Itinéraire et infos pour un road trip en Norvège entre Oslo et Bergen

Vous avez envie de faire une croisière silencieuse sur les fjords, d'admirer des drakkars millénaires, de vous perdre dans les forêts moussues de Norvège et de vivre une épreuve de biathlon en vrai ? Cet article est fait pour vous (je peux même vous indiquer comment vous perdre dans la forêt, ce n'était pas une figure de style !) !

Je vous propose ici une carte et un article pratiques, basés sur notre expérience, qui contiennent des informations et mes conseils pour passer un agréable séjour en Norvège, entre villes agitées et villages paisibles, sites historiques passionnants et rues où s'étalent l'art contemporain, constructions humaines impressionnantes et panoramas naturels extraordinaires ...

Un très bref résumé de ce voyage avant de plonger dans le vif du sujet : nous avons exploré un petit bout de la Norvège, entre Oslo et Bergen, au mois de mars, à cheval sur l'hiver et le printemps, avec une voiture de location pour la moitié du séjour et les transports en commun (et nos pieds) pour l'autre. Nous avons passé douze jours sur place et loué cinq hébergements différents, en chambre chez l'habitant ou dans des logements entiers.

Le prétexte initial de notre voyage était l'étape norvégienne de la Coupe du Monde de Biathlon, à Holmenkollen. Deux journées de notre voyage ont donc été consacrées à cet événement sportif. Mes conseils peuvent donc s'appliquer également à un voyage de dix jours, ou non, tout dépend à quel rythme vous souhaitez faire les choses ! Dans tous les cas, voici ce que nous, nous avons pu voir et visiter pendant ces douze jours :

Cet article pratique a pour vocation de vous aider à préparer votre voyage en Norvège, en complément d'autres articles de blog ou de guides de voyage. Comme dans mes autres articles pratiques, j'essaie de rassembler toutes les informations qu'il me semblent utiles de connaître, je tente de répondre a posteriori à toutes les questions que l'on a pu se poser, nous, avant le voyage pour répondre à vos propres interrogations (vous me suivez ?). Mais comme je ne peux pas penser à tout, je vous encourage à poser VOS questions en commentaires si cet article n'y répondait pas.

Le coût de la vie en Norvège

Difficile de parler d'un voyage en Norvège sans évoquer la question du budget. Si vous vous êtes déjà un peu documenté sur cette destination, vous avez sûrement lu que la vie là-bas est chère ... et c'est tout à fait vrai !

La monnaie norvégienne est la couronne norvégienne (NOK). Le taux de change est variable mais oscille généralement autour du rapport suivant : 1 euro = 10 NOK (ce qui est assez pratique pour faire les conversions).

Je ne peux pas vous dire exactement combien nous avons dépensé sur place car nous ne faisons pas le total de nos dépenses en vacances mais je peux vous dire tout de même que tout est plus cher qu'en France ! A titre d'exemple, un verre de vin dans un bar coûte 10€, pareil pour la pinte (oui le prix des verres dans les bars est notre repère pour savoir si la vie est chère ou non :D).

Les locations courtes de logements en Norvège

Pour les cinq hébergements que nous avons loué, nous avons payé un total de 851 euros pour douze nuits, ce qui fait une moyenne de 77 euros par nuit. Habituellement, lorsque nous voyageons nous arrivons à trouver des logements entiers pour 60 euros la nuit et des chambres chez l'habitant pour 50 euros ou moins. Pour ce voyage en Norvège cela n'a pas été possible.

Notre logement à Flåm (la partie gauche du bâtiment)

La location de voiture en Norvège

Nous avons hésité pendant un moment entre faire ce voyage en voiture ou sur les rails, en bateau et en bus. Mais le fait de voyager en hiver, avec une météo qui pouvait potentiellement remettre en cause nos déplacements, avec des sacs à dos remplis d'affaires d'hiver et donc lourds et encombrant, avec l'angoisse de louper nos connections et de courir pendant ces douze jours nous avons finalement fait opté pour un voyage en voiture, où nous étions maîtres de nos heures de départ et d'arrivée.

Lors de notre road trip au Québec en hiver, nous avions fait le choix de prendre une grosse voiture avec une bonne tenue de route pour ne pas se soucier de la hauteur de neige que l'on pourrait rencontrer. Pour la Norvège, nous n'avons pas pu prendre le même type de voiture car la location de ce type de voiture revenait vraiment trop cher. Au Québec, la location de notre Jeep Patriot nous a coûté 33€ par jour, en Norvège la location de notre Hyundai Ioniq (donc plutôt une voiture de type berline) nous a coûté 42€ par jour.

Les transports en commun

A Oslo

Nous avons beaucoup marché mais nous avons aussi utilisé les transports en commun (bus et métro). Pour vous faciliter un peu la vie et surtout faire des économies, sachez qu'il existe une application mobile, RuterBillett, qui permet d'acheter les tickets directement sur son smartphone : un billet pour adulte acheté via l'appli coûte 36 NOK (environ 3,60€) et 56 NOK (environ 5,60€) si vous l'achetez au conducteur de bus !

Pour faire des économies si vous restez longtemps sur place ou que vous pensez utiliser beaucoup les transports, sachez qu'il existe des cartes 24h, 7 jours ou 30 jours et que l'Oslo Pass permet de voyager gratuitement dans les zones 1 et 2.

Pour tout savoir sur les tarifs, rendez-vous sur le site de l'Office de Tourisme d'Oslo. Pour en savoir plus sur l'Oslo Pass, c'est aussi sur le site de l'Office de Tourisme d'Oslo !

Pour se rendre à Bygdøy

La péninsule de Bygdøy est située au sud du centre ville d'Oslo et abrite plusieurs musées qui valent le détour (je vous en parle plus après !). Il est possible de rejoindre "l'île des musées" en voiture, en bus ou en bateau. C'est cette dernière option que nous avons choisi, car c'était l'occasion de faire une petite balade en bateau sur le fjord d'Oslo, nous avons donc pris le ferry de la compagnie Norway Yacht Charter A/S (78 NOK l'aller-retour) depuis Aker brygge. 

Oslofjord

Voyager en Norvège au mois de mars

Le climat

Notre voyage en Norvège a commencé mi-mars, avec une température froide, mais pas glaciale non plus puisqu'il faisait autour de 0 (et je vous rappelle pour ceux qui pensent que je suis folle de ne pas trouver cela glacial : c'était encore l'hiver !). Sur l'ensemble de notre séjour, nous avons eu des températures plutôt clémentes pour un hiver norvégien (comme nous l'ont confirmé certains locaux), oscillant entre -5°C et 10°C.

Nous avons vu du ciel gris, du ciel bleu, des chutes de neige, du brouillard, de la pluie ... bref, une météo du mois de mars ! Concernant la neige, elle était presque totalement absente des villes (à l'exception de la péninsule de Bygdøy à Oslo) et assez peu présente sur les routes, sauf sur les très hauts plateaux (je vous en parle dans le détail juste en dessous).

Si vous voulez des informations sur mon équipement pour résister au "grand froid", je vous invite à consulter mon article Itinéraire et infos pour un road trip de trois semaines au Québec en hiver où je parle des vêtements et accessoires que j'emporte pour nos voyages sous la neige.

Se déplacer sur les routes norvégiennes : quelques généralités et cas particulier de l'hiver

Les routes norvégiennes sont globalement en bon état et les règles de conduite à peu près les mêmes que celles qui s'appliquent en France. Quelques règles :

  • Les limitations de vitesse sont les suivantes : 50 km/h dans les agglomérations, 80 ou 90 km/h sur les routes principales, de 90 à 110 km/h sur les autoroutes.
  • Les feux de croisement doivent toujours être allumés, même en journée.
  • Les distances de sécurité varient selon la saison (et sont fréquemment contrôlées) : au moins 3 secondes en été, 5 secondes en hiver.

A noter que les péages norvégiens sont tous automatiques, ce sont des caméras fixées au-dessus de la route. Votre voiture doit être enregistrée auprès d'Euro Parking Collection plc (EPC) pour pouvoir payer les sommes dues (les voitures de location le sont systématiquement).

Pour connaître toutes les règles de conduite et les conseils pour se déplacer en voiture en Norvège rendez-vous sur le site de Visit Norway

Les routes norvégiennes et les tunnels

Dans les régions montagneuses, les routes sont généralement en bon état et traversent beaucoup (beaucoup) de tunnels. Entre Flåm et Bergen par exemple, on a traversé 43 tunnels (oui oui, je les ai comptés), d’une longueur allant de 67 mètres à 11 km pour un total de 53 kilomètres de tunnels sur un trajet de 166 kilomètres. C'est d'ailleurs en Norvège que se trouve le plus long tunnel routier au monde, le Lærdalstunnel, il fait 24,5 kilomètres, on l'a traversé, c'est long !

Les routes norvégiennes et la neige

L'état d'enneigement des routes en Norvège pendant le mois de mars a sûrement été la plus grosse interrogation avant le voyage (et même pendant le voyage). J'ai réfléchis à sept itinéraires différents avant que l'on décide de suivre celui que je vous présente ici.

Oslo et Bergen se trouvent à plus de 400 kilomètres l'une de l'autre, respectivement à l'est et à l'ouest du Hallingskarvet nasjonalpark, dans lequel se dresse le Folarskardnuten (1933 mètres d'altitude), et du Hardangervidda nasjonalpark où se trouve le plus vaste haut plateau d'Europe dont la majeure partie se trouve à plus de 1000 mètres d'altitude. L'état des routes à cette altitude, en mars, est assez aléatoire !

Globalement, nous avons eu de la chance et nous avons pu circuler sans trop de problème (vous sentez la nuance dans le propos qui laisse présager un "mais" ?). A "l'aller", entre Oslo et Flåm (et même jusqu'à Bergen), les routes étaient toujours bien dégagées, même lorsque nous avons traversé le "paradis blanc" près de l’Eldrevatnet.

MAIS (le voilà ce "mais" !), on s'est retrouvés bloqués bêtement dans la neige en tentant d'aller voir Vøringfossen de plus près. Sur une petite route non dégagée qui passait au milieu de jolis chalets (abandonnés pour l'hiver, sinon c'est moins drôle), on a du pelleter la neige pour tenter de sortir notre voiture "pognée" (terme québécois qui décrit tellement bien la situation que je ne sais même plus comment le dire en français) dans la neige avant qu'un chasse-neige nous sauve la mise. Je vous rassure, ce n'était absolument pas sur un grand axe, et il est très facile d'éviter ce genre de situation, simplement en n'empruntant pas les petites routes complètement enneigées dans les coins abandonnés !

Au "retour", entre Ulvik et Oslo, la route qui traversait le Hardangervidda nasjonalpark était bien blanchie et la visibilité réduite à certains endroits mais la circulation était possible (en restant vigilant bien entendu !).

Le mieux pour ne pas vous retrouver bloqués sur les routes en altitude, si vous voyagez en hiver, est de vérifier l'état des routes avant de les emprunter, certaines peuvent être fermées de manière systématique ou temporairement.

On fait étape où en Norvège en hiver ?

A Oslo

  • Pour parcourir cette ville agréable et colorée en flânant le long de l'Akerselva ; en se baladant à Aker Brygge au sud ; en observant l'étonnant et emblématique Opernhaus, opéra à l'architecture moderne devenu un des emblèmes de la ville ; en profitant des jolies serres du Botanisk Hage ; en découvrant l'architecture contemporaine du Barcode ; en admirant les façades et bâtiments historiques du centre ville ; en tombant sur le charme du quartier historique de Damstredet ou du quartier coloré et industriel de Sagene, en voyant la vie en couleurs grâce au street art ...
  • Pour rejoindre Bygdøy en bateau et visiter le Norsk Folkemuseum, musée folklorique où l'on peut admirer la Gol stavkirke et découvrir l'Histoire et les traditions du pays, et le Vikingskipshuset, où l'on s'émerveille devant des navires vikings vieux de plus de 1000 ans.
  • Pour découvrir la « Mecque du ski nordique », le complexe sportif d'Holmenkollen avec son impressionnant tremplin de saut à ski, lors d'une compétition ou non ! (Je reviendrai sur notre expérience à Holmenkollen en fin d'article)
Sagene
Opernhaus
Pensionnaires du Botanisk Hage
Barcode

Damstredet

Stade de Holmenkollen

Et pour dormir ?

On a loué deux logements différents à Oslo :

  • une chambre chez l'habitant pour notre arrivée en Norvège, situé dans le quartier de Sofienberg dans le district de Grünerløkka. On y a été très bien accueillis par William, qui a pris du temps pour discuter avec nous et nous conseiller sur les lieux à voir. C'est à une vingtaine de minutes à pied du Sentrum, il y a quelques commerces et des restaurants à proximité.
  • un appartement entier pour nos derniers jours sur place. Situé au nord de Grünerløkka, ce joli appartement est dans une résidence calme, fonctionnel et offre une belle vue sur les toits d'Oslo. Il est encore un peu plus loin du centre ville mais très proche d'un joli quartier avec des maisons colorés, des bâtiments en brique, des rives de l'Akerselva pour se promener et des commerces et restaurants.

Et pour manger ?

  • Tipo Pizzeria : un restaurant du district de Grünerløkka, bien décoré et agréable, qui propose une jolie carte de pizzas et de plats aux accents italiens à des prix raisonnables.
  • Café Arkadia : ce petit snack est collé au Norsk Folkemuseum, à Bygdøy, il est accessible depuis le musée comme depuis la rue (et donc sans ticket du musée). C'est un lieu agréable et chaleureux où l'on peut acheter des snacks chauds ou froid et s'installer sur des belles tables en bois pour les déguster. 

Et pour boire un verre ?

Mathallen Oslo : un food court branché où se côtoient des dizaines de cafés-bars, petits restaurants et épiceries qui proposent des produits aux influences diverses. Produits locaux ou importés, consommation sur place ou achats à emporter, Mathallen Oslo est un lieu aux usages multiples où nous avons décidé de nous contenter de boire un verre. Les prix sont assez élevés mais le cadre est vraiment sympathique.

A Flåm

  • Pour profiter du calme et de la beauté de ce petit village niché entre l'Aurlandsfjord et les montagnes, visiter le Flåmsbana Museet et boire un verre dans le superbe et cosy Ægir BryggeriPub.
  • Pour faire une balade depuis Flåm jusqu'à l'adorable hameau d'Otternes, avec ses bâtiments en bois dont certains datent du 17e siècle, tout en profitant de la vue sur l'Aurlandsfjord.
  • Pour en prendre plein la vue en faisant une croisière silencieuse (grâce au ferry 100% électrique "Future of the Fjords") et merveilleuse de Flåm à Gudvangen, en voguant sur l'Aurlandsfjord et le Nærøyfjord (inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO).
Vue sur l'Aurlandsfjord depuis Flåm
Vue sur l'Aurlandsfjord depuis Otternes
Croisière silencieuse parmi les géants norvégiens

Et pour dormir ?

On a opté pour un petit studio entièrement équipé, un peu à l'écart du village et avec une vue sur les montagnes, les moutons de la ferme à côté et on a adoré !

Et pour manger ?

Histoire de faire des économies, on a décidé de faire des courses pour se faire à manger ... Sauf qu'on a été faire des courses de manière totalement irréfléchie dans la petite épicerie de Flåm et qu'on est repartis avec 70€ de courses et l'impression de n'avoir rien à manger ... #Fail ... Mais ça nous a servi de leçon pour la suite !

Et pour boire un verre ? 

L'Ægir BryggeriPub : rien que pour la décoration du lieu, il FAUT que vous alliez boire un verre à Ægir BryggeriPub ! Déjà depuis l'extérieur, ce pub atypique en bois, dont les toits sont décorés d'éléments en bois qui rappellent les navires vikings ou les stavkirke attire l’œil et attise la curiosité. Une fois à l'intérieur, on ne peut que tomber sous le charme de sa belle cheminée entourée de banquettes arrondies, de ses chaises faites à même des troncs d'arbres, de tout cet univers à la fois rustique et chaleureux. On s'attend à voir débarquer Ragnar Lothbrok à tout moment ... mais (malheureusement) on ne l'a pas croisé ! Au-delà de la décoration, l'Ægir BryggeriPub est connu pour être une meilleure microbrasserie de Norvège, vous y trouverez donc une belle carte de bières brassées sur place (et si, comme moi vous n'aimez pas la bière, le vin y est aussi très bon !).

A Bergen

  • Pour déambuler dans les petites rues pavées bordées de jolies petites maisons colorées de la ville, tomber sous le charme du street art disséminé ça et là, découvrir le Fisketorget i Bergen et y déguster du saumon frais, admirer les façades de Bryggen, quartier emblématique de la ville, se balader au Nordnesparken, ...
  • Pour prendre le funiculaire qui permet de rejoindre facile le Fløyen et sa forêt des trolls, une des sept montagnes qui surplombe Bergen et offre une vue magnifique sur la ville et ses alentours ;
  • Pour s'émerveiller devant la Stavkirke de Fantoft avant d'aller observer la nature et se perdre (c'est simple, il suffit de ne pas suivre les sentiers !) dans les forêts moussues de l'Arboretet og Botanisk hage de Milde.
Vågsbunnen
Bryggen

Et pour dormir ?

On a opté pour une chambre privée chez l'habitant situé dans le quartier de Engen. La chambre est petite mais agréable et l'appartement est au calme. L'emplacement est très pratique, à proximité de plusieurs restaurants, d'un parking couvert (le KlosterGarasjen) où on a pu laisser notre voiture de location, la conscience tranquille et du joli quartier coloré de Nøstet.

Nøstet

Et pour manger ?

  • Hot Wok City : un restaurant pas particulièrement cosy mais qui a trois avantages : le service est rapide, les bonnes effluves qui s'échappent du lieu sont à la hauteur des saveurs qu'on y déguste et les prix sont raisonnables !
  • Pingvinen : une institution à Bergen, recommandé dans beaucoup de guides, qui sert des plats typiques norvégiens ou des plats plus internationaux mais à la sauce norvégienne. Le lieu est agréable et semble très prisé, réserver doit donc être parfois nécessaire.

Et pour boire un verre ? 

No Stress : niché au creux du joli quartier de Vågsbunnen, ce bar à cocktails est un lieu agréable et chaleureux pour faire une pause en fin de journée, et en écoutant de la bonne musique en prime !

A Ulvik

  • Pour profiter de la vue incroyablement paisible sur l'Ulvikafjord et du charme de la petite ville d'Ulvik,
  • Pour faire une randonnée entre forêts moussues, arcs-en-ciel et vue imprenable sur l'Ulvikafjord et l'Osafjord,
  • Pour voir des ronds-points dans des tunnels, traverser le Hardangerbrua, plus long pont suspendu de Norvège, et aller admirer la Vøringfossen, chute d'eau de 145 mètres de haut près d'Eidfjord.
Hardangerbrua

Et pour dormir ?

Si vous avez lu les lignes précédentes, vous le savez, on a donc logé chez Chuleeporn, ou pour être plus exacte juste en-dessous de chez elle puisqu'elle loue la partie basse de sa maison au bord du fjord (et quand je dis "au bord" je n'exagère vraiment pas !). La déco du logement est un peu datée mais l'endroit est spacieux, bien équipé, calme malgré la présence de la route à côte et la vue est ... à tomber ! On aurait pu rester un mois là-bas tellement on était bien !

Cette vue <3

Et pour manger ?

Après nos courses beaucoup trop chères à Flåm, on a décidé de faire les choses un peu mieux à Ulvik ! Sur la route entre Bergen et Ulvik, on s'est arrêtés au Rema 1000 (une des enseignes les moins chères de Norvège) de Norheimsund et on a fait nos courses en planifiant à peu près chaque repas et surtout ... on a continué le régime à base de tartines initié à Flåm ! La recette est simple : des petits pains-boules norvégiens, du beurre, du "jambon" au poivre (en tranches rondes vendues par 30), de l'emmental. C'est simple, économique, bon (et gras :D), rapide à faire. NB : Pensez à vérifier que votre logement a bien un four avant de vous lancer dans l'aventure des tartines norvégiennes !

Pour quelles autres raisons suivre cet itinéraire ?

  • Sur la route entre Oslo et Flåm

    • Pour admirer la beauté des paysages près de Sundvollen, Flå et le long de l'Hallingdalsvegen d'une manière générale ;
    • Pour traverser le "paradis blanc" en empruntant la route 52, près de l'Eldrevatnet et de Steinklepp ;
    • Pour emprunter le plus long tunnel routier au monde, le Lærdalstunnelen, et ses 24,5 km de galerie parfois bleutée.

Paradis blanc norvégien
  • Sur la route entre Flåm et Bergen

    • Pour traverser l'impressionnante Vallée de Nærøydalen ;
    • Pour profiter des magnifiques paysages le long de la route E16 et de tous les fjords qu'elle surplombe.

  • Sur la route entre Bergen et Ulvik

    • Pour marcher derrière la Steinsdalsfossen à Norheimsund (si vous avez plus de chance que nous et que le sentier n'est pas fermé pour travaux !) ;
    • Pour emprunter la magnifique Ålvikvegen qui longe l'Hardangerfjord et offre une vue magnifique sur ses eaux.

  • Sur la route entre Ulvik et Oslo

    • Pour découvrir l'immensité des paysages enneigés le long de la route 7 et découvrir un autre paradis blanc norvégien ;
    • Pour tomber sous le charme des églises de Hol, la Hol Gamle Kyrkje et la Hol kirke.
Du blanc à perte de vue le long de la route 7

Voir du biathlon à Oslo, c'est comment ?

Se rendre à Holmenkollen 

Pour rejoindre Holmenkollen depuis Oslo, c'est très simple puisqu'il existe une ligne de métro (la ligne 1) qui s'y arrête. Le trajet dure entre 25 et 30 minutes et coûte le prix d'un trajet classique (plus avantageux via l'appli mobile je vous le rappelle !).

Depuis la station de métro d'Holmenkollen, il y a une belle vue sur la ville et surtout sur le fjord qui s'étend au sud de la ville et il reste encore quelques centaines de mètres à marcher pour atteindre le complexe sportif.

Le prix des billets pour un week-end de biathlon

Le pass week-end en tribune, c'est-à-dire au plus près de la piste, avec vue sur les pas de tirs et les écrans, incluait quatre épreuves (poursuite femmes et poursuite hommes le samedi, mass start femmes et mass start hommes le dimanche) et nous a coûté 105€ par personne. Pour info, les prix hors tribunes sont moins chers.

A quelle heure faut-il arriver au stade d'Holmenkollen ?

Les épreuves se déroulaient l'après-midi mais pour être sûrs d'être bien placés sur les gradins, mieux vaut arriver tôt. Le samedi on est arrivés seulement une heure avant le début des épreuves, notamment parce qu'on avait pris le temps de manger avant d'arriver, et on n'a pas pu s'installer convenablement, on était dans le passage en permanence. Le lendemain on est donc arrivés avec au moins deux heures d'avance, nos sandwichs dans le sac à dos, et c'était beaucoup mieux. !

Niveau température c'est comment ?

Nous étions donc installés en tribune nord, face au soleil qui nous réchauffait donc le visage, avec une vue imprenable sur l'impressionnant Holmenkollbakken, le tremplin de saut à ski. Les températures étaient comprises entre 5 et 10 degrés, mais en restant statique pendant 4 ou 5 heures on a forcément l'impression qu'il fait un peu moins au bout d'un moment ! Mieux vaut bien se couvrir donc (et si vous avez un thermos, remplissez-le de thé ou de café !) !

Et l'ambiance dans le stade ?

Autour de nous des norvégiens (forcément), des allemands (beaucoup), des français (beaucoup aussi), des russes, des italiens, ... un véritable melting-pot d'amateurs de sports enjoués, mais pas toujours très disciplinés pour rester debout et permettre à tout le monde d'avoir une place (car la capacité des gradins est évaluée en "personnes debout", et avouons-le plutôt fines).

L'ambiance était malgré tout sympathique et conviviale, on a d'ailleurs longuement discuté avec notre voisin le dimanche, un allemand venu vivre en Norvège des années auparavant.

Avant les épreuves, deux speakers nous informaient sur différents éléments (liés au biathlon, forcément) et assuraient le show en faisant applaudir ou chanter le public, en interviewant certaines personnes, etc.

Et les épreuves de biathlon ?

J'avoue, j'avais un peu peur de trouver ça long étant donné qu'on n'allait voir qu'une partie de la course, c'est-à-dire les brèves minutes où les sportifs sont dans le stade. Mais il n'en est rien. Le premier tour semble un peu long car on a hâte de revoir les athlètes, et de les voir tirer, mais la présence de l'écran où est diffusée la course permet de ne rien manquer de l'épreuve et de ne pas s'ennuyer une seule seconde. Au moment des tirs, le stade est véritablement en effervescence, surtout lorsque le héros norvégien, Johannes Thingnes Bø, est là ! Au fil des courses, l'écart entre les athlètes s'allongent et, finalement, on a presque tout le temps quelqu'un à regarder, et applaudir, dans le stade !

La Norvège est vraiment une terre de biathlon et voir une épreuve dans ce pays-là est réellement une super expérience, et un très bon souvenir pour nous. Nous avons passé deux excellentes après-midi et on se dit maintenant qu'il ne nous reste plus qu'à comparer avec l'ambiance dans un autre pays 😉

Fin de carrière pour Simon Fourcade

Pour finir, je vous renvoie vers mon article La Norvège en Mars : couleurs et impressions, qui n'est absolument pas pratique, lui, mais vous apportera un autre éclairage de ce qui vous attend si vous décidez d'aller en Norvège à la fin de l'hiver.

---

Épinglez-moi !

 

3 Replies to “Itinéraire et infos pour un road trip en Norvège entre Oslo et Bergen”

  1. J’ai fait un circuit en Norvège il y a 4 ans dans le même secteur, c’était fabuleux ! Bel article ! 🙂

    1. 🙂 A quelle période de l’année tu y étais allée ?

      1. Fin Août/début Septembre 2014. La météo était au top mais je trouve qu’avec de la neige comme sur tes photos c’est encore plus jolie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.