Singularités et secrets du patrimoine religieux toulousain #EnFranceAussi

Cet article participe au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi créé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs. Et ce mois-ci c'est Plume du blog Expériences en Famille qui a choisi notre thématique d'écriture : "Patrimoine religieux". Dans le cadre du rendez-vous #EnFranceAussi, vous pouvez gagner un guide offert par Gallimard (détails en dessous de l'article) et consultez toutes les participations des blogueurs sur la page Facebook dédiée, ou en suivant le hashtag #EnFranceAussi sur Twitter.

Quand il s'agit de patrimoine religieux, Toulouse regorge de particularités et d'éléments originaux plus ou moins visibles. A l'image du reste de cette ville pleine de trésors cachés, certaines églises, cathédrales, basiliques et chapelles toulousaines méritent qu'on s'y attardent pour en voir toutes les subtilités. J'ai décidé de vous parler ici de trois de ces endroits singuliers, sûrement ceux que j'aime et qui me surprenne le plus.

La Cathédrale Saint-Etienne

Si vous êtes déjà venu à Toulouse, et même si vous n'y êtes pas venu, vous connaissez peut-être cette cathédrale monumentale qui se dresse à quelques kilomètres au sud-est du Capitole. Sa façade ouest, donnant sur la place Saint-Etienne et son célèbre griffoul (comprenez fontaine, et la plus vieille de Toulouse s'il vous plait !), fait partie des clichés les plus populaires de Toulouse. Bien qu'elle soit originale, ce n'est pas cette façade qui la rend la Cathédrale Saint-Etienne si singulière, ou plutôt ce n'est pas seulement elle !

La Cathédrale Saint-Etienne est en réalité composée de deux parties à l'architecture totalement différentes : quand on entre par cette porte ouest, on traverse d'abord une nef romaine puis, quelques mètres plus loin, on se trouve dans le chœur de la Cathédrale, gothique, lui ! Quand on est face à elle, côté nord, on voit parfaitement bien cette rupture dans l'architecture, ce mélange de genre qui la rend si particulière.

Et là, vous vous dites, mais pourquoi ?! Et bien Toulouse doit ce patrimoine religieux si particulier à Bertrand de l’Isle Jourdain, qui,  vers 1270, alors élu au siège épiscopal, décide d'édifier une cathédrale grandiose pour rivaliser avec celles du nord de la France. Après avoir rasé une partie de l'église romane existante, il ordonne donc la construction d'une imposante cathédrale gothique. Au fur et à mesure que les travaux avancent, la partie romane est détruite ... jusqu'à ce que le projet soit finalement abandonné (pour des questions financières me semble-t-il) et que Toulouse se retrouve avec deux morceaux d'églises !

Les deux parties de l'actuelle Cathédrale Saint-Etienne sont finalement reliées au XVIe siècle et les péripéties et projets abandonnés continueront encore que la cathédrale ait le visage qu'on lui connait aujourd'hui (si l'histoire, passionnante, de cette cathédrale vous intéresse, je vous invite à consulter ce site). Elle a été classée au titre des monuments historiques en 1862.

Aujourd'hui, c'est un bâtiment emblématique de Toulouse et c'est un lieu que j'adore faire découvrir aux personnes qui viennent visiter Toulouse car pour moi elle symbolise bien la ville : un mélange de styles et d'époques qui se côtoient et s'unissent même pour créer un ensemble dépareillé, singulier mais tellement agréable à regarder.

L’Église du Sacré Cœur

Beaucoup moins connue que la Cathédrale Saint-Etienne, l’Église du Sacré Cœur de Toulouse fait partie pour moi de ces trésors cachés que la ville n'offre qu'au plus curieux. Et pour cause ! Cet église est en réalité "cachée" derrière une rangée de bâtiments et plus particulièrement derrière une sorte de bâtiment-portail qui lui a pignon sur rue.

Placé autour du rond-point de la Patte d'Oie, ce bâtiment-portail où il est noté "Eglise du Sacré-Cœur" doit sûrement dérouter autant qu'il doit laisser indifférent. Il est joli oui, mais il ne ressemble à aucun cas à une église comme on a l'habitude d'en voir. Il est joli oui, mais malgré ses quelques fioritures architecturales il doit sûrement passer totalement inaperçu pour beaucoup de gens pressés. Et, de fait, c'est l'Eglise, la vraie, qui passe totalement inaperçue.

Etant un peu (beaucoup) curieuse de nature, le jour où j'ai découvert le bâtiment qui donnait sur la rue avec sa porte grande ouverte, je n'ai évidemment pas pu m'empêcher d'aller voir ce qui se cachait derrière. Quelques mètres après ce portail singulier, encerclée par d'autres bâtiments, se dressait l'Eglise du Sacré Cœur de Toulouse.

Une vraie jolie surprise puisque cette église, en plus d'être cachée au fond de sa cour et un petit bijou architectural. Construite en briques et en galets, matériaux typiquement toulousains, l'Eglise du Sacré Cœur est assez imposante et vraiment singulière. Cette église dissimulée, ce trésor caché de Toulouse, m'a instantanément charmée par son originalité, son aspect typiquement toulousain et par son côté confidentiel.

Le jour où je l'ai découverte il y avait une cérémonie en cours, je n'ai donc pas pu aller visiter l'intérieur mais si l'occasion se présente je ne manquerais pas de rajouter des photos ici !

(Je ne peux malheureusement pas vous donner ici d'informations sur sa construction et son passé car c'est compliqué d'en trouver sur internet, mais si vous connaissez son histoire, n'hésitez pas à partager en commentaire)

L’Église Saint-Jérôme

Et comme je vous parle d'église cachée, impossible de ne pas vous parler de l’Église Saint-Jérôme ! Vous connaissez la rue Alsace-Lorraine, cette artère très commerçante de Toulouse qui fait le lien entre Esquirol et Jeanne d'Arc ? Et avez-vous déjà remarqué qu'il y a une église à quelques pas de cette grande rue ? En fait, malgré son clocher visible à condition de lever les yeux, il est assez facile de passer à côté des dizaines de fois sans la remarquer ...

C'est une église à laquelle on accède, d'un côté, par une petite porte coincée entre deux devantures de commerces et, de l'autre côté, par une flopée de marches conduisant à une porte plus imposante surmontée d'une statut de la Vierge à l'Enfant. Mais là encore, pressé par le flot humain de la rue de la Pomme et celui de la rue du Lieutenant-Colonel-Pélissier, il est tout à fait possible de passer sans la voir.

Entrée de l'église depuis la rue du Lieutenant-Colonel-Pélissier

Construite par la Compagnie royale des Pénitents bleus de Toulouse au XVIIe siècle, l'Eglise du Sanctuaire Saint-Jérôme a d'abord été une chapelle avant d'être agrandie au début du XIXe siècle par l'architecte de la ville de Toulouse, Jacques-Pascal Virebent. Aujourd'hui, l'église est composée d'une nef, d'un chœur et de trois chapelles, elle est classé au titre des monuments historiques depuis 1980.

En plus d'être "cachée" en plein cœur de la ville, cette église a d'autres particularités : une chapelle entièrement bleue ; une galerie, appelée "passage", qui sert de petit musée de l'art ecclésiastique et fait le lien entre les différentes parties de l'église ; et tout un tas d'ornements et de décorations particulières, que je vous invite à aller voir en vrai !

L'entrée côté Rue De la Pomme
Vue sur l'Eglise Saint-Jérôme depuis le toit des Galeries Lafayette

---

Grâce au rendez-vous #EnFranceAussi, vous pouvez gagner un guide de la Baie du Mont-Saint-Michel dans la collection Encyclopédie du Voyage, édité par Gallimard Loisirs, partenaire de ce rendez-vous mensuel. Tentez votre chance en commentant cet article (ou un autre article du rendez-vous) ET sur la page Facebook #EnFranceAussi.

Cliquez ici pour connaître le Règlement.

---

Épinglez-moi !

31 Replies to “Singularités et secrets du patrimoine religieux toulousain #EnFranceAussi”

  1. Ah, St Jérome, c’est toujours une belle surprise!

    1. Oui et c’est assez marrant de la faire découvrir à des gens qui habitent à Toulouse depuis longtemps et qui ne l’avait jamais vue !

  2. Je trouve souvent les cathédrales trop grandes, presque froides du coup. Je préfère souvent les petites églises cachées, plus intimes et pour le coup, l’église du sacré coeur a l’aire toute mignonne.
    Si tu as l’occasion de nous montrer l’intérieur, j’en serai ravie !

    1. C’est vrai que les cathédrales sont parfois TROP : trop grandes, trop décorées, trop grandiose !
      Et je ne manquerais pas de rajouter des photos dans l’article quand j’en aurais des intérieurs de l’église du Sacré Cœur et de Saint-Jérôme 😉

  3. Oh de très beaux choix tu as fait !! Je valide à 100% ! 🙂
    J’adore Sain-Etienne aussi. Bizarrement elle est souvent éclipsée par les touristes, qui préfère se rendre à Saint-Sernin, mais moi je l’adore aussi, elle a une histoire passionnante …

    1. 😀 contente d’avoir ta validation Yoda 😉
      Et oui l’histoire de Saint-Etienne est très riche et passionnante, la visite commentée devrait être obligatoire !

  4. […] – Petites Evasions Grandes Aventures : Singularités et secrets du patrimoine religieux toulousain […]

  5. J’ai habité trois ans à deux pas de la place de la Patte d’oie et de l’église. J’adore le petit raccourci entre la place et la rue Adolphe Coll!

    Ma préférée reste St Sernin (mais tu en feras un article à part entière j’en suis sûre :p). Je n’aime pas trop St Etienne, je la trouve trop sombre, par contre tes photos la mette vraiment en valeur! Bravo!

    1. C’est vraiment marrant ce passage, je serais curieuse de savoir si tous les gens du quartier le connaissent …
      Saint Sernin est grandiose et magnifique, c’est aussi celle que je préfère à Toulouse, elle aura son article t’inquiète pas ^^ !
      Saint-Etienne reste malgré tout impressionnante et très intéressante à mes yeux, la partie romane est assez sombre mais la partie gothique avec la bonne luminosité est superbe je trouve

  6. je n’ai jamais été à Toulouse mais j’ai hâte de découvrir tout ça!

    1. Je te comprends ! Il y a tellement de choses à découvrir dans cette ville, au bout de 10 ans j’en découvre toujours !

  7. L’architecture de l’église cachée du Sacré Coeur est effectivement bien singulière, super trouvaille. Il ne doit y avoir que les riverains du quartier qui la côtoient. Je suis curieuse d’en voir l’intérieur.

    1. Justement en écrivant l’article je me demandais si elle était très connue, déjà dans le quartier vu qu’elle est cachée, mais aussi au-delà du quartier … difficile de savoir ! Si j’ai l’occasion de prendre des photos à l’intérieur je ne manquerais pas de les partager !

  8. […] – Petites Evasions Grandes Aventures : Singularités et secrets du patrimoine religieux toulousain […]

  9. Effectivement, Toulouse semble très riche de ce point de vue. Un jour, j’y passerais, c’est sur ! Des bises

    1. J’en doute pas, et ce jour-là tu as intérêt à me prévenir 😉 Bises Lili !

  10. Oh je ne connaissais pas celle du Sacré Cœur, qui est très jolie en plus!! Merci pour la découverte. 😀

    1. Avec grand plaisir Cindy 🙂

  11. Merci pour ces découvertes !!

  12. J’adore ta photo dans la flaque !! Les couleurs sont splendides.
    J’ai vécu à Toulouse 1 an et je retrouve cette atmosphère si particulière en regardant tes photos. Merci pour le voyage

    1. Merci ! J’aime bien faire des photos dans les flaques comme ça, ça donne une autre perspective sur les choses !
      Contente que tu aies retrouvé un peu de l’ambiance toulousaine dans mon article et merci pour ton passage ici 🙂

  13. Merci pour la découverte car je ne connais absolument pas du tout la ville rose… J’aime beaucoup la photo depuis le toit des galeries Lafayette…

    1. Avec grand plaisir 🙂 La vue depuis le toit des galeries est très sympa, il y a quelques autres photos dans cet article si tu veux https://petitesevasionsgrandesaventures.fr/2016/10/01/et-si-on-prenait-de-la-hauteur-a-chaque-occasion-qui-se-presente-enfranceaussi/

  14. J’adore !!! toutes ces lieux sont vraiment incroyables. J’ai adoré découvrir Toulouse la semaine dernière. C’était vraiment génial d’avoir en plus autant d’explication sur l’histoire de cette ville et sur son patrimoine si riche. Un grand grand merci à toi tu es une super guide 🙂 !!

    1. ☺️☺️ me voilà touchée, très touchée ! Ça m’a fait très plaisir de te faire découvrir Toulouse et de passer ce moment avec toi ! Contente que tu aies aimé Toulouse, n’hésite pas à revenir avec ta famille, je vous servirais de guide avec plaisir !

  15. Blog très intéressant Pauline, bravo !
    Une petite rectification toutefois : la nef de St Etienne est souvent présentée comme romane car construite en reprenant les bases de l’église romane précédente, mais en fait il s’agit de la première expression du style gothique languedocien. Le contraste est grand avec le choeur plus ample de style gothique d’Île de France.

    1. Merci à vous !
      Et merci pour cette correction, j’avoue ne pas tout maîtriser en architecture et je me suis donc basée sur ce que je trouvais en ligne pour écrire mon article … Bonne journée 🙂

  16. C’est aussi le manque d’argent qui a stoppé net la finalisation de la cathédrale de ma ville, ce qui donne un rendu étonnant (il n’y a pas de nef). Ils avaient vraiment la folie des grandeurs à cette époque !

    1. La folie des grandeurs, c’est exactement ça ! Je serais curieuse de voir la tienne en vrai, ça a l’air vraiment très original !

      1. Ça l’est ! Pas de nef, pas de flèche (qui s’est cassée la figure), plus haut chœur gothique du monde, plus ancienne horloge médiévale à carillon en état de marche, horloge astronomique avec spectacle son et lumière, bref, pas mal pour une cathédrale non terminée… D’ailleurs, si elle avait été finie, elle serait devenue la plus grande cathédrale de France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.