La Baie de Roscanvel et le Cimetière de bateaux de Rostellec #EnFranceAussi

Cet article participe au rendez-vous #EnFranceAussi créé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs. Le thème de ce mois-ci « Cimetières » a été choisi par Audrey du blog Arpenter Le Chemin. Au premier abord, ce thème ne m’a pas trop inspirée car, contrairement à Audrey, je ne suis absolument pas taphophile. Et puis, hier, surgit de nulle part, m’est revenu le souvenir du Cimetière de Rostellec et l'histoire de la Baie de Roscanvel où il se trouve.

Juillet 2018, nous sillonnons un petit bout du Finistère en van pendant quelques jours. Pointes rocailleuses avec vue sur la mer, paysages et plages magnifiques, délices culinaires bretons, vieilles pierres et jolis villages… Ce séjour breton nous régale en tout point ! Pendant ce court mais beau séjour, nous découvrons tout un tas de lieux dont nous n’avons jamais entendu sur cette si célèbre, elle, Presqu’île de Crozon. Comme le Cimetière de Rostellec.

Balade dans la Baie de Roscanvel, en Presqu’île de Crozon

Notre balade bretonne a commencé dans la partie sud de la Presqu'île, avec les incontournables Cap de la Chèvre, Pointe de Dinan et Pointe de Pen-Hir. Et puis on est remontés vers la partie nord, sans trop savoir ce qu'on y trouverait. Le Routard acheté pour l'occasion nous a mis à l'eau à la bouche concernant quelques lieux, et pour le reste, on a laissé faire le hasard et les coups de cœur au fil de la route.

Les îles de la Baie de Roscanvel

Nichée entre la presqu'île de Roscanvel et l'Île Longue, à l'extrémité sud-ouest de la rade de Brest, la Baie de Roscanvel mouille la côte nord de la Presqu’île de Crozon. Elle doit son nom à un mignon petit village où se trouve une église au clocher cornouaillais, l’église Saint-Eloi. Face au village, baignant dans la Baie, se trouvent deux îlots à l'allure singulière et au triste passé : l’île Trébéron et l’île des Morts.

Au 18e siècle, la première a servi de zone de quarantaine pour les marins de retour d'expédition en zone tropicale où régnaient des maladies épidémiques. Les marins qui ne parvenaient pas à guérir étaient enterrés sur l'île des Morts. Au 19e siècle, l'île des Morts accueille un magasins à poudre pour ravitailler l'arsenal de Brest. Un cimetière est alors construit sur la pointe nord de l'île Trébéron.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les ilots sont finalement abandonnés et rendus à la nature qui a, depuis, tout recouvert d’un épais manteau vert. Elles sont aujourd'hui interdites d'accès, classées zones protégées et entretenue par la Marine et le Conservatoire du Littoral. A l'heure actuelle, une mise en valeur des vestiges et de l'histoire de ces deux îles singulières est envisagée.

L’Anse de Rostellec : un lieu marqué par les activités marine

De l’autre côté de la Baie, côté Île Longue, se trouve une petite anse dans laquelle les activités en lien avec la mer ont toujours été nombreuses. A partir du 17e siècle, l’Anse de Rostellec est jugé par la Marine comme étant un lieu propice pour durcir le bois en vue de la construction navale. Des pieux en bois sont alors installés sur l’estran et restent là de manière prolongée jusqu’à leur utilisation pour construire des bateaux.

Cette activité est finalement abandonnée durant le 19e siècle pour laisser place à la pêche à la coquille et à l’ostréiculture, comme dans l’ensemble de la rade de Brest. A partir de 1957, la construction navale se développe à nouveau sous l’impulsion du charpentier de marine Auguste Tertu. Son chantier, installé sur la grève, anime l’Anse de Rostellec jusqu’en 1981. Aujourd’hui, seul un ostréiculteur est encore en activité.

Auguste Tertu, figure emblématique de Rostellec

Auguste Tertu a tout d'abord était charpentier au Fret, à quelques kilomètres de Rostellec, avant d'installer son chantier dans la Anse. Il aurait dessiné et construit plus de mille bateaux de toute sorte : petits, grands, à moteur, à voile, pour la pêche ou pour le loisir. A travers la Bretagne, ses bateaux étaient rapidement identifiés comme étant les siens, leurs formes singulières mais aussi leur navigabilité indiquant leur provenance.

Pour en savoir plus sur Auguste Tertu, je vous invite à consulter ce site : chantierbrava.com

Le Cimetière de bateaux de Rostellec

Le Cimetière de bateaux de Rostellec, qui a pris place dans l’Anse du même nom, est le témoin de l'importante histoire marine du lieu. Beaucoup des coques qui s’y trouvent sont le fruit du travail d’Auguste Tertu. Elles témoignent de son savoir-faire mais aussi de l’évolution de la connaissance sur la construction navale. On y trouve des bateaux de pêche anciens mais aussi des bateaux citerne à eau qui ravitaillaient les îles de Sein et Molène.

Se promener parmi ces épaves, plus ou moins bien conservées, créé, je trouve, un sentiment particulier. Parmi ces coques sur lesquelles la peinture s’écaille, s'effrite, la fascination se mêle à la mélancolie. La fascination pour la construction précise, durable, malgré un matériau que l'on imagine figé et fragile. Et puis la tristesse, face à ces embarcations qui n'embarqueront plus personne justement et qui ne quitteront plus cette anse.

Eventrées ou encore intactes, partiellement colorées, ces épaves ont toutefois une nouvelle destinée ... Elles invitent à la rêverie et font voguer l'imagination vers des échappées marines d'une autre époque. Avec leurs allures de squelettes de baleines échouées, elles se créent une autre dimension et immergent encore un peu plus le promeneur dans l'univers marin de cette Anse, profondément ancrée dans l'histoire de la mer.

Le rendez-vous #EnFranceAussi

Pour découvrir les autres articles sur le thème "Cimetières" de ce mois de novembre, consultez la carte ci-dessous :

Epinglez-moi !

10 Replies to “La Baie de Roscanvel et le Cimetière de bateaux de Rostellec #EnFranceAussi”

  1. Qui osera encore dire après ça qu’il ne fait jamais beau en Bretagne??? Jolies photos!

  2. belle interprétation du thème ! et superbes photos !

  3. Une belle idée que tu as eue pour illustrer ce thème.

  4. Magnifique ça me rappel notre séjour là bas.

  5. Quel lieu étrange et onirique que ce cimetière de bateaux ! Certaines épaves ont vraiment l’air de carcasses à l’échine à nu. Une question reste cependant : personne ne les envoie à la ferraille pour récupérer ce qui peut l’être ?

  6. On imagine bien la mélancolie des lieux, mais il y a aussi une certaine poésie. Et tes photos sont magnifiques. Merci pour cette découverte !

  7. Une page d’histoire hyper intéressante de ce coin du monde!

  8. Il y a de très jolis bateaux, cela me rappelle les quelque vieilles coques exposées le long de la jetée de Concarneau ! 🙂

  9. Quel site incroyable ce cimetière de bateau… et très photogénique en plus ! Ca me donne bien envie de découvrir ce coin de Bretagne 🙂

  10. Impressionnant ! Et de toute beauté. Ca paierait à mes enfants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.