Une journée dans le Lauragais

Le Lauragais, situé en partie en Haute-Garonne, dans le Tarn et l'Aude, fait partie des régions historiques, à proximité de Toulouse, qui débordent de richesses à découvrir le temps d'une (ou plusieurs) journée. C'est ce que nous avons fait durant un beau week-end de février en 2014.

Loubens-Lauragais, point de départ de notre balade

C'est pour profiter d'un séjour tables d'hôtes que l'on nous avait offert, que nous nous sommes retrouvés à Loubens-Lauragais, à une trentaine de kilomètres à l'est de Toulouse et toujours en Haute-Garonne, dans ce Lauragais que nous ne connaissions pas vraiment, lors d'un week-end d'hiver ensoleillé.

Pour arriver à notre lieu de villégiature temporaire, nous avons traversé le paisible village de Loubens-Lauragais, un joli bourg aux rues étroites et bordées de maisons en briques comme les environs de Toulouse en compte tant. Et une fois arrivés sur place, avec vue sur ce charmant bourg, l'enchantement a continué.

Accueillis chaleureusement à La Ferme de Loubens (qui depuis a changé de propriétaire - mais heureusement pas de déco - et ne fait plus partie des destinations Bidulebox), dans la magnifique chambre du photographe, nous étions ravis de notre choix avant même d'avoir commencer à nous balader.

Jour de marché à Revel

Après une bonne nuit de sommeil dans notre jolie chambre, nous avons commencé notre exploration de la région, grâce à un petit itinéraire concocté par notre hôte. Nous avons pris la direction de Revel, toujours en Haute-Garonne, pour voir son joli (et célèbre) marché.

Classé parmi les 100 plus beaux marchés de France, le marché de Revel se tient le samedi matin depuis plus de 600 ans (!) dans et autour des Halles du Beffroi. La bastide de Revel (qui signifie "au nom du roi") a été fondée au 14e siècle sur ordre du roi Philippe VI. Cette cité médiévale s'est construite autour d'une place centrale sur laquelle se trouve ces halles historiques.

Couverte de milliers de tuiles roses, la charpente de ces halles sont supportées par une forêt de piliers, donnant à l'ensemble un caractère singulier. Surmontées d'un beffroi, ces halles font aujourd'hui partie des bâtiments emblématiques de Revel.

Lors de notre passage à Revel, un samedi matin donc, le marché battait son plein sous un ciel bleu clair d'hiver, la place était couverte d'étals colorés, l'ambiance joyeuse, bruyante. Le cadre parfait pour débuter notre découverte du Lauragais donc !

Pour prolonger un peu cet agréable moment à Revel, on a pris un café sous les arcades qui entourent la place en regardant les gens allaient et venir avec leurs paniers ou leurs sacs remplis de beaux produits locaux. On a hésité un moment à acheter nous-même certains fruits et légumes mais la perspective de les promener en voiture pendant toute la journée ne nous convenait pas. On est donc reparti sans produits locaux mais avec plein d'images colorées en tête !

Trop occupée à profiter de l'ambiance de Revel je n'ai pas fait de photos ! Merci donc à Corentin et Sophie du blog Souvenirs d'Ailleurs pour le prêt !

Sorèze et son Abbaye-école

Dans les rues de Sorèze

Après un déjeuner dans un restaurant de Revel qui n'existe plus (je ne m'attarde donc pas sur le sujet !), nous avons pris la route en direction de Sorèze, dans le Tarn.

Connue pour son passé historique prestigieux lié à l'enseignement, et notamment pour son Abbaye-école, la commune de Sorèze est un village de caractère dans lequel il fait bon flâner.

Avant d'aller visiter l'Abbaye-école, on a déambulé un petit moment dans les petites rues du cœur de ville qui nous ont offert une belle promenade, agréable et paisible. Dans ces rues, les maisons en pierre se succèdent et dévoilent leurs belles façades aux boiseries colorées, le lierre rampe sur les murs et ajoute charme et caractère à l'ensemble. La passionnée de portes et fenêtres que je suis était aux anges !

Ruisseau d'Orival

Pas de panique, on l'a retrouvée !

L'Abbaye-école de Sorèze

En plein cœur de Sorèze, trône, fière, l'Abbaye-école, emblème de la ville et monument historique prestigieux. Fondée en 754, cette abbaye bénédictine doit sa renommée au mode d'enseignement novateur qu'elle a mis en place dès le 18e siècle et jusqu'à sa fermeture en 1991.

En raison des richesses qu'elle abritait, elle a connu de nombreux assauts au cours de son histoire, elle a été pillée et brûlée à de nombreuses reprises. C'est en 1638 que le bâtiment tel que nous le connaissons encore aujourd'hui, quatre ans de travaux seront nécessaire aux bénédictins pour faire renaître l'abbaye après ses destructions partielles successives.

En 1682, elle devient un collège de renom, elle devient même Ecole royale militaire à l'époque de Louis XVI et accueille alors des élèves du monde entier. en 1793, à la suppression des écoles royales militaires, elle devient une école privée, finalement reprise par les dominicains en 1854, jusqu'à sa fermeture en 1991.

Depuis 1988, le bâtiment est classé au titre des Monuments Historique et il abrite, depuis 2015, le musée Dom Robert et de la tapisserie du XXe siècle.

Au moment de notre visite, le musée n'était pas donc pas encore en place mais la richesse culturelle et historique du lieu était suffisante pour nous occuper une bonne partie de l'après-midi.

Après un passage dans la cour intérieure principale, nous avons visité plusieurs pièces de l'Abbaye-école et découvert ses richesses architecturales.

Si, vu de l'extérieur, le bâtiment parait assez classique et peu travaillé, à l'intérieur c'est réellement une autre histoire, notamment dans les Salles des Illustres.

Ancienne salle des fêtes édifiée en 1857, cette pièce abrite aujourd'hui des dizaines de bustes d'hommes qui ont marqué l'histoire du lieu, des noms comme Caffarelli, Déodat de Séverac, qui résonnent dans nos oreilles d'habitants de Toulouse.

Puis on a découvert la Chapelle de l'Abbaye-école et d'autres salles, occupées par des objets ayant un lien avec ce lieu historique. On a ensuite traversé la "Salle des Chaises" avec ses chaises cathédrales surmontées de photos pour ensuite rejoindre la partie école.

Là, on a pu découvrir les chambres des élèves à la décoration sommaire, des salles de classe ou encore des bureaux. Dans chacune de ces pièces du mobilier ou des objets d'époque donnaient à voir un peu de l'histoire du lieu, nous offrant une véritable balade dans le temps mais aussi hors de lui.

Pour tout savoir sur l'histoire de l'abbaye-école, je vous recommande ces deux sites :

Le lac de Saint-Ferréol à Revel

Après cette balade entre les vieilles pierres de l'abbaye-école, on a ensuite eu envie d'un peu de nature, on est donc retournés en Haute-Garonne, à Revel, pour voir le Lac de Saint-Ferréol.

Lac de barrage de la Montagne Noire, situé sur la rivière Laudot, le Lac de Saint-Ferréol est le principal réservoir en eau du Canal du Midi. D'une superficie de 67 hectares, le lac est alimenté à la fois par le Laudot et par la Rigole de la montagne, un des canaux d'alimentation du Canal du Midi, grâce à la percée des Cammazes (je vous en parle juste après) réalisée par Vauban.

Lieu de baignade très prisé en été, le tour du lac était, ce jour-là, désert, de quoi nous offrir une belle parenthèse nature, teintée de calme et de sérénité.

NB : L'ensemble Sorèze, Revel et Saint-Ferréol fait partie des Grands Sites Midi-Pyrénées, label régional visant à valoriser et préserver les sites d'intérêts du territoire.

La voûte Vauban aux Cammazes

Egalement appelée percée ou tunnel des Cammazes, cet ouvrage historique a été conçu par Vauban pour conduire les eaux de la Rigole de la montagne jusqu'au Lac de Saint-Ferréol et en augmenter le niveau.

Construit entre 1686 et 1688, ce tunnel voûté de 122 mètres de long et 3 mètres de large est une partie de l'édifice Canal du Midi et il est donc, à ce titre, classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1996 et au titre des Monuments Historiques depuis 1997.

Si nous connaissions déjà le Lac de Saint-Ferréol, cet ouvrage-là nous était par contre totalement inconnu. Nous avons donc découvert le lieu avec plaisir et, comme les explications sur place n'étaient pas très nombreuses, nous avons cherché son histoire sur internet.

Je n'ai par contre pas pris de photo de la Voûte et vous invite donc à consulter le site du Canal du Midi pour en voir ou, mieux, à vous y rendre !

Saissac et son château cathare

Après ces deux belles parenthèses aquatiques, nous avons ensuite retrouvé les pierres dans le joli village de Saissac, dans l'Aude cette fois. Petite commune située à 467 mètres d'altitude, sur les contreforts de la Montagne Noire, Saissac est situé sur un balcon naturel et domine la gorge de Vernassonne et la plaine du Lauragais.

Dès le 10e siècle, le nom de Saissac apparaît dans les écrits, il fait alors référence à un domaine et non pas à un village. L'histoire de la commune est liée à celle de son château et c'est seulement au 12e siècle qu'un "village castral" ou "castrum" est construit.

Vers le 13e siècle, le village est déplacé vers son emplacement actuel, il devient ensuite, un siècle plus tard, un village fortifié qui sera partiellement détruit pendant les guerres de religion.

Au Moyen-Âge le village de Saissac doit sa croissance à la force de l'eau qui la traverse. Au 15e siècle la draperie et les moulins se développent dans la commune et l'industrie textile fait la renommée du village jusqu'à la fin du 18e siècle.

Pendant la Révolution Française, le château est confisqué puis vendu comme bien national, les propriétaires se succèdent, une société de chasseur de trésor l’acquière, le fouille et dynamite le donjon en vain puisque le "trésor de Saissac" (2000 deniers de la fin du 18è siècle) ne sera découvert qu'en 1979.

En 1994, le château et ses abords sont rachetés par la commune puis, de 1996 à 2000, des travaux de consolidation sont entrepris. Aujourd'hui, deux salles dans l'esprit du 16e siècle ont été réhabilitées et peuvent être visitées.

Lors de notre promenade à Saissac, nous n'avons pas visité le château, on s'est contenté d'une balade à travers les petites rues du village, une promenade très agréable au milieu des vieilles pierres, où résonnait parfois le bruit de l'eau coulant ici et là, preuve du passé industriel de la commune.

J'ai été vraiment charmée par ce petit village tout en pierre, tout en caractère, avec sont château en ruine, ses maisons qui semblent se dorer au soleil et ses points de vue sur les plaines et les Pyrénées ...

La Tour Grosse
La Tour Grosse

Le Château de Saissac
Le Château de Saissac
Vue sur le village depuis la Rue Bertrand de Saissac
Vue sur le village depuis la Rue Bertrand de Saissac

Le Bassin du Lampy

A quelques kilomètres de là, toujours sur la commune de Saissac, nous avons ensuite découvert le Bassin du Lampy. Autre réservoir (le plus élevé) du Canal du Midi , il est également inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Une première retenue d'eau a été construite au 17e siècle par Pierre-Paul Riquet, au lieu-dit qui se nomme aujourd'hui Lampy-Vieux. La deuxième retenue, celle que l'on connait aujourd'hui, appelée Lampy-Neuf, date elle du 18e siècle. Peu de temps après sa construction, on s'est aperçu qu'elle fuyait, de la chaux vive a donc été versé dans les réservoirs pour boucher les failles.

Entouré par une véritable forêt d'arbres divers et variés, ce bassin paisible nous a charmé. Lieu de baignade et d'activités nautiques également très prisé en été, c'était ce jour-là, apaisant et agréable, de se balader autour de cette vaste étendue d'eau.

Saint-Félix-Lauragais et les Pyrénées

Pour clôturer notre belle journée dans le Lauragais, nous avons enfin fait étape à Saint-Félix-Lauragais, ancienne bastide de charme perchée sur une crête calcaire, face aux Pyrénées.

Le territoire de la commune est habité depuis le Néolithique, on peut d'ailleurs une partie des artefacts retrouvés sur place au Muséum de Toulouse. Aujourd'hui, le village compte de nombreux bâtiments historiques parmi lesquels la Collégiale Saint-Félix, la Halle, la maison natale de Déodat de Séverac, le Pont Vieux de Cailhavel, le Château et ses remparts.

Lors de notre visite à Saint-Félix-Lauragais, nous avons flâner un peu dans les rues avant de rejoindre le belvédère, juste à côté du Château et dans l'enceinte des remparts. Là, on a observé un moment la vue sur la Collégiale Saint-Félix, les vallées environnantes et les Pyrénées, magnifiques, imposantes même à cette distance.

Collégiale Saint-Félix

Collégiale Saint-Félix

On a ensuite repris la route en direction de Loubens-Lauragais alors que la lumière du jour déclinait, on s'est arrêté quelques minutes pour photographier les éoliennes de Saint-Félix-Lauragais, l'occasion pour nous de jouer avec la perspective et d'admirer les couleurs du Lauragais.

Pour rejoindre notre nid douillet du week-end, on a traversé une grande partie du Lauragais, j'ai regardé les paysages défiler, les ombres des arbres s'allongeaient au fur et à mesure que l'heure avançait, on était bien dans ce joli paysage, dans cette carte postale grandeur nature ...

Et voilà, maintenant j'ai envie d'y retourner !

---

Tous les lieux évoqués dans cet article, et notre itinéraire en une la carte :

Épinglez-moi !

12 Replies to “Une journée dans le Lauragais”

  1. ça me rappelle tellement mon enfance … bon le Comminges est nettement plus beau ^^ mais ça se ressemble quand même :p

    1. Je connais finalement assez peu le Comminges, faudra que j’aille y faire un tour !

  2. Ca fait longtemps qu’une copine me propose à peu près cette sortie, tu me confirmes que c’est une bonne idée!

    1. Oh oui ! Cède a l’appel de ton amie sans hésitation 😉

  3. Comme ton article me donne envie de re-tourner dans ma région d’enfance pour essayer d’en capturer quelques instants 😉 J’ai beau avoir fait le marché de Revel des centaines de fois, je n’ai pas une seule photo de celui-ci, mais j’imagine que c’est toujours la même chose, on ne prend pas le temps de regarder ce qui nous entoure 🙂
    Merci beaucoup pour cette journée dans le Lauragais !

    1. Avec plaisir ! C’est pas toujours facile de sortir son appareil photo quand on est au milieu de ses voisins ^^ Mais c’est un bel exercice de prendre en photo les lieux de son enfance et des fois ça permet même d’en découvrir d’autres facettes ! Je te souhaite donc d’y retourner très bientôt pour faire plein de jolies photos de ta belle région 🙂

  4. Chouette reportage à lire, et qui présente bien notre région. Merci 🙂

    1. Avec plaisir, j’ai beaucoup aimé votre région ! Merci à vous pour votre commentaire 😊

  5. Une très belle balade dans nos si beaux villages de France. Merci Pauline 😉

    1. Merci à toi Cécile 🙂

  6. Certainement une belle région à découvrir pour moi qui ne la connait pas. Bonne journée à toi.

    1. Oui c’est vraiment un joli coin ! Bonne journée à toi aussi 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.