Entre barriques et briques, balade dans le Frontonnais

A quelques kilomètres de Toulouse se trouve une belle région viticole où les jolies villes et villages fleurissent entre les champs de vignes : le frontonnais. Je vous propose ici une petite balade au cœur de ce territoire haut-garonnais de Fronton à Villemur-Sur-Tarn.

A la découverte de Fronton, « capitale » du frontonnais

Fronton et le vin : un peu d’histoire

Fronton fait partie des plus anciens vignobles français, implanté dès l’époque romaine dans la Vallée du Tarn, sur la voie reliant Toulouse à Cahors. A partir du 12e siècle, le vignoble de Fronton devient la propriété des Chevaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem qui construisent le village autour de l’église Saint-Jean-Baptiste, qui était située à l’emplacement de l’actuelle église de Fronton. L’histoire de la ville est successivement marquée par les guerres de religion, jusqu’en 1628, le passage des troupes et de personnalités royales, la peste, etc.

Ce n’est qu’au 18e siècle que la renommée de son vin atteint son apogée. Le protectionnisme autour des vignobles du bordelais ayant pris fin, tous les vins peuvent alors être exportés via le port de Bordeaux vers le reste de l’Europe. Mais, à la fin du 19e siècle, les vignobles sont touchés par le phylloxéra, un puceron ravageur de la vigne, mettant un frein à l’exportation et à la notoriété du Fronton.

En 1975, les vins de Fronton ont de nouveau le vent en poupe et obtiennent l’Appellation d’Origine Contrôlée. Aujourd’hui devenu AOP (Appellation d’Origine Protégée), le Fronton regroupe une vingtaine de communes autour de Fronton, « capitale » de cette région viticole. En 2008, la cuvée INES remporte le prix du meilleur vin rosé du monde.

La Négrette, le cépage noir aujourd’hui indispensable pour avoir l’appellation Fronton, aurait été ramenée de Chypre par les Chevaliers au retour des croisades.

Fronton et la Fête du Vin

Lors de la Fête du Vin de Fronton qui se tient tous les ans (depuis 29 ans) au mois d’août, le vin, la gastronomie, de la savoir-faire local et la musique sont mis à l’honneur. Durant trois jours de nombreuses animations et ateliers autour du vin et de la gastronomie sont proposés aux participants.

Différents domaines de l’appellation Fronton sont quant à eux présents pour faire découvrir leurs vins gratuitement aux personnes qui se sont acquittées du « ticket d’entrée » de 5 euros (et qui vous donne également droit à un joli verre aux couleurs de la Fête du Vin). D’autres exposants (charcuterie, fromage, thé, etc.) sont également présents pour présenter leurs produits.

Dégustation de vin sur le stand du Château Binest

Cette année, pour la première fois, j’ai été découvrir la Fête du Vin du frontonnais et, au passage, la ville de Fronton que je n’avais encore jamais eu l’occasion de visiter. Et j’ai adoré les deux !

Parce que j’aime beaucoup cette ambiance fête de village, qui me rappelle le mien, où la convivialité et le partage sont les maîtres mots. Parce que c’est une occasion d’apprendre, à travers les ateliers proposés ou les discussions, plein de choses intéressantes sur les vignobles, sur la manière de faire le vin, sur d’autres produits (comme le safran tarnais par exemple) et, au final, sur l’histoire de ce territoire. Parce que c’est aussi l’occasion de goûter des produits locaux et artisanaux et de faire de belles découvertes (les délicieux thés de la Maison Bourgeon par exemple).

Et aussi parce que c’était donc l’occasion pour moi de découvrir la petite ville de Fronton, ses jolies petites rues bordées de maisons en briques, ses belles façades, son église classée au Monument Historique, son marché couvert … Encore un bel endroit, chargé d’histoire, comme je les aime et comme la région toulousaine a tant à offrir !

Retour à Villemur-sur-Tarn

Afin de prolonger un peu notre balade dans le Frontonnais, nous avons ensuite décidé d’aller à Villemur-sur-Tarn, une jolie ville où nous avions déjà été lors d’une tentative de week-end cyclo-oenologique et qui nous avait laissé un beau souvenir.

Cette deuxième rencontre avec Villemur a confirmé notre première impression, celle d’un lieu paisible, agréable et plein de charme avec sa vue sur le Tarn, qui s’écoule paisiblement au pied de la jolie Tour du Moulin, et ses jolies rues.

Le clocher de l’Eglise Saint-Michel

La Tour du Moulin (aussi appelée Tour de Défense), bâtiment emblématique de Villemur-sur-Tarn tout en briques, date du 13e siècle. Cette tour, partie des remparts qui encerclaient autrefois la ville, servait de système de défense en bloquant l’accès au gué. La tour garde sa fonction militaire, malgré la destruction des remparts, jusqu’en 1631. La partie basse de l’édifice a abrité successivement le moulin seigneurial, un foulon pour les draps de laine et des meules pour moudre le grain.

Ce moulin a ensuite été utilisé par une famille locale, les Brusson, pour la fabrication de pâtes alimentaires en 1872 avant que ne soit construite l’usine de pâtes qui fait aujourd’hui encore face à la Tour. Aujourd’hui, la Tour du Moulin abrite le musée de la ville. L’édifice est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1977.

L’usine Brusson

Cette jolie ville est une invitation à la flânerie et à l’évasion avec ses ruelles charmantes où la brique et les couleurs se mêlent à merveille sur les façades des maisons.

Et que dire des magnifiques Greniers du Roy ! Nous connaissions déjà ce bâtiment mais impossible de ne pas y retourner. Son entrée visible depuis le bout de la rue du Colonel Caillassou attire l’œil et attise l’envie d’en voir plus, de franchir ce porche pour admirer encore le travail remarquable de construction de bois et de briques, typiques du pays toulousain. Construits au 17e siècle par le Duc de Lesdiguières, les Greniers du Roy sont aujourd’hui inscrits à l’inventaire des Monuments Historiques.

Au cours de notre balade dans la ville, calme et paisible en ce samedi après-midi, nous avons aussi découvert des bâtiments que nous ne connaissions pas, emprunter des rues que nous n’avions pas explorer la fois précédente, découvrant de nouvelles jolies choses de Villemur.

Et vous, vous connaissez le frontonnais ?

Epinglez-moi !

3 Replies to “Entre barriques et briques, balade dans le Frontonnais”

  1. C’est vraiment un coin super joli!

    1. Oui c’est très chouette, tu as déjà eu l’occasion d’y aller ?

  2. Oui du coup on a découvert ça début juillet ! Je connaissais la fête du vin de Gaillac, mais pas le Fronton, du coup on a sauté sur l’occasion quand nous a proposé de visiter les châteaux (#blogueursalcoolos), et c’était super chouette. Le Fronton a une mauvaise réputation et pourtant, on a pu dégusté de sacrés crus, mais on a pas encore l’occasion d’en parler sur le blog. Après on a vu que les vignes et certains coins, le coin à l’air pas mal du tout, mais à la fin on était trop « fatigués » pour la visite…… merci pour la balade, pour nous c’est noté pour la prochaine 🙂

Laisser un commentaire