirs d'un coin aussis sauvage qu'intenses. Il faut savoir qu'il y a une vingtaine de vallées glaciaires dans les Monts du Cantal, ce qui rend le paysage escarpé, parfois vertigineux, mais surtout parfait pour les randonneurs et les amoureux de paysages grandioses.
Ces paysages grandioses, je les aies découverts aux abords du printemps, lorsque je suis allée randonner jusqu'au Puy Violent, avec des montées à couper le souffle, le souffle coupé devant les montagnes et toute cette beauté. C'est vraiment un coin dans lequel j'ai aimé randonner, et que je regrette de ne pas avoir pu explorer davantage. Si vous avez envie de randonner dans le Cantal, n'hésitez-pas à vous renseigner sur le GR400 qui permet de trouver des circuits de marche dans les Monts du Cantal.
J'en ai aussi profité en plein hiver, en faisant du ski au Lioran, une station de ski dans laquelle je me suis rendue à plusieurs reprises quand j'habitais Clermont-Ferrand. Cette station de ski est vraiment idéale, accessible en train, juste à côté de la gare, avec des arbres et de nombreuses pistes ... J'ai eu la chance de skier dans un peu moins d'une dizaine de stations et celle-ci est vraiment chouette et particulièrement accessible pour les gens qui voyagent sans voiture (dédicace à la #TeamSansVoiture).
De l'Auvergne, j'ai déjà voyagé dans 3 départements sur 4 et si j'ai adoré vivre dans le Puy-de-Dôme et ses volcans à perte de vue, je garde un très beau souvenir du Cantal et de sa nature intacte.

Laurianne, du blog Un pied dans les nuages

---

Et vous, quels sont vos souvenirs du Cantal ?

10 Replies to “Souvenirs du Cantal”

  1. Superbe article. Je ne suis jamais allée dans le cantal mais maintenant j’ai bien envie d’aller y promener. Merci pour cette belle découverte

    1. Merci à toi ! Et si tu vas dans le Cantal et que tu as besoin de conseils ou d’avis n’hésites pas, je me ferais un plaisir de t’aider 🙂

  2. Ahhhh ! Très sympa de découvrir les textes des filles ! ça me donne envie de filer direct pour faire du camping dans le Cantal ! Merci Pauline !

    1. J’ai adoré vous lire toutes, c’est super intéressant d’avoir vos points de vue, coups de cœur, anecdotes sur cet endroit si cher à mon cœur !
      Encore merci pour ta participation Lili 🙂

  3. Nos souvenirs à toutes sont bien différents ça c’est sûr, mais par contre nous avons un point commun : la même envie de retourner dans le Cantal ! C’est bien la preuve que le Cantal exerce un réel magnétisme sur ceux qui y posent les pieds… Après la lecture de tous ces textes j’ai comme une envie de Cantal en hiver moi maintenant… En attendant, merci encore de m’avoir invitée à participer à cet article, c’était une expérience très sympa et enrichissante ! J’ai adoré !

    1. Oui c’est vrai qu’ils sont bien différents mais c’est aussi la preuve de toutes les richesses du Cantal (en plus de son magnétisme naturel ^^)
      Pour l’hiver il n’y a quand même plus autant de neige qu’avant malheureusement, il faut bien choisir sa période !
      Et pour l’invitation c’est avec grand plaisir, c’est toujours sympa d’avoir le ressenti d’autres personnes sur un endroit qu’on aime (surtout quand il est positif !)

  4. Quelles richesses offertes par ce département sur les flancs de son volcan et par vous autres blogueuses tombées sous leurs charmes !
    De plusieurs séjours alors que notre fils aîné travaillait à RIOM ES MONTAGNES, j’avais rassemblé une dizaine d’articles ici sur mon ancien blog: http://f6mig.canalblog.com/archives/massif_central___cantal/index.html
    (J’arrive ici depuis Sylvie randos)
    Belles balades

    1. Oui le Cantal est tellement plus riche que ce que les gens imaginent ! Il y a tellement de choses à découvrir entre les magnifiques espaces naturels et les villages rivalisant de charme, la gastronomie, etc.
      Merci pour votre passage ici, belle journée à vous 🙂

  5. C’est top d’avoir la vision de plusieurs personnes sur le Cantal. Et les avis sont unanimes et en font des éloges donc j’étais déjà convaincue maintenant je n’ai plus d’excuse sinon celle de ne pas avoir assez de jours de congés 🙂

    1. Les avis ne peuvent que être unanimes, le Cantal c’est génial voyons ^^ Contente que ce patchwork de récits de souvenirs cantalous te conforte dans ton idée d’y aller en tout cas 🙂 Et oui c’est une vraie plaie que les jours de congés ne soient pas illimités, on est bien d’accord !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.