Sardegna è magnifica !

Depuis ma première rencontre avec la Sardaigne, je suis totalement fascinée par cette île. Je la trouve magnifique, merveilleuse, surprenante, captivante, ... tout ça à la fois et bien plus encore. Comme j'imaginais bien ne pas être la seule dans ce cas-là, j'ai demandé à six blogueuses de raconter un petit bout de leur voyage et leur ressenti sur cette petite perle italienne aux 50 nuances de bleu (et j'ai évidemment apporté mon grain de sable aussi, impossible de faire autrement quand il s'agit de la Sardaigne). Le résultat est sans appel : Sardegna è magnifica !

Tharros, ville phénicienne de Sardaigne

Fin juin 2017. La Sardaigne. Quinze jours en famille pour découvrir, profiter, se retrouver tous les trois et savourer notre amour de l’Italie, de la Méditerranée, du soleil, de la plage et de l’histoire des civilisations.

Car la Sardaigne, ce ne sont pas seulement des plages paradisiaques et une eau turquoise, ce sont aussi des terres qui portent une très forte empreinte du passé.

Et quel passé ! L'île est notamment une réserve de nuraghes (prononcer nurages), bâtiments de pierres datés de l’âge de bronze soit entre 1900 et 730 avant JC.

Ouais. Quand même !

L’un des sites les plus connus de Sardaigne, celui qui est si souvent représenté en carte postale est celui de Tharros, ville Phénicienne datée de 800 ans avant JC et justement construite sur un ancien site nuragique.

Très important centre commercial du bassin méditerranéen, Tharros fut occupée par les Phéniciens, les Carthaginois, puis les Romains. Dévalisée par les Vandales, elle fut alors abandonnée et transformée en carrière de pierres.

On lui doit notamment la Tour San Giovanni, construite par les Espagnols et du haut de laquelle la vue sur le Cap San Marco, le point extrême de la péninsule est sublime !

Sur le site, on retrouve les vestiges des thermes, de l’aqueduc, des temples, des nécropoles … le tout avec une vue à couper le souffle sur la Méditerranée !

Située tout près des plus belles plages de la péninsule de Sinis, le lieu est incontournable pour qui est curieux des civilisations passées et permet aux familles d’allier le plaisir de la baignade à celui de la découverte historique.

Seule exigence pour accéder au site : bien choisir son heure et être bien chaussé !

Tenté la première fois à 18h, le site s’est refusé à nous. La chaleur suffocante de 36° eut raison de notre soif de culture et fait faire demi-tour jusqu’au lendemain matin où les températures étaient plus raisonnables. Parfait pour se lancer à l’assaut de la Tour et des ruines de Tharros !!

Olivia, du blog La fille de l'encre

Stop sur Sinis

Lorsque nous avons préparé notre voyage en Sardaigne, nous avons opté pour un camping au nord de la Péninsule de Sinis. Petit bout de terre situé au milieu de la côte ouest, nous avions pensé que ce secteur pourrait être un bon point d’ancrage pour rayonner ... et cela se révéla être une grossière erreur. 🙂

En effet, en dehors des principaux axes routiers (que l’on compte sur les doigts d’une main), les routes sardes ne vous permettent pas d’avancer bien vite... c’est pourquoi après une escapade chaotique à Cagliari (avec détour interminable) nous avons décidé de rester tranquilles et de découvrir la péninsule de Sinis, ses villages, et ses plages ... qui n’ont rien à envier aux Bahamas !

C’est ainsi, que nous avons découvert les chemins bordés de cactus, que nous avons observé le sel s’envoler au-dessus de l’étang de Sale e Porcus, été bluffés par le Capo San Marco, et trouvé le resto le plus paumé de Sardaigne. Ici, le temps semble s’être arrêté ; les touristes sont là, mais les infrastructures pas vraiment, comme si on ne cherchait pas à retenir ces étrangers qui viennent déranger la quiétude des lieux.

Si vous êtes pressés, que vous n’avez pas prévu de vous arrêtez dans la région, je vous conseille de faire tout de même un stop au village de pêcheurs de Cabras, au Capo San Marco, puis en remontant vers le nord à la plage de Mari Ermi ou d’Is Arutas (toutes deux prisées par les amateurs de snorkeling), et, un peu plus haut encore, Santa Catarina di Pittinuri qui offre un panorama sublime...

À noter : les amoureux des oiseaux trouveront autour de l’étang de Cabras de nombreux spots où s’adonner à leur passion.

Mitchka, du blog Fish and Child(ren)

Alghero, pour des vacances en famille

C'est un peu en dernière minute que nous avons choisi de partir en Sardaigne en famille. 4 adultes et 2 enfants pour 2 semaines de vacances en mode farniente. Nous avons logé à 3 endroits différents sur l’île pour pouvoir découvrir ses différentes facettes sans pour autant se lancer dans un roadtrip. 4 nuits à San Teodoro à l'est, 7 nuits à Alghero et 2 petites nuits sur la costa smeralda.

Alghero a été la ville où nous avons passé le plus de temps. Nous y avons trouvé un petit appartement à prix abordable avec piscine (important pour les enfants) et à deux pas de la plage. C'est une destination assez pratique pour un séjour en famille.

Durant cette semaine, nous avons pu visiter la ville, accessible à pied depuis notre logement. C'est une jolie ville qui a la particularité d'avoir une partie de sa population en provenance de Catalogne. On y parle donc l'italien, le sarde mais aussi le catalan (reconnu langue officielle par l'Italie).

Se balader dans la vieille ville est à faire même si celui ci connait un fort développement touristiques. Il y a de petites ruelles très jolie où il est agréable de se perdre. Ne manquez pas de vous promener sur les remparts face à la mer. Au coucher du soleil, c'est juste magnifique !

Coté plage, Alghero n'est pas en reste. Lazzareto, La Bombarde, San Giovani, etc. On a vraiment apprécié d'avoir toutes ces plages autour de nous pour pouvoir en changer chaque jour. Les enfants ne sont se jamais autant baigné et moi aussi d'ailleurs. L'eau était à bonne température, idéal pour les frileux comme moi !

On a également passé une journée inoubliable au départ du port d'Alghero en louant un bateau sans permis pour naviguer le long de la côte et dénicher de petites criques pour s'y baigner. Nous avons même eu la chance de voir furtivement des dauphins. Magique !

Céline, du blog Je Papote

Costa Paradiso, la saveur enivrante de la nature dans toute sa splendeur

En juin 2016, pour notre roadtrip de 10 jours en Sardaigne, nous avions planifié toutes nos escales après avoir repéré des incontournables et des endroits coups de cœur dans notre cher Lonely Planet et sur nos blogs préférés.

En milieu de parcours, alors que nous avions prévu une longue journée de route pour rejoindre la ville d’Alghero à l’Ouest depuis Palau au Nord-Est, nous sommes tombés par hasard sur un petit joyau de la côte sarde. Nous roulions sur la route principale, la SP 200, lorsque nous avons vu un panneau indiquant « Costa Paradiso ».

Un seul regard nous a suffit pour comprendre que nous étions tous les deux prêts à faire un petit détour pour découvrir ce que cachait cette « Côte du Paradis ». 30 kilomètres plus loin, nous laissions notre voiture sur un petit parking (gratuit) pour suivre à pied un chemin à flanc de falaises qui menait à une certaine « Spiaggia Li Cossi ».

C’est en poursuivant ce petit sentier que nous avons enfin découvert la bien nommée « Côte du Paradis » qui fait face à la Corse. Le chemin est accessible à tous, petits et grands. Pendant une vingtaine de minutes, vous pourrez observer de superbes panoramas, entre criques à l’eau turquoise et falaises escarpées, ô combien photogéniques.

Ne faites pas l’erreur de foncer « tout droit » jusqu’à la plage. Perdez-vous dans les petits sentiers qui descendent vers la mer et qui vous conduiront vers des points de vue inédits. Les spots ne manquent pas ! Approchez-vous au plus près des éléments, prenez un grand bain de nature et de fraîcheur, loin du tourisme de masse. Au bout du sentier, vous atteindrez la belle « Li Cossi », une crique abritée du vent et des courants, bordée de récifs.

Une rivière traverse la plage et forme un petit étang vert émeraude derrière elle. L’endroit est propice au farniente et à la baignade mais il est un peu plus fréquenté que le parcours qui permet d’y accéder.

D’ailleurs, nous avons été davantage séduits par le chemin que par la plage. Ne dit-on pas que c’est la route qui compte, pas la destination ?

Alexia, du blog The Next Stop

Le Golfe d'Orosei

J’ai découvert la Sardaigne en juin 2015, elle a été notre destination finale après un mini tour d’Europe. Elle est arrivée au bon moment, après un périple principalement urbain, notre envie de calme et nature était grande. Il aura suffit d’à peine 48h pour nous ressourcer et être déjà conquis par sa gastronomie, la gentillesse de ses habitants et ses plages à l’eau cristalline.

Notre road trip sur la côte est nous fera découvrir un paysage entre mer et montagne, parfois à couper le souffle comme le golfe d’Orosei. Ce morceau de littoral a été un véritable coup de cœur. Il abrite de sublimes criques et grottes que l’on peut explorer par voies maritimes ou après quelques heures de marche.

Nous avons fait le choix de découvrir le Golfe d’Orosei en parfaite autonomie en louant un bateau (sans permis) et ainsi faire escale comme bon nous semble sur les plages de Cala Luna, Cala Sisine, Cala Mariolu, et admirer la plus célèbre : Cala Goloritzé et son rocher digne d’un totem. Le golfe offre un tableau spectaculaire avec ses falaises vertigineuses tombant à pic dans la mer.

Pour ceux qui se sentent moins l’âme d’un navigateur, des croisières ou des navettes sont proposées au départ de Cala Gonone pour découvrir toutes ces plages idylliques avec leur sable fin, leurs roches et une mer aux multiples nuances de bleu.

Notre escale d’une journée aura été parfaite entre baignades et pique-nique mais cette zone de la Sardaigne mérite assurément que l’on s’y attarde un peu plus.

Amandine, du blog My Beautiful Planet

Les couleurs de Cagliari

En Sardaigne, je résidais à Cagliari.

D’une part parce que j’y avais atterri, mais aussi parce que j’avais choisi de centrer mes pérégrinations sardes aux alentours. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre lorsque nous avons mis les pieds sur l’île… et mes premiers pas à Cagliaro se sont révélés compliqués, me plongeant tout de suite dans le bain de la signalisation routière quelque peu chaotique en Italie…

Mais très vite, ces chemins labyrinthiques et cauchemardesques en voiture se sont révélés riches en surprises et en pépites bien cachées.  Perchée sur  sa colline, la ville est composée d’un patchwork de quartiers pittoresques,  hauts en couleurs. On y flâne, on s’y perd (vous l’aurez compris), on contemple le soleil couchant depuis la marina, on grimpe sur ses digues, on se perd à nouveau, on observe les flamands roses qui y ont établi leur fief, on profite de la douceur du soir pour marcher dans les rues de la ville et digérer la pizza et les gelati qu’on vient d’engloutir avec gourmandise ^^, ou on se rend à la plage en fin d’après-midi pour paresser sur le sable chaud…

La Spiaggia del Poetto ou « Spiaggia del Centomila » est en effet l’une des plus longues de l’île (9km !)… il serait bête de ne pas en profiter !

Si comme moi, vous êtes plus amateurs de sites empreints par l’Histoire que de farniente, prenez le temps d’explorer le quartier de Stampace, avec son Palazzo Civico, son amphithéâtre romain, sa villa di Tigellio… Le  quartier fortifié du Castello n’est pas en reste avec ses Palais Episcopal et  du vice-roi (Viceregio) , sa Cathédrale Santa-Maria, ou son bastion Saint-Rémy d’où on jouit d’une vue exceptionnelle sur les toits de la ville.

Le centre historique est assez étendu, mais s’explore facilement à pieds. Attention, ça grimpe, et la soif se fait sentir en été !

Bref, vous l’aurez compris, quelques jours ne seront pas de trop pour découvrir cette jolie ville sarde !

Mon coup de cœur ? Il parco di Monte Urpinu, le poumon vert de Cagliari, douce parenthèse à l’ombre du soleil culminant… et de l’agitation de la ville.

Mes papilles ont aimé : La gelateria Peter Pan, à proximité de la marina (Via Roma, 1)et ses multiples parfums de glaces et de sorbets : melon, pêche, fraise, framboise, pistache, noisette, amande, stracciatella, noix de coco, et surtout   kinder, nutella bueno, et rafaello !

Chloé, du blog My Sweet Escape

La baie de Portixeddu, entre mer et montagnes

Portixeddu. Un nom qui ne vous dit probablement pas grand-chose. Assez peu cité dans les guides sur la Sardaigne, il n’apparait sur Google Maps qu’à condition de zoomer (beaucoup) sur la carte … Au début de la planification de notre deuxième séjour en Sardaigne, je ne le connaissais pas non plus. Notre idée de départ était de loger à Iglesias pour visiter le sud-ouest de la Sardaigne avec ses nombreuses grottes et son important passé minier.

Et puis l’envie de profiter au maximum de la mer durant ce séjour a pris le dessus et nous avons finalement opté pour un logement plus proche de la côte (mais permettant quand même d’aller voir une grotte) … Le hasard des disponibilités sur AirBnB nous a fait atterrir à quelques kilomètres de la Spiaggia di Portixeddu (aussi appelée Spiaggia del Riu Mannu) et, encore une fois, je me suis dit que le hasard faisait drôlement bien les choses.

A peine arrivés sur place, les valises posées dans notre palace avec terrasse, nous étions les pieds sur le sable de la plage de Portixeddu, les yeux (dans l’eau) plein d’étoiles (pas de mer, celles de l’émerveillement).

Quelle claque visuelle ! Dans cette baie, où la plage s’étire de tout son long vers le sud, le paysage se résume à deux options aussi séduisantes l’une que l’autre : la mer, à l’infini, vers l’ouest, et partout ailleurs des montagnes, belles, hautes, vertes et rocheuses à la fois.

Sur cette longue langue de sable, pourtant minuscule face à l’immensité de la mer et à l’allure imposante de ces montagnes, je me suis immédiatement sentie merveilleusement bien. Une impression de bout du monde et de cocon protecteur en même temps alors que nous étions là, nichés au creux de cette baie, protégée par les montagnes et baignée par une mer calme et infinie.

Sur la route pour Buggerru, la Piccola Parigi de Sardaigne et jolie petite ville minière à proximité de Portixeddu, mon émerveillement face à ce paysage grandiose et à la beauté de cette baie n’a fait que grandir. A l’opposé, sur la magnifique Spiaggia di Capo Pecora, tout au sud de la Costa Verde, le paysage alors inversé est tout aussi magnifique. De là, on ne voit pas la plage, cachée par le Capo Pecora, mais on admire bien volontiers les silhouettes rocheuses qui semblent veiller sur la mer tels des gardiens impassibles et millénaires.

Pauline, du blog Petites Evasions et Grandes Aventures, moi donc !  

Vue sur la plage de Portixeddu depuis la route pour Buggerru

 

Et vous, c'est quand que vous partez explorer la Sardaigne ?

---

19 Replies to “Sardegna è magnifica !”

  1. C’est marrant, parce que moi, je n’ai vu que le Nord, et je n’ai pas trop aimé… trop de trajet entre les sites intéressants… enfin, j’avais un bébé à l’époque…
    A part les îles de la Maddalena, absolument magnifiques, mais dont personne ne parle ici!
    J’ai trouvé que, excepté les glaces délicieuses (Italie oblige), c’était la Corse en moins bien… Il faudrait que j’y retourne, peut être!

    1. Mais les trajets font partie de la découverte de la Sardaigne (quand on ne conduit pas et qu’on a tout le loisir de regarder à travers la fenêtre je veux dire), les paysages sont tellement beaux et différents d’un endroit à un autre … Je ne connais pas encore les îles de la Maddalena et toute cette partie au nord-est qui est réputée pour être un des plus beaux coins de Sardaigne et pourtant je l’aime déjà, qu’est-ce que ça sera après ?!

      A mon avis, il faut VRAIMENT que tu y retournes ^^

    2. il faut faire la partie ouest, vraiment celle que nous avons préféré : très authentique, moins touristique et des paysages superbes !
      Et nous nous sommes régalée avec la cuisine pastorale … as-tu été mangé dans des agriturismos ? C’est la meilleure façon de découvrir la gastronomie en Italie.

  2. Commencer la journée comme ça… wahou !
    Toutes ces photos et ses récits continuent à me convaincre que prima o poi, j’irai passer un été en Sardaigne !
    Merci Pauline :O

    1. Et moi ça m’a convaincue d’y aller une troisième fois ^^
      (en vrai j’étais déjà convaincue avant, mais à chaque fois que je vois des photos de cette île j’ai une folle envie de prendre des billets d’avion !)

  3. Il y a un mois jour pour jour, j’étais en Sardaigne à la découverte de cette île magnifique.
    Et c’est malin, j’ai envie d’y retourner maintenant !!

    J’adore l’idée du billet collaboratif qui nous permet de découvrir de nouveaux coins et surtout des impressions différentes. Par exemple, grands habitués de l’Italie et de la Sicile, nous avons trouvé qu’en Sardaigne, les indications routières étaient très faciles et la façon de conduire des Sardes très souple par rapport aux italiens en général 🙂
    Il faudrait se faire un séjour toutes ensemble maintenant !

    1. Ahah ! Ne m’en parle ! En lisant vos textes et en me replongeant dans mes photos et mes souvenirs pour écrire le mien j’ai eu très envie de programmer un autre voyage là-bas (pourquoi pas toutes ensemble oui, c’est une idée 😉 ) …
      Et c’est ce que j’aime bien aussi dans les billets collaboratifs, découvrir de nouveaux lieux, d’autres regards sur un endroit qu’on apprécie.
      Merci encore pour ta participation Olivia 🙂

  4. Ok j’arrive. Tout de suite. Wahouh !

    1. 😀 et moi je me glisse dans ta valise ^^
      Plus sérieusement, je te conseille vraiment d’y aller, c’est TROP magnifique !

  5. Vous envoyez du rêve les filles avec toutes ces couleurs !

    1. Et ouais … [petit bonhomme avec les lunettes de soleil] ! Bon en vrai c’est pas tellement nous, c’est plutôt la Sardaigne mais bon, on va dire que c’est nous ^^

  6. Je n’ai jamais été mais c’est sur ma liste. Un jour, qui sait 🙂
    Très jolies photos !

    1. Je ne peux que te recommander de mettre la Sardaigne tout en haut de ta liste 😉
      Sérieusement pour moi c’est vraiment une très belle île, vraiment riche ou l’on ne s’ennuie pas une seconde et où on prend plein les yeux en permanence !

  7. J’y suis en ce moment du côté d’Alghero. J’adore l’île et ton article arrive au bon moment moment. Si tu as envie d’unité petit topo sur le secteur d’Alghero, ce sera avec plaisir ☺

    1. Oh quelle chance ! Alghero c’est trop beau ! Si tu n’as pas encore été au Parco Naturale Regionale di Porto Conte et à Porticciolo, je te conseille vraiment d’y aller 😉
      (Pour le topo je t’écris sur Twitter 😉 )

  8. Voilà une destination qui nous tente plus que plus. On a beau être revenu depuis peu de vacances que déjà je pense à celles de l’année prochaine et la Sardaigne est en bonne place dans le top des destinations envisageables mais elle aura de rudes concurrentes comme la Sicile, la crête ou encore la Croatie 🙂

    1. Ahah ! Je pense qu’on est tous pareil, à penser aux prochaines vacances pour éviter de trop déprimer à propos de la fin de celles-ci !
      Et moi forcément je te conseille la Sardaigne, j’ai pas (encore) été en Crête ou en Croatie, mais la Sardaigne est presque devenue une obsession pour moi alors c’est dur de ne pas te dire de foncer ! On l’a survolé en allant à Malte et j’étais collée au hublot, subjuguée … Même vue du ciel elle est magnifique !

  9. Figure toi qu’aujourd’hui mon tour operator lance ses tarifs pour l’été 2018… je suis donc occupée a chercher notre destination pour mai quand je tombe sur ton tweet …. je vais ici, je lis, je bave devant toutes ces belles photos …et là je le dis pourquoi pas la Sardaigne … te voilà influenceuse ma pauv’fille 😘

    1. Haha ! Influenceuse moi … LOL ! Mais il est pas nouveau cet article, c’est marrant que tu sois tombée dessus !
      En tout cas je te le dis et le redis, la Sardaigne c’est magnifique et ça vaut vraiment le voyage ! Enfin moi je dis ça, j’en suis complètement gaga, mais à toi d’aller vérifier ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.