Saint-Sulpice-la-Pointe, bastide du Tarn

Lorsque j'étais étudiante et que je faisais les trajets en train (ou parfois en car !) entre Aurillac et Toulouse, je suis passée par Saint-Sulpice des centaines de fois. Un dimanche de mai l'année dernière, pour la première fois, j'ai fait une vraie escale à Saint-Sul' (comme certains locaux l'appellent) pour me promener dans ses rues et découvrir les jolies choses cachées derrière sa gare !

Saint-Sulpice-la-Pointe (qui s'est appelée Saint-Sulpice jusqu'au 7 novembre 2013) est une ville du Tarn qui compte un peu moins de 10 000 habitants. Située au confluent du Tarn et de l'Agout, elle se trouve à 32 kilomètres de Toulouse (40 minutes de voiture) et à 46 kilomètres au sud-ouest d'Albi (35 minutes de voiture), préfecture du département. On peut également la rejoindre en train depuis Toulouse donc, mais aussi depuis Albi.

Saint-Sulpice, d’hier à aujourd’hui

Saint-Sulpice d'Albigeois appartenait aux comtes de Toulouse avant que l'un d'eux ne le donne, avant la fin du 12e siècle, à l'abbaye d'Aurillac (je l'apprends en écrivant cet article, le monde est petit !). Géraud, abbé d'Aurillac a placé ce domaine sous l'autorité de Doat Alaman, membre d'une riche famille locale au service des comtes de Toulouse, en 1200. La famille Alaman a marqué durablement Saint-Sulpice en y construisant une bastide.

"Saint-Sulpice-de-la-Pointe" sur la carte de Cassini - © geoportail.gouv.fr

Une des premières bastides albigeoises

Sant Somplesi, comme on l'appelle en Occitan, fait partie des premières bastides albigeoises. Sicard Alaman, fils de Doat et seigneur de Saint-Sulpice, est à l'origine de sa construction, entre 1243 à 1247. Sa situation en plaine permet de supposer qu'il s'agissait d'une bastide à vocation politique et non défensive, contrairement à Cordes-sur-ciel ou Castelnau de Montmiral par exemple.

Toutefois, le seul promontoire de la ville s'est quand même vu coiffé d'un château, le Castela, à partir de 1240. Construit par la famille Alaman au 13e siècle, il était doté d’une salle d’armes, d'un logis seigneurial, d'un donjon et d'un chemin de ronde. Il a été en grande partie détruit par les Huguenots au cours des Guerres de Religion.

De son passé de bastide, le cœur de Saint-Sulpice-la-Pointe a gardé les rues rectilignes et resserrées. Un tel plan d’urbanisation servait à faciliter les activités commerciales mais aussi la surveillance des rues et des places. Personnellement, j'aime beaucoup ce type d'architecture médiévale où chaque coins de rue semblent pouvoir nous conter des centaines d'années d'Histoire.

L'ancienne Mairie

L'église Notre-Dame de Saint-Sulpice : le plus haut clocher du Tarn

La place à couvert de la bastide a disparu au profit de l'église Notre-Dame de Saint-Sulpice, entièrement construite en briques rouges, au 14e siècle. Édifice remarquable doté d'un mur-clocher de 40 mètres de haut (le plus haut du Tarn), cette église a pendant longtemps abrité un triptyque du 13e siècle en ivoire, dit "de Saint-Sulpice-du-Tarn", visible aujourd'hui au musée de Cluny.

C’est à Gaston Fébus, prince pyrénéen, écrivain, poète et propriétaire du Castella à la fin du 14e siècle, que l’on doit la construction de cette église et de son imposant mur-clocher. Mais, après sa mort intervenue avant la fin des travaux, le Duc Jean de Berry, son successeur, décide de limiter la hauteur du mur-clocher de façon à ce qu’il ne soit pas plus haut que le château. Le clocher sera finalement réhaussé à 40 mètres au 15e siècle.

 

Les ruines du Castela

Seule promontoire de la ville, la motte castrale qui a accueilli le Castela pendant plus de trois siècles est aujourd’hui principalement recouverte de verdure. Seules les ruines du donjon et de la chapelle seigneuriale construite en 1275 subsistent. Plusieurs murs, percés d'arches gothiques ou d'autres ouvertures permettent de se représenter l'abside de la chapelle.

Les ruines du Castela ainsi que le souterrain aménagé sous la butte sont inscrits aux titres des Monuments Historiques depuis le 14 avril 1994. Le souterrain est un tunnel long de 142 mètres taillé au pic de fer qui aurait servi de refuge aux villageois depuis plus de 1000 ans, avant même la construction du château et de la bastide.

Pour en savoir plus sur le souterrain du Castella, il vous faudra le visiter, chose que nous n’avons malheureusement pas pu faire lors de notre passage puisqu’il était fermé.

Vue sur le pont suspendu de Saint-Sulpice, construit au 19e siècle, depuis le Castela

Le pigeonnier du Castela : un spécimen unique dans le Tarn !

A l’image de nombreuses villes et villages autour de Toulouse, Saint-Sulpice compte de nombreux édifices en briques rouges. Au pied de la motte castrale se trouve notamment un magnifique pigeonnier, appelé Pigeonnier du Castela, totalement atypique et unique dans le Tarn, qui compte pourtant plus de 1700 pigeonniers ! Construit en 1810, il possède un toit à la forme tout à fait singulière, qui rappelle le chapeau d'un gendarme.

Pour en savoir plus sur le Pigeonnier du Castela et les pigeonniers du Tarn d'une manière plus générale, rendez-vous sur le site de l'Office de Tourisme du Tarn : www.tourisme-tarn.com

Au fil des rues de Saint-Sulpice

Une balade à Saint-Sulpice ne se fera pas sans quelques arrêts pour admirer, ça et là, des petites merveilles d'architectures, anciennes ou plus modernes. La brique sera, inévitablement, le fil rouge (!) de votre visite, mais vous pourrez aussi compter sur quelques touches de pastel, puisque Saint-Sulpice est situé dans le Pays de Cocagne, terre de culture de cette plante qui a coloré l'Europe entière.

A coup sûr, vous croiserez aussi d'autres touches de couleurs, offertes par les fleurs qui embellissent ce vieux centre médiéval. Et, dans ses petites rues, vous trouverez le calme nécessaire pour profiter pleinement des petits trésors du passé, plus ou moins cachés, de cette jolie bastide tarnaise. Bonne balade à vous !

Si les bastides sont des lieux qui vous plaisent, sachez que le Tarn en compte de nombreuses. De quoi vous faire un beau road trip à travers le département selon moi ! Pour en savoir plus, consultez le site de l'Office de Tourisme.

Épinglez-moi !

One Reply to “Saint-Sulpice-la-Pointe, bastide du Tarn”

  1. Très joli coin, j’aime bien ces petits villages médiévaux, c’est toujours un plaisir de s’y balader, de dénicher les petites rues ! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.