Îles était une fois l’Italie du nord ouest

L'Italie m'a toujours fascinée. Tout dans ce pays m'attire : son histoire tellement riche, sa gastronomie si savoureuse, sa langue captivante, ses paysages enchanteurs, ... Ma première rencontre avec l'Italie, c'était à Venise en 2013, un séjour (frais) riche en belles découvertes qui a conforté ma passion pour ce pays. Depuis j'ai été en Sardaigne, en Sicile et je suis retournée à Venise ... mais jamais sur le continent !

Le problème avec les endroits qui me fascinent c'est que je ne peux pas me résoudre à y passer seulement quelques jours ... Et lorsque je rêve de "l'Italie continentale", je rêve de faire un véritable road-trip d'un bout à l'autre de la Botte, un voyage de deux ou trois mois (au moins), au gré de nos envies, je rêve d'une vraie rencontre, d'une immersion complète dans le pays pour faire de ce grand rêve de toujours une réalité encore plus belle.

Alors en attendant ma rencontre avec l'Italie, je lis régulièrement les récits de Lucie (pour ajouter des étoiles à la carte de notre futur itinéraire et à mon rêve), je parcours les îles italiennes qui me fascinent tout autant et forcément je parle de l'Italie, et de ses îles, avec Lucie !

D'une de ces discussions est née l'envie de faire cet article insulaire, un article doublement collaboratif. Vous voguerez ici entre 9 îles italiennes du nord ouest (approximativement) racontées par 8 blogueurs (que je remercie chaleureusement) et moi-même et vous pouvez prolonger la balade entre 9 îles du sud est (toujours approximativement), sur le blog de Lucie ...

Prêt pour l'embarquement ? Bonne lecture !

Les Îles Borromées

Au milieu du lac Majeur, se trouvent trois petites îles confettis : les îles Borromées. Pour les découvrir, le plus simple est de prendre l’une des navettes qui les relient régulièrement depuis Stresa.

3 îles, 3 ambiances.

Sur la première, l’Île des Pêcheurs, se trouve un ancien village typique, aujourd’hui pris d’assaut par les touristes avec son unique allée centrale et des terrasses très agréables au bord de l’eau.

La seconde, Isola Bella, qui abrite le Palais rococo et le Jardins extravagants de Charles III de Borromées. Si la façade extérieure est plutôt austère, l’intérieur est complètement fou, une avalanche de marbre et de stuc. Ici pas de place pour la simplicité, il faut en mettre plein la vue, même si parfois cela sombre dans le kitsch. Les pièces les plus étonnantes : les fausses grottes décorées en coquillages où le prince et sa famille aimait profiter de la fraicheur pendant les chaudes journées d’été. Le parc du domaine est dans la continuité du château : monumental avec sa pyramide en galet ornée de statues ! Du jardin on profite de vues extraordinaire sur tout le Lac Majeur, un véritable enchantement.

La troisième île est Isola Madre, une île privée abritant un jardin qu’il est possible de visiter, mais je ne vous en parlerais pas plus car je n’ai pas eu l’occasion de la découvrir.

Mathilde, du blog Voyager en Photos

Copyright Voyager en Photos
Copyright Voyager en Photos

Torcello

Venise et moi, ça a été compliqué dès les premiers instants. Mais s'il y a bien une chose que je retiens de ce voyage, un souvenir lumineux qui a su éclipser tous les autres, c'est celui des quelques heures passées sur la petite île de Torcello, une oasis de verdure bienvenue après des forêts de ponts et de briques.

Pour y parvenir, il faut prendre le vaporetto, plusieurs fois même, une expérience grisante, cheveux au vent, à admirer le fragile équilibre d'une ville à cheval sur plusieurs îles. Venise n'est jamais aussi belle que vue de loin.

À peine débarqué, on se lance vaillamment dans l'inconnu, empruntant le seul chemin qui s'étire devant nous, longeant un petit canal. Les plantes frémissent, on entend la nature respirer, autant de bruits que l'on avait fini par oublier. On est récompensé par une vaste place où l'herbe a repris ses droits, au milieu de stèles d'un autre âge.

Ici une église byzantine, dont l'origine remonte à près de 1 500 ans, accueille ceux qui auront fait le pèlerinage jusqu'à elle. Poussez donc sa porte pour en découvrir le véritable trésor, une mosaïque immense, recouverte d'or, décrivant le Jugement dernier. Croyant ou pas, on ne peut rester insensible face à elle, l'expressivité des visages, le réalisme des scènes. La photo volée de ce chef-d’œuvre fait partie des clichés les plus chers à mes yeux.

Souvent boudée des touristes, qui lui préfèrent sa voisine Burano (trop) agitée, Torcello est une parenthèse de calme bienvenue, une île où le temps semble s'être figé il y a quelques siècles. Le lieu idéal pour prendre le sien et goûter à un autre visage de la Sérénissime.

L., du blog Toujours Être Ailleurs

Copyright Toujours Être Ailleurs
Copyright Toujours Être Ailleurs

Burano

Burano, c’est une île aux mille couleurs ! Située à 40 minutes de Venise (en bateau), Burano est une petite ville de pêcheurs dont l’histoire remonte jusqu’à l’antiquité romaine. Et si l’industrie de la pêche a beaucoup diminué depuis cette époque, Burano demeure encore aujourd’hui l’un des meilleurs endroits où manger du poisson à Venise.

Ce n’est toutefois qu’au 16e siècle que la petite ville gagne en importance grâce à la fabrication de dentelle. La légende raconte qu’un jeune marin nouvellement fiancé aurait reçu un voile de mariage de la part d’une sirène lors d’un séjour en mer. La dentelle était si belle que tous ont voulu la reproduire une fois sur terre : c’est de là que serait née la dentelle de Burano.

Que vous croyez ou non aux sirènes (elles existent… Disney me l’a dit!), il n’en reste pas moins que partout, les gens s’arrachent la dentelle de Burano. Le roi Louis XIV, le Roi-Soleil en personne, en aurait même porté lors de son couronnement. Aujourd’hui, la production de dentelle a considérablement diminué; depuis longtemps, la machine a remplacé le travail à la main. S’il ne reste que très peu d’artisans qui font la dentelle à la main, quelques femmes continuent la tradition et accueillent les visiteurs dans leurs magasins pour admirer leur travail. Et si la dentelle
vous intéresse, une visite au Museo di Merletto (Musée de la dentelle) s’impose.

Si on se rend à Burano, c’est toutefois pour admirer ses petites maisons peintes de couleurs vives. On raconte qu’à l’origine les pêcheurs peignaient leur maison de différentes couleurs pour se repérer et reconnaître leur maison en cas de brume. Mais ces couleurs ne sont pas choisies au hasard. De nos jours, si les propriétaires désirent peindre leur maison, ils doivent d’abord demander la permission du gouvernement et ensuite choisir parmi les couleurs de peintures permises. Des règlements stricts ont été mis en place pour sauvegarder le caractère unique de l’île. Si
vous êtes plutôt du type à préférer les couleurs neutres, mieux vaut ne pas acheter une maison à Burano !

Aujourd’hui, ce petit patelin de 3000 habitants est considéré comme l’un des endroits les plus colorés au monde. Nul besoin de vous dire que lors de votre prochaine visite à Venise, vous devez absolument faire un tour du côté de Burano.

Marie & Michaël, du blog Entre 2 escales

Copyright Entre 2 escales
Copyright Entre 2 escales

Murano

Lorsque l’on part pour Venise, on ne pense pas forcément à visiter les îles alentours. Or, certaines de ses voisines méritent bien une petite escapade. Nous avions entendu parler du fameux verre de Murano et des œuvres d'art qui y sont fabriquées, c’est donc celle-ci que nous avons choisi d’explorer le temps d’une journée.

Embarqués dans un vaporetto, le bateau-bus local, le trajet est relativement court pour se rendre sur l’île de Murano. On découvre alors un endroit fleuri, coloré, et surtout envahi de boutiques et d’ateliers de verrerie. Toutes les vitrines exposent les pièces réalisées sur l’île, lustres, statuettes, tables et autres vases, les couleurs du verre de Murano nous envoûtent et attisent rapidement notre curiosité. Parfait, car des ateliers proposent diverses démonstrations ! L’occasion d’en apprendre plus sur cet art, et surtout de voir les maîtres à l'œuvre. Ils soufflent, tapent, tirent, passent le tout au four, et voilà un petit cheval en verre. Ça en est presque magique ! Dans les boutiques on aurait envie de tout acheter ! Certains lustres pèsent des tonnes, c’est vraiment impressionnant.

L’île de Murano est, comme sa cousine Venise, entourée de canaux alors c’est tout naturellement que l’on choisi de déjeuner les pieds dans l’eau. De bons plats italiens, de jolies couleurs à tous les coins de rues, la vue sur les canaux, le moment est parfait, et on ne regrette en rien d’avoir choisi de visiter cette île, Murano.

Cécilia, du blog Voyageurs Gourmands

Copyright Voyageurs Gourmands
Copyright Voyageurs Gourmands

Venise

Venise est peut-être la plus célèbre des îles italiennes. Et pourtant pour moi, ce n'en était même pas une. Venise est une sorte de chimère. Un de ces lieux que tu ne parviens pas à classer dans ton esprit. Tu crois la connaître déjà, car tu l'as lue, vue et rêvée des centaines de fois.

Mais dans la réalité, les choses sont parfois bien différentes. A Venise, contre toute attente, je n'ai pas trouvé le bonheur sur la place San Marco ou au pied du Pont des Soupirs. Mais plutôt dans les recoins, à l'abri des regards.

Venise, je l'ai découverte en plein hiver, par 5°C au plus chaud de la journée. Le brouillard planait sur la belle île italienne une bonne partie de la journée. Nous n'avions pas d'autre choix parfois, que de trouver refuge dans un vieux café ou une osteria. Comme celle de la rue Ruga Giuffa, tenue par deux jeunes vénitiens pleins d'ambitions. Ils nous ont régalé de gnocchi, de cicheti et de bouteilles de grappa venues de toute l'Italie.

Si l'île de Venise se savoure avec les yeux, elle se déguste aussi à table. Mais pour découvrir la véritable cuisine vénitienne, il faut accepter de prendre un risque : s'éloigner des grandes artères commerçantes et laisser la chance au hasard.

Paul, du blog Petits Voyageurs

Copyright Petits Voyageurs
Copyright Petits Voyageurs

La Giudecca

La Giudecca, d’abord appelée Spina Lunga (comprenez « arête de poisson »), est une bande de terre tout en longueur qui s’étire d’ouest en est et vient souligner Venise en beauté. Pour la rejoindre et goûter à ses charmes, une courte traversée en vaporetto suffit.

Depuis ses longues fondamente, au nord, on peut observer San Marco, le Dorsoduro et sa magnifique Basilica Santa Maria Della Salute, avec un œil neuf et le recul que Venise ne permet pas toujours. Dans ses calle, au cœur de l’île, qui s’entrecoupent pour former un labyrinthe merveilleux, on découvre la richesse de ce fragment de terre, ce Venise miniature, en plus calme, mais tout aussi charmant.

La Giudecca, ce sont en fait six micro-îles entrecoupées par de larges canaux surmontés de ponts pour les relier. Sur chacun de ces petits bouts de terre, on découvre un concentré de ce que la lagune vénitienne a de mieux à offrir : de beaux palais, un dédale de rues dans lequel on aimerait se balader à l’infini, des églises imposantes, des façades colorées qui révèlent tous leurs charmes quand le soleil les illumine, un magnifique cloître caché et bien sûr la douceur de vivre au rythme de l’eau qui claque contre les rives de l’île comme si c’était un navire …

Pauline, auteure de ce blog, pour vous servir !

L'île d'Elbe

L’île d'Elbe, on la connaît surtout comme l’île de l'exil de Napoléon, (avant qu'il tente son retour pour les 100 jours). Cette île fait partie de l'archipel toscan, qui forme un parc national avec 6 autres îles dont j'ai oublié le nom... Elle est donc située au large de la Toscane, de Piombino plus précisément. Nous avons suivi la trace de Napoléon, mais assez vite nous avons arrêté ! La visite de sa maison était un peu désuète, peu de meubles, peu de pièces à voir... Ce fut donc la seule visite « Napoléon » !

L'île est assez montagneuse, avec un sommet à 1000m ! On peut d'ailleurs y monter à pied ou en téléphérique. Mais les photos sur le net montrant la taille des cabines m'ont un peu effrayée ... De belles randonnées doivent être possibles, nous avons plutôt profité des bords de mer pour se baigner et profiter de la dolce vita 🙂 Et oui, nous étions en voyage en famille avec nos 2 garçons de 4 et 2 ans à l'époque.

Notre plage préférée est celle de Scaglieri, l'eau était plutôt chaude, la plage peu fréquentée ... Parfait ! Précisons que nous y étions au mois de Novembre, la foule doit être différente l'été.

Une bonne idée d'activités : visiter la petite ville de Portoferraio, "capitale" de l'île, déguster un cappucino et puis participer au retour de pêche en s'achetant un bon poisson frais ! Miam !

Encore méconnue du grand tourisme, profitez-en dès maintenant !

Virginie, du blog Les Aventures d'Arthur et Thibaut

Copyright Les Aventures d'Arthur et Thibaut
Copyright Les Aventures d'Arthur et Thibaut

Archipel de la Maddalena

À chaque nouveau voyage, nous essayons de pratiquer une activité nouvelle, de vivre une expérience inédite, pour nous souvenir d’une manière différente de chaque endroit et pour assouvir notre soif de découverte sans bornes.

Pour notre séjour en Sardaigne, en juin 2016, nous avons opté pour une escapade en voilier. L’archipel de la Maddalena semblait être un endroit qui s’y prêtait parfaitement. Et nous ne nous sommes pas trompés. Cette virée d’une journée sur un voilier de la compagnie Dea del Mare a été un moment inoubliable de notre séjour.
Dea del Mare propose différents styles de voiliers (du plus traditionnel au plus moderne) pour des croisières d’une journée depuis la ville Palau, au Nord-Ouest de la Sardaigne.

Nous avons choisi d’embarquer pour une journée complète sur l’Atlantide, avec Davide notre commandant et Francisco le matelot, tous deux adorables et à nos petits soins ! Nous avons navigué d’île en île pour admirer les eaux cristallines et les criques de l’archipel. Escale sur les îles pour de petites balades, plongeon dans l’eau turquoise ou bronzette sur la proue du voilier, nous étions libres d’organiser notre journée comme nous le voulions, le commandant s’est adapté à toutes nos envies !

Si vous êtes tenté par l’expérience : maillot de bain, crème solaire, serviette de plage, lunette de soleil et appareil-photo sont tout ce dont vous aurez besoin pour cette journée qui restera gravée dans vos souvenirs, croyez-nous !

[75€ par personne, apéritif et déjeuner compris]

Alexia, du blog The Next Stop

Copyright The Next Stop
Copyright The Next Stop

Sardaigne

Nous rêvions de la Sardaigne depuis que nous étions allés en Corse. Un jour, depuis Bonifacio nous avions aperçu se dessiner la côte sarde à l'horizon, et une envie irrépressible d'y aller naquit chez nous.

C'est ainsi que, quelques mois plus tard, nous embarquions pour la Sardaigne depuis le port de Livourne.

La première chose dont il faut prendre conscience en arrivant en Sardaigne, c'est sa dimension. Devant la carte de l'Europe, elle peut sembler "visitable" en quelques jours, mais c'est une erreur. Nous y avons passé une semaine et nous n'avons pas vu la moitié de l'île. Je ne peux donc que vous conseiller de prendre votre temps, de choisir un "coin" de l'île et d'en profiter comme il se doit, plutôt que de prévoir des circuits démentiels qui, sous le soleil brûlant, et sur les routes sinueuses, vous rendront vite dingues.

Ce sera dur, mais il vous faudra donc choisir entre les ruelles fraîches de Cagliari, la côte sauvage du sud-ouest, les paysages montagneux du centre, ou les villages de vacances du nord-est ... et si vous n'arrivez pas à vous décider, il ne vous reste qu'une chose à faire : y poser vos valises pour un mois 🙂

Mitchka, du blog Fish and Child

Copyright Fish and Child
Copyright Fish and Child

---

Toutes ces belles îles localisées sur une carte (pour vous aider à préparer le tour d'Italie d'îles en îles que vous avez certainement envie de faire maintenant), ça donne ça :

---

Épinglez-moi !

12 Replies to “Îles était une fois l’Italie du nord ouest”

  1. moi aussi je rêve d’un long road-trip en Italie … on plaque tout, on part ensemble ? :p

    1. C’est encore plus tentant ^^

  2. Merci de l’invitation! De belles découvertes parmi ces îles du nord !

    1. Avec grand plaisir Virginie, merci à toi pour cette belle découverte de l’Île d’Elbe !

  3. Ouf, j’en ai déjà fait pas mal 🙂

  4. Ouf, j’en ai fait aucune, comme ça il me reste encore plein de choses à découvrir ! Blague à part, je connais très mal voir presque pas l’Italie. Pourtant je sais que je pourrais m’y plaire ! Joli billet !

    1. Merci ! On t’embarque dans notre tour d’Italie avec Mitchka (et Lucie) ? 😀

  5. Hé bien, merci Pauline, je découvre quelques îles méconnues… malgré 33 ans de voyages en Italie 😉

    1. 🙂 contente d’avoir pu vous faire découvrir de nouvelles pépites italiennes à explorer. Envie d’en visiter une en particulier ?

  6. Ah l’Italie… les îles Boromées ont été ma première rencontre avec le pays et maintenant j’y vis (en Italie hein pas aux îles Boromées 🙂 ) Super article qui fait voyager ! Il manque quand même le Stromboli qui je dois bien l’avouer me titille au plus haut point ! Vivement vivement ! En tout cas je découvre ton blog et j’adore ! C’est frais et riche ! Bravo ! Et le #panoracha m’a bien fait rire ! Au plaisir de te lire encore ! À bientôt !

    1. Oui comme tu dis « Ah l’Italie » … Comme je le dis en intro, j’adore ce pays, surtout ces îles puisque je ne connais que ça pour l’instant mais je sais que j’aimerais aussi le reste une fois que j’y aurais été ! La Lombardie doit être une bien belle région, tu dois te régaler ! Pour le Stromboli il faut aller sur le blog de Lucie lire la suite de l’article pour lire une petite présentation 😉
      Merci pour tes gentils mots à propos de mon blog, ça me touche beaucoup 🙂 Bonne journée !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.