La recette d’un week-end réussi dans le Volvestre

Il y a des fois où mon imagination, secondée par mon inspiration, prend des chemins un peu étranges. Je crois pouvoir affirmer sans trop d'hésitation, que cet article est le résultat d'une de ces fois-là. Sur un coup de tête, ou sous l'impulsion des deux dont je parlais précédemment, j'ai décidé de vous raconter le blogtrip dans le Volvestre, auquel nous avons participé plus tôt dans l'été, un peu à la manière d'une recette de cuisine.

Peut-être pour rompre avec le style des autres articles, car ce n'était pas un séjour comme les autres (notre tout premier blogtrip, séjour en groupe plutôt qu'à deux, programme du week-end inconnu alors que l'on est des spécialistes de la planification / faiseurs de liste nés) ; peut-être pour refléter l'alchimie qui s'est produite entre les personnes présentes ce week-end là ; ou peut-être simplement parce que j'aime trop manger ...

Dans tous les cas, c'est ce qui vous attend ici, mais, rassurez-vous, il y a également des passages écrits de manière plus traditionnelle pour ne pas rendre la lecture trop indigeste et pour pouvoir saupoudrez le tout de quelques informations pratiques, quand même (cette phrase est un petit avant goût de ce qui vous attend).

Nécessaire pour un beau séjour dans le Volvestre

Pour un week-end réussi dans le Volvestre, il faut :

  • Un duo de choc à l'organisation ;
  • Neufs personnes vivant en Haute-Garonne qui ne se connaissent pas forcément tous, mais qui ont pour points communs : la curiosité, l'amour de la photographie et un certain sens de l'humour ;
  • Une Bordelaise (mais Normande, en vrai) prête à se laisser séduire par la Haute-Garonne et pouvant encaisser toutes les remarques des (faux, pour la plupart) toulousains avec qui elle se trouve ;
  • Des personnes accueillantes et passionnées (coachs sportifs, guides touristiques, restaurateurs ou encore meunier), souhaitant faire découvrir les richesses de leur territoire

Mais aussi :

  • Un mini-bus et une voiture,
  • Un joli fleuve pas trop tumultueux (et des canoës) ;
  • Une base de loisirs (le sens de l'équilibre et des bras costauds sont un plus) ;
  • Un camping agréable avec salle de projection privative (et un huitième de finale de Coupe du Monde) ;
  • Deux beaux villages avec des ruelles pleines de charme et des bâtiments chargés d'Histoire(s) (et deux guides pour apprendre informations et secrets à propos des villages) ;
  • Un Village Gaulois (oui c'est assez spécifique, je vous l'accorde) ;
  • Un magnifique moulin à eau (et un meunier passionné).

La recette à suivre pour un week-end réussi dans le Volvestre

Première étape : Émulsion d'apprentis aventuriers en canoës carbonnais

Plongez le duo de choc, les hauts-garonnais et la bordelaise dans les eaux frémissantes de la Garonne, à partir de Carbonne, en ayant pris soin de les placer sur un canoë au préalable et de les accompagner de coachs expérimentés. Laissez-les prendre l’eau et le soleil pendant environ huit kilomètres, jusqu'à Mauzac, dans ce bouillon exaltant de verdure et de fraîcheur. Comptez entre 1h30 et 2h pour cette première étape.

Pour Nico et moi, le canoë c'était une grande première et ça serait un (très gros) mensonge de dire que cette balade sur la Garonne n'a pas été accompagnée d'un (très gros) moment de stress (surtout pour moi). Mais finalement, passée l'angoisse de se mettre à l'eau, du premier rapide, de la première fois où on part en travers pour aller directement dans les arbres ou de celle où on se retrouve dos à l'endroit vers lequel on doit pagayer, cette descente en canoë a été très agréable (et en vrai le stress n'a duré qu'une dizaine de minutes). Il faisait beau, la Garonne était relativement calme, c'était marrant de tenter une nouvelle expérience et d'essayer de comprendre comment fonctionne la rivière et ses courants pour mieux anticiper nos mouvements et éviter de se retrouver dans les arbres (ce qui n'est finalement arrivé que deux fois) ! J'ai même envie d'en refaire !

Si vous aussi vous voulez faire du canoë sur la Garonne, contactez Francis Sanchez chez Canoë 31 (sur canoe31.fr ou canoe-garonne.com ou leur Page Facebook)

Deuxième étape : Mises en bouche du Sud-Ouest

Détrempez ensuite tout ce petit monde dans un cadre agréable qui fait la part belle à la nature et aux loisirs. Agrémentez de saveurs du sud-ouest et d'une bonne dose de rires, remuez le tout et laissez reposer (les bras endoloris par le canoë, NDLR) pendant de longues minutes, de préférence à couvert.

Confortablement installés sur la terrasse ombragée de La Source Wake Park, on a dégusté une cuisine simple mais bonne en commençant par une planche de charcuterie et fromages pour l'apéro (j'ai testé à cette occasion la Tête de Moine, une tuerie !), on a poursuivi avec le classique du Sud-Ouest, le magret de canard et terminé avec, pour ma part, un délicieux fondant au chocolat.

Situé à Carbonne, à 45 minutes de Toulouse (44 kilomètres), La Source Wake Park est un endroit agréable qui propose plusieurs activités nautiques et une terrasse bien sympathique où l'on peut boire un verre ou manger un morceau. Pour plus d'informations sur le snack, je vous invite à consulter leur site et sur leur Page Facebook.

Troisième étape : Bouillon de La Source du Volvestre

Pour éviter de faire bouillir tout ce joyeux collectif dans la chaleur ambiante du mois de juin, remettez-le un peu à l’eau, de manière plus ou moins rapide, à l'aide d'un kneeboard. Au préalable, pensez à bien envelopper les apprentis kneeboarders dans un gilet de sauvetage qui leur évitera de trop boire le bouillon et protégez leur tête avec un casque.

Pas tentée (du tout) par le kneeboard qui me paraissait être une activité forcément vouée à l'échec (et les retours d'expériences de Nico et de nos comparses me laissent penser que j'avais totalement raison), j'ai préféré mettre au défi mon sens de l'équilibre et faire mon baptême de stand-up paddle. Un peu à l'écart de la zone de téléskinautique, La Source Wake Park propose un aqua park avec des structures gonflables et une zone délimitée, plus calme, dans laquelle il est possible de s'essayer au paddle. Si j'ai réussi à me mettre debout quelques secondes, je n'ai par contre pas tenter de pagayer une fois (presque) debout tant la planche tanguait sous mes pieds. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot, je réessaierais un jour !

Pour plus d'informations sur les activités proposées par La Source Wake Park, je vous invite à consulter leur site et sur leur Page Facebook.

Quatrième étape : Méli-mélo franco-argentin

Pour continuer à faire prendre la mayonnaise au sein de ce petit groupe, placez-le dans la grande marmite de la Coupe du Monde de Football et liez le tout en ajoutée une pincée d'espoir (de victoire) commun. Laissez la magie du sport (et de la victoire) opérer.

Je tiens à préciser ici que le fait de regarder le huitième de finale de la Coupe du Monde n'était absolument pas prévu jusqu'à une semaine à peine avant le week-end et la requête de certain(e)s (beaucoup en fait). Nos organisateurs (de choc) ont donc dû adapter le programme en fonction (et on les remercie vraiment, on aurait été déçus de manquer ce match) et improviser une salle de projection, pour ceux qui voulaient regarder le match, dans le camping qui nous accueillait (pendant que les autres rencontrait Raphaël de Just, sculpteur basé au Domaine des Nozes).

Et en parlant du camping, voici quelques informations pour que vous puissiez à votre tour y passer un agréable moment. Le Camping du Plan d'Eau est situé à Rieux-Volvestre, en bord de Garonne, il dispose de chalets donc, mais aussi d'emplacements pour les tentes et les campings cars, de mobil-homes et d'une aire de loisirs. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site de Haute-Garonne Tourisme.

Cinquième étape : Papogay traditionnel accompagné des petits secrets de Rieux-Volvestre

Mélangez ensuite à nouveau tout le groupe pour une visite passionnante et passionnée d’un morceau de Haute-Garonne qui vaut le détour : Rieux-Volvestre (qui fait partie des plus beaux détours de France, NDLR). Saupoudrez d’informations historiques, d'anecdotes et de petits secrets apportées par Marion, de l'Office de Tourisme de Rieux Volvestre, parsemez d'éclats de rire, profitez. Laissez ensuite reposer (et rire) la troupe autour d’un bon repas au Restaurant de la Halle.

Avec Nico, c'était la deuxième fois qu'on allait à Rieux-Volvestre, mais la première fois que l'on y faisait une visite guidée. On a donc découvert de nouveaux lieux et appris beaucoup de chose au cours de cette balade dans le joli village de Rieux, à commencer par les Fêtes du Papogay, une célébration annuelle qui se tient début mai et fait honneur la tradition du tir à l'arc. On a ensuite eu la chance de voir la Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Rieux, comme on ne l'avait pas vue la première fois : avec des explications, déjà, mais surtout, on a pu visiter la sacristie et, summum de la visite, on a pu aller dans les combles de la cathédrale, au-dessus des voûtes (qui comme Marion nous l'a fait remarquer ne sont pas alignées), juste sous le toit, et profiter de la jolie vue qu'il y a de là-haut sur le village ! Notre belle visite guidée s'est terminée entre les murs chargés d'histoire de la Tourasse, une ancienne tour du 13e siècle qui a servi successivement d'hôtel de ville, de prison, de théâtre puis de salle de cinéma.

Pour tout savoir sur les festivités du Papogay, consultez le site de la Compagnie des Archers du Papogay ou rendez-vous au Musée du Papogay (gratuit), à Rieux-Volvestre.

Pour visiter Rieux-Volvestre et ses bâtiments emblématiques, une visite guidée est proposée aux groupes sur réservation sur le site de l'Office de tourisme du Volvestre.

Pour boire un verre ou manger un morceau tant que vous êtes dans le village, rendez-vous chez Claude & Marlène Subra, au Restaurant de la Halle, sur la (jolie) place du même nom.

Sixième étape : Retour des Halles de Montesquieu-Volvestre

Pour éviter, à nouveau, de faire bouillir le collectif sous le soleil de l'été, mettez-le au frais sous les Halles de Montesquieu, dans son Eglise Saint-Victor ou à l'ombre dans ses petites ruelles entrelacées. Laissez Vincent, de l'office de tourisme, ajouter quelques informations historiques mélangées avec des anecdotes singulières. Mixez le tout pour obtenir des promeneurs captivés et heureux.

Avec Nico, on était déjà allé à Montesquieu aussi, mais comme à Rieux, on n'avait pas eu l'occasion de faire une visite guidée, on a donc bien apprécié cette (re)découverte, commentée, de ce charmant village. Depuis les Halles au cœur du bourg jusqu'à la rue Samson où était allumé les réverbères, en passant par l'Eglise Saint-Victor, un hôtel particulier du 17e siècle et la plus ancienne maison à colombages de la commune, Vincent nous a conté l'histoire de cette ancienne bastide située dans une boucle de l'Arize. On a par exemple appris qu'après avoir été pendant longtemps libre et auto-gérée, la ville de Montesquieu a finalement été donnée à un seigneur provoquant la colère de ses habitants.

Pour en savoir plus sur la ville de Montesquieu-Volvestre, son histoire et ses bâtiments emblématiques, vous pouvez vous rapprochez de l'Office de Tourisme du Volvestre.

Septième étape : Casse-croûte boisé aux accents gaulois

Dressez une grande tablée dans un joli cadre boisé puis rafraîchissez tout ce petit monde, à couvert sous les feuilles des arbres. Arrosez d'un peu de vin et accompagnez de bons produits frais et locaux. Après de longues minutes placée ainsi au frais, la joyeuse troupe peut de nouveau être pétrie, travaillée, enrichie de nouvelles informations sur l'univers des Gaulois, dans l'Archéosite imaginé et créé par le passionné et passionnant Jean-Luc Blanchard.

Après notre balade dans les rues de Montesquieu, on est donc revenu sur le territoire de la commune de Rieux-Volvestre, pour visiter le Village Gaulois. Mais avant ça, on a partagé un dernier (chouette et bon) repas tous ensemble dans un joli petit bout de forêt, aménagé avec des tables de piques-niques, juste à côté du site. Le créateur du lieu, Jean-Luc Blanchard, nous a ensuite accompagnés pour une partie de la visite au cours de laquelle informations sur la vie quotidienne, les traditions mais aussi les croyances de nos ancêtres sont distillées de chaumières en chaumières. Travail du bois, du cuir, du métal, au Village Gaulois, l'information n'est pas seulement inscrite sur des panneaux, elle est aussi, et surtout, transmise oralement, montrée, démontrée ; c'est passionnant et ludique. Un peu pressés par le temps, on n'a pas pu faire l'intégralité de la visite du Village Gaulois mais ça donne une bonne raison pour y revenir !

Pour tout savoir sur le Village Gaulois de Rieux-Volvestre, je vous invite à consulter son site internet.

Huitième étape : Les douceurs du Moulin des Bures

Pour clore ce week-end sur une note pleine de douceur, placez le groupe dans le cadre enchanteur du Moulin des Bures, à Saint-Sulpice sur Lèze. Mélangez l'attachement à la tradition et au patrimoine familial, la passion et l'amour du travail bien fait pour obtenir Michel Aupetit, meunier occasionnel qui souhaite faire découvrir l'histoire de son moulin familial et de ce métier oublié au plus grand nombre. Ajoutez quelques douceurs à déguster en profitant de la vue sur le moulin, une bonne dose de convivialité et laissez poser.

Si toutes les bonnes choses doivent réellement avoir une fin, alors autant que cette fin soit, elle aussi, une bonne, une belle, chose. Et cela a été largement le cas avec cette visite du Moulin des Bures qui nous a tous passionnés et touchés. Parce que le lieu, tout d'abord, est magnifique ; parce que l'histoire de famille qui se cache dans ces murs est belle ; parce que voir fonctionner un moulin à eau, comprendre chaque étape qui amène à la production de cette farine fluide, douce, odorante, c'est tout simplement fascinant et aussi parce que Michel Aupetit et sa femme, Florence, sont des gens chaleureux, passionnés, sympathiques, tout simplement (et parce que leurs petits sablés préparés à partir de la farine produite par le moulin était délicieux).

Actuellement, le Moulin des Bures n'est pas ouvert au public en continu. Pour le visiter, il faudra donc attendre les Journées du Patrimoine (en septembre), pour les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier (en mai) ou contacter son propriétaire.

A noter :

  • Cette recette fonctionnera aussi très bien que vous voyagiez en famille, en duo ou en solo ; même sans avoir la moitié d'une colonie de vacances avec vous (et les supers monos qui vont avec), les villages et lieux visités valent le détour.
  • Cette recette fonctionnera aussi certainement même en l'absence d'un huitième de finale en plein milieu.
  • Si vous voulez compléter les informations contenues dans cette recette, ou l'adapter à votre sauce, vous pouvez consulter le site du Haute-Garonne tourisme.
  • Et enfin aucun participant n'a été blessé pendant ce week-end, ni ceux qui sont tombés du canoë (car oui, il y a bien eu une chute), ni notre bordelaise préférée (qui a déjà hâte de revenir en Haute-Garonne) !

Un grand merci à Corinne et Fred et au Haute-Garonne Tourisme pour ce (très chouette) week-end dans le Volvestre, un grand merci également à tous ceux qui nous ont accueilli, nourris, amusés, arrosés, informés durant ces deux jours. Et un grand merci également à nos compagnons de week-end pour ces chouettes moments passés ensemble : Alban, Camille, Cindy, Clémentine, Philippe, Rémy, Solène et Véro. Pour (re)voir toutes les publications, les miennes et les leurs, à propos de week-end, cherchez le hashtag #HotesGaronne sur Twitter et Instagram.

Nous avons été invités par le Haute-Garonne Tourisme pour ce week-end. Je reste libre dans mes propos et exprime ici mes avis et ressentis à propos des activités effectuées et des lieux visités en toute objectivité. 

Épinglez-moi !

12 Replies to “La recette d’un week-end réussi dans le Volvestre”

  1. J’adore!!!!! Tu m’avais prévenue que l’article serait original, il l’est, et en plus il est vraiment très joli et agréable à lire. Quel beau week-end nous avons passé tous ensemble!

    1. 😀 merci Cindy ! Et oui c’était vraiment un super week-end, que de rigolades et de belles découvertes en bonne compagnie 🙂

  2. Je te le redis, je suis jalouse de ton idée! C’est réussi, ton article donne vraiment faim d’aller voir cette région! 😉

    1. Merci beaucoup Annabelle ! J’ai l’impression que tu vas être vraiment obligée de revenir bientôt en France, tellement d’autres villes et régions à découvrir en France 😉

  3. J’ai envie de repartir maintenant, c’est malin. Il faut dire que ton article m’a mise en appétit. Bravo Odile !

    1. Haha ! Tu peux le dire que tu es addict à la Haute-Garonne hein, Bordodile, ça restera entre nous ^^

  4. Quel plaisir de lire ton article !
    Retour sur 2 jours de plaisirs, de sensations, d’émotions, de rencontres, de partages, de découvertes, de rires mais peut-être tout simplement et surtout de bonheur d’avoir partagé ces tranches de vies avec une belle équipe #HotesGaronne 😉
    Bravo encore pour cet article, j’adooore !

    1. Merci beaucoup Fred !
      C’était un très chouette moment oui, vivement qu’on trouve un petit moment pour réunir la team Rabbit 🙂

  5. Très bel article, tu as bien fait de te laisser porter par ton imagination ! 🙂

  6. Super article, ca donne envie, et super carte « home made » 🙂 Je découvre également tes autres illustrations, c’est vraiment canon. Bravo !

    1. Merci beaucoup, ça fait très plaisir de lire ça 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.