Road trip en Louisiane : balades, parades et jazz à la Nouvelle-Orléans

Afin de profiter pleinement de Mardi Gras et de la ville, nous avions décidé de passer quelques jours à la Nouvelle-Orléans autour de cette journée tant attendue. Après notre visite passionnante de Laura Plantation, nous avons donc mis le cap sur The Crescent City (surnom de la Nouvelle-Orléans qui lui vient de la forme en croissant de la partie du Mississippi qui la traverse), où l’effervescence de Mardi Gras approchant ne faisait plus aucune doute : cette fois-ci même le ciel était décoré !

Retour à la Nouvelle-Orléans et dégustation de muffuletta

Pour ces quelques jours à NOLA, nous avons posé nos valises à Tremé chez Louise, une hôte accueillante et passionnée par sa ville, qui a agrémenté notre séjour d’histoires sur la ville et de conseils en tous genre pour en profiter au maximum. Après une longue discussion avec elle à propos des choses à voir, des lieux où manger et des bars où écouter de la musique, elle a finalement offert de nous conduire jusqu’au French Quarter en voiture (la gentillesse des habitants de cette ville n’est pas une légende).

L’objectif de notre début d’après-midi était clair : goûter à la muffuletta, spécialité locale aux accents italiens ! Malgré son nom, sa composition et ses origines siciliennes, ce (gros) sandwich est bien typique de la Nouvelle-Orléans. Il a été créé par les immigrés italiens dans cette ville, avec des produits italiens, mais, a priori, il serait difficile d’en trouver en Sicile.

Pour trouver notre bonheur, nous avons logiquement opté pour l’épicerie italienne de NOLA, le Central Grocery and Deli. A l’image de beaucoup de sandwich aux Etats-Unis, la muffuletta est un chouïa démesurée mais c’est un vrai régal où se mêlent les saveurs d’olives marinées, de mozzarella, de mortadelle, de salami, de provolone et de jambon … (j’en salive rien que d’y repenser !).

L’estomac bien (trop) rempli nous avons repris (lentement) l’exploration de la ville en attendant la parade du soir, une des plus connues de la Nouvelle-Orléans : Bacchus !

Bacchus versus le Super Bowl

Le Krewe of Bacchus a été fondé en 1968 par des hommes d’affaires de la ville, avec à leur tête Owen “Pip” Brennan, qui souhaitaient revitaliser le carnaval à une époque où celui-ci perdait un peu de son panache. Au moment de la création du Krewe, il a été décidé que cette parade se tiendrait le dimanche soir et devrait être « the highlight of the Carnival season ». Aujourd’hui encore, on voit donc les choses en grand pour cette parade qui compte 33 chars et 1400 membres !

Nous avions décidé d’aller voir la parade le long de Saint-Charles Avenue, une des avenues les plus importantes de la ville, au sud-ouest du French Quarter, où circule le Saint-Charles Streetcar Line et la plupart des parades de Mardi Gras. C’est une avenue très large qui permet d’accueillir un grand nombre de personnes de chaque côté et, ce soir-là, nous avons du marcher un long moment pour trouver « de la place », simplement pour rester debout et voir suffisamment la route pour ne rien manquer de la parade.

L’avantage d’avoir parcouru un long bout de cette avenue pour trouver notre place, c’est que nous avons pu découvrir des quartiers de la ville que nous ne connaissions pas, et puis nous avons pu observer ce qui se passait en attendant la parade, ce que les gens faisaient (discuter, écouter de la musique, rire, manger des saucisses grillées au barbecue, danser, installer des échelles pour que les plus petits aussi voient la parade, etc.), nous imprégner de cette ambiance si particulière qui règne à la Nouvelle-Orléans avant et pendant une parade.

Connaissant l’engouement des américains pour le Super Bowl (la finale du championnat de ligue américaine de football américain, NDLR), on se demandait ce matin-là ce qu’ils choisiraient de regarder le soir : Bacchus ou le Super Bowl. Et, au cours de notre balade le long de Saint-Charles Avenue, nous avons vite pu voir que le Super Bowl ne faisait pas le poids dans cette ville. Il y avait bien quelques télés installées dans la rue (en plus des barbecues et de tout le reste) mais on voyait bien que l’engouement n’était pas généré par l’écran de télé.

Tout le monde attendait, fébrile, le passage de cette parade grandiose avec ses marching band surentraînées et entraînantes et ses chars fantastiques débordant de beads et autres goodies. Dans la nuit déjà bien noire et un peu fraîche, la parade avançait joyeuse, bruyante, clinquante et lumineuse, détournant définitivement les regards des écrans de télé et animant la foule sur son passage.

Encore une fois, mieux valait être attentif à ce qui se passait du côté des chars pour éviter de se prendre des beads par la figure. Ayant appris cette leçon dès notre premier jour à la Nouvelle-Orléans, j’ai préféré restée concentrée sur la parade et délaisser mon appareil photo. Mais rassurez-vous Nico a bien voulu m’en prêter quelques-unes pour illustrer cet article !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Balade le long de Magazine Street

Sur les conseils de Louise, notre hôte, nous avons passé une bonne partie de notre journée du lundi à nous balader sur Magazine Street, dans le Garden District.

Cette longue rue est une considérée comme une des plus commerçantes de la Nouvelle-Orléans, mais attention on ne parle pas là de grandes enseignes. Sur Magazine Street, on trouve quelques habitations (très décorées pour Mardi Gras !) et de nombreuses friperies, des boutiques d’antiquaires et de brocanteurs ou encore des galeries d’artistes aménagées dans de petites maisons créoles pleines de charme.

Même si vous n’avez pas particulièrement envie de faire shopping et que vous repartez (comme nous) sans rien acheter dans les boutiques, la rue vaut le détour, pour la beauté des maisons créoles, les œuvres de street-art que vous trouverez ici et là, les bâtiments colorés, etc. Bref, pour voir comment est la vi(ll)e ailleurs que dans le French Quarter.

Valence Street Baptist Church
Saint Stephen Catholic Church

Le Commander’s Palace restaurant

Soirée loose et jazz

(Ça pourrait être un concept … Loose and jazz, ça sonne bien non ?)

Bon j’en rigole aujourd’hui mais sur le coup on a pas complètement rigolé, Nico encore moins que moi. Ce soir là, on avait décidé d’aller à Canal Street pour voir un bout de la parade du soir (Orpheus, je crois) et d’écouter un peu de jazz ensuite. On gare la voiture dans le Faubourg Marigny et on commence à marcher vers Canal Street, on se rend vite compte qu’il fait un peu frais.

On retourne donc à la voiture pour que Nico prenne un sweat plus chaud, il ouvre uniquement le coffre de la voiture (oui aux Etats-Unis les voitures font ça), prend son sweat, (vous sentez venir le truc ?) puis ferme le coffre de la voiture. Et là, je le vois devenir blanc, pâle, très pâle, presque livide. Les clés de la voiture sont dans le coffre, qui s’est verrouillé au moment où le hayon a rejoint l’autre partie de la voiture dont je ne connais pas le nom. Les clés de la voiture sont à l’intérieur, la voiture est totalement verrouillée, nous voilà comme des c*** sur le trottoir de Dauphine Street.

Heureusement pour nous, on était en ville et pas au milieu de la pampa louisianaise et heureusement pour nous aussi Hertz est une compagnie de location assez réactive. On a attendu près d’une heure qu’un dépanneur vienne déverrouiller la voiture (en cinq minutes), ça nous a coûté 90 euros et ça nous fait une anecdote à raconter quand on parle location de voiture (et Nico fait très attention avant de fermer le coffre ou les portes d’une voiture maintenant).

(Voilà pour la partie loose. Place à la partie jazz !)

Nico étant bien refroidi (malgré son sweat) et la parade ayant commencé depuis un moment, on a décidé de passer directement à la partie jazz de notre soirée. Frenchmen Street nous tendait les bras, on entendait déjà les notes de musique qui s’échappaient des clubs de part et d’autre de la rue, une ambiance joyeuse et légère régnait dans la rue, parfait pour oublier notre petite mésaventure.

Au hasard de ce que l’on percevait de l’extérieur, on a décidé de faire étape dans le Cafe Negril pour commencer notre soirée musicale. Devant une grande fresque murale qui sent bon les îles et la douceur de vivre, un petit groupe, mené par une chanteuse charismatique, faisait le show. Dans cette agréable atmosphère, on s’est rapidement détendus et on a profité pleinement de cette musique joyeuse et entraînante.

Totalement charmée et envoûtée par l’atmosphère du lieu, le dynamisme du groupe et la gaieté de leur musique, je m’imaginais déjà créer un club de jazz à Toulouse (et pourquoi pas le « To loose and jazz » maintenant que j’y repense ?!) … Notre soirée n’était pas encore terminée que je me disais déjà qu’il fallait qu’on aille tous les soirs dans un club pour profiter au maximum de cette ambiance unique, de cette énergie si particulière que dégage les groupes de jazz de la Nouvelle-Orléans.

Quand le groupe a fini son set, on a décidé de changer de club. Après quelques hésitations (notamment devant The Spotted Cat Music Club plus que bondé ce soir-là), on a finalement été au Bamboula’s. Dans ce club tout jeune (il a ouvert ses portes en 2013), à la déco très différente (mais qui rappelle un peu Toulouse avec ses briques rouges), la magie du New Orleans Jazz a encore opéré. Impossible de résister à l’envie de bouger sa tête, ses épaules et ses pieds quand le bruit des trompettes remplit vos oreilles de cette manière !

Et c’est le sourire aux lèvres et la tête pleine de mélodies entraînantes qu’on est allé se coucher en pensant à la folle journée de Mardi Gras qui nous attendait le lendemain …

 

 

18 Replies to “Road trip en Louisiane : balades, parades et jazz à la Nouvelle-Orléans”

  1. Ohlala, ça fait des années que je rêve de découvrir la Louisiane. Ton article ne fait que renforcer mon envie 💚

    1. Regarde pas les autres alors, ça risque d’être pire après ^^
      En vraije ne peux que t’encourager à réaliser ton rêve, parce que c’est vraiment un bel endroit avec de belles villes, des arbres magnifiques et des gens adorables. Et si en plus tu aimes l’Histoire alors tu devrais être comblée !

  2. Arg pour les clés ! J’en peux plus de ces voitures américaines avec fermeture automatique ! Je commence à me demander s’ils n’ont pas implémenté cette option pour faire payer les (nombreux) dépannages… (à lire mes lignes, tu auras compris que j’ai vécu l’expérience également !)
    Bon, par contre, pour le reste, je ne te remercie pas… Maintenant je ne pense plus qu’à une chose : retourner à nola !

    1. Tu as sûrement pour les clés et les dépannages parce que je vois pas bien à quoi ça peut servir le fait que le verrouillage du coffre soit indépendant du reste de la voiture dans la vie de tous les jours … Peut-être qu’il faut qu’on retourne sur place pour faire une enquête de terrain ! Ça fait une bonne excuse non ? Parce que je t’avoue qu’en me replongeant dans les photos je ne me suis pas remerciée non plus : moi aussi j’aimerais y retourner !

  3. Alala à chacun de tes articles sur la Louisiane j’ai trop envie d’y aller … ça me fait trop rêver 😍

    1. En plus c’est le paradis des pêcheurs là-bas, sûre que vous vous plairiez 😉

  4. Merci d’avoir écrit un aussi bon article. Il est très intéressant de lire la perspective euro-française de notre saison Mardi Gras. J’espère que vous avez apprécié les gens, la nourriture et l’atmosphère. Reviens encore!

    1. C’est avec plaisir que j’écris sur la Nouvelle-Orléans, Mardi Gras et la Louisiane car c’est un très beau souvenir pour moi ! J’ai apprécié tout ça oui et aussi l’architecture, tellement différente de ce qu’on connait en France et tellement belle !

  5. Hello.

    Super article. Tes photos donnent vraiment envie d’y aller.

    XoXo

    1. Merci Céline ! En te souhaitant d’avoir l’occasion d’y aller à ton tour un jour 🙂

  6. Merci pour le voyage Pauline! NOLA est sur notre liste ❤️ On finira bien par lui trouver un créneau 😀

    1. J’espère pour vous parce que c’est vraiment un bel endroit où il fait bon se balader et écouter de la musique ! A l’image du reste de la Louisiane 🙂

  7. Tu me fais replonger dans mon voyage. C’est pas cool par contre le coup des clés! mais c’est quelque chose qui aurait pu m’arriver!!
    Je n’ai qu’une chose à dire: si tu ouvre un club à Toulouse, tu me voudrais comme associée??? LOL

    1. 🙂 Contente d’avoir réveillé de (forcément) beaux souvenirs en toi !
      Pour les clés, je pense que ça peut arriver à beaucoup de monde et surtout les français qui ne sont pas du tout habitués à ce système de verrouillage dissocié !
      Et pour le club à Toulouse : of course baby ! ^^

  8. Dis donc ça fait rêver cet endroit ! J’ai repensé à l’ambiance des rondes de Samba à Rio, aussi magique !

    1. Il y a vraiment une belle énergie oui là-bas pendant la période du Carnaval, c’est très chouette !
      Tu as fait un article sur ces rondes à Rio ? Je serais curieuse de le lire …

  9. Ça donne vraiment envie d’y aller 🙂

    1. Et je te souhaite d’y aller un jour avec ta petite famille ! 🙂

Laisser un commentaire