Escapade enneigée à Québec

J’ai toujours aimé la neige. L'hiver et le grand manteau blanc qui recouvraient le Cantal pendant mon enfance sont pour moi synonymes de nombreux souvenirs joyeux et féeriques, à l'école comme en famille. Tellement que l’absence (cruelle) de beaux flocons blancs à Toulouse est une véritable tragédie pour moi (oui, oui, vous lisez bien : tragédie !). Alors, quand l’idée d’aller voir les amis de Nico installés à Montréal a germé dans nos têtes, il était bien sûr impensable d’y aller à un autre moment qu’en hiver !

Lors de ce premier voyage au Canada (si je dis premier, c'est que depuis il y en a bien eu un deuxième, aussi en hiver), nous logions à Montréal, chez les amis de Nico, mais nous n’avons pas pu résister à la tentation d’aller nous balader dans la ville de Québec, dont nous n’avions toujours entendu que du bien.

Nous avons donc pris un bus Orléans Express depuis Montréal pour nous rendre à Québec, à trois heures de route de là. Arrivés en fin de matinée dans la plus française des villes canadiennes, nous nous sommes empressés d’aller poser nos affaires dans notre bel hôtel et de manger pour avoir ensuite le temps de profiter de la ville.

Balade à travers Québec et son histoire

La Basse-Ville de Québec, un florilège de briques et de couleurs

Notre hôtel, le Saint Pierre Auberge Distinctive, se trouvant dans la Basse-Ville, nous nous sommes d'abord un peu baladé dans cette partie de la ville, historique et très jolie, où les murs de briques rouges sont nombreux et offraient, comme les couleurs des boiseries, un beau contraste avec la neige au sol et le ciel gris clair de ce jour de janvier.

La Basse-Ville est le centre historique, construit au pied du Cap Diamant, la colline sur laquelle se trouve, entre autres, le Château de Frontenac et la Citadelle de Québec. Samuel de Champlain, fondateur de la ville de Québec, a fait construite une habitation dans cette partie de la ville dès 1608.

Curieux de voir de plus près le célèbre et emblématique Château de Frontenac, nous avons ensuite rejoint la partie haute de la ville, en empruntant la Côte de la Montagne pour voir la Fresque des Québecois. Inaugurée en 1999, cette fresque de 420 mètres carrés (!) est un trompe-l’œil qui raconte 400 ans de l'histoire de la ville. On y voit des personnalités importantes et des monuments emblématiques de Québec.

La Fresque des Québecois (partie supérieure - je ne l'ai malheureusement pas photographiée en entier)

La Haute-Ville de Québec et ses nombreux bâtiments historiques

Un peu plus haut sur la Côte de la Montagne, nous avons franchi la Porte Prescott, une passerelle piétonnière surélevée, construite en 1983 à l'emplacement de la vraie Porte Prescott. De 1797 à 1871, la porte originelle marquait la séparation entre la basse-ville et la haute-ville.

Juste au-dessus de cette porte, nous avons aperçu la coupole de l’édifice Louis S. St-Laurent, bâtiment construit entre 1872 et 1873 pour abriter le bureau de poste central de la ville qui accueille aujourd'hui des bureaux gouvernementaux.

Depuis la Côte de la Montagne, nous apercevions déjà notre objectif, le Château de Frontenac, magnifique et imposant, qui se dressait, fièrement, plus haut que tous les autres bâtiments de la ville. Après un petit arrêt au Montmorency Park National Historic Site (qui a été le site de l'évêché puis du Parlement du Canada-Uni) pour regarder le Saint-Laurent gelé et la vue sur Lévis, nous sommes finalement arrivés aux pieds du Château de Frontenac.

Difficile de ne pas être impressionnés et émerveillés par ce bâtiment majestueux et magnifique ! Composé de cinq ailes et d'une tour centrale, agrémenté de plusieurs tourelles et d'ornements en relief, cet hôtel de style Château en impose et invite à la contemplation de chacun de ses détails, ce que nous avons fait, devant lui puis depuis la cour intérieure.

Inauguré en 1893 et labellisé lieu historique national du Canada en 1981, le Château de Frontenac a été construit à l'emplacement d'un ancien château (Haldimand), juste à côté de la Terrasse Dufferin qui, elle, recouvre le site archéologique du château Saint-Louis et de son fort.

La Porte Prescott et l'édifice Louis S. St-Laurent
La Porte Prescott et l'édifice Louis S. St-Laurent
L'escalier Frontenac qui mène au château du même nom
L'escalier Frontenac qui mène au château du même nom
Le château de Frontenac et l'édifice Louis-S.-St-Laurent depuis le Montmorency Park National Historic Site
Le château de Frontenac et l'édifice Louis-S.-St-Laurent depuis le Montmorency Park National Historic Site

Dans la cour intérieure du Château de Frontenac
Dans la cour intérieure du Château de Frontenac
Un des kiosques de la Terrasse Dufferin
Un des kiosques de la Terrasse Dufferin

La Haute-Ville de Québec, couleurs et silhouettes

Nous avons ensuite repris notre balade à travers Québec, en déambulant au hasard des rues, regardant les jolis bâtiments, marchant dans la neige fraîche (dans tous les sens du terme !), découvrant les silhouettes et les couleurs de cette ville, intriguant les locaux (ou au moins un !) avec notre accoutrement pas vraiment adapté au lieu et à la situation ...

Je vous explique. Partis de Montréal avec un sac à dos chacun ("on part à peine 24h, on va pas prendre une vraie valise, on a besoin de presque rien" - logique non ?), nous avons fait l’erreur de ne pas y mettre nos pantalons de ski ... Nous étions donc en jean, avec, dessous, des collants de ski ... et la chair de poule (mais genre beaucoup) ! Quand nous avons quitté Montréal, il faisait « seulement » -10° et Québec nous a (ac)cueilli avec son -20° où -25° humide et avec des prévisions, un peu effrayantes vu notre situation vestimentaire, de -45° pour le lendemain !

De fait, nous voyant ainsi (peu) vêtus, un habitant de Québec nous a interpellé pour nous demander si l'on avait pas froid comme ça, en nous expliquant que lui portait des jeans doublés en peau de je ne sais plus quel animal pour résister au froid local et à ce qu'ils annonçaient pour le lendemain ...

La Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec
La Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec

Vue sur l’Edifice Price, seul gratte-ciel à l'intérieur des murs du Vieux-Québec. Construit en 1930, c'est l'un des plus vieux du Canada.

Porte Saint-Louis de Québec
La Porte Saint-Louis, reconstruite en 1878. La porte originelle, construite en 1693 ne se trouvait pas exactement au même emplacement et a été détruite.

Le Musée Royal du 22e Régiment et la Citadelle de Québec

Arrivés devant la jolie Porte Saint-Louis, un peu frigorifiés du fait du manque de pantalons de ski donc, nous avons décidé nous réchauffer un moment en visitant le Musée Royal du 22e Régiment et la Citadelle de Québec.

Fondé en 1950, à l'intérieur de la Citadelle, le Musée Royal du 22e Régiment est un musée d'histoire militaire qui retrace l'histoire de Québec, de la Citadelle et du 22e Régiment du 17e siècle à nos jours. Le Royal 22e Régiment est l'unique régiment d'infanterie francophone de la force régulière des forces canadiennes.

Entre ces murs chargés d'histoire, nous nous réchauffons et nous apprenons, fascinés, l'histoire de ce régiment, celle de la ville et de sa fondation et aussi de la construction de cette forteresse à la Vauban, construite par les anglais pour se défendre contre l'envahisseur américain.

Face à la crainte grandissante de subir un "siège à l'européenne", une première enceinte, temporaire, de la citadelle est construite en 1690 à la demande du Comte de Frontenac. Trois ans plus tard, une nouvelle enceinte est construite pour remplacer celle-ci. En 1701, un nouveau plan de fortifications est développé par un ingénieur français, De Néré, approuvé par le roi, Louis XIV, mais il ne sera mis en oeuvre qu'en 1745, après la capitulation de Louisbourg et la panique qu'elle provoque.

Les fortifications en forme d'étoile que l'on peut voir actuellement, elles, sont construites entre 1820 et 1832. La Citadelle de Québec, surnommée "Gibraltar d'Amérique", et destinée à protéger les troupes britanniques contre les assauts américains, était dite imprenable.

Depuis 1920, la Citadelle abrite les quartiers généraux Royal 22e Régiment qui perpétue les traditions militaires (relève de la garde, tir de canon de midi, etc.). Aujourd'hui, elle est également la seconde résidence officielle du gouverneur général du Canada et est également un haut lieu de la diplomatie.

Après une visite passionnante du musée, nous avons effectué une visite guidée de la Citadelle tout aussi intéressante avec une guide passionnée. Poudrière, bastions, prison, maison du Gouverneur, terrain de parade, notre guide nous a offert une véritable immersion dans l'univers de la Citadelle et dans son histoire.

Ancien observatoire et ancienne tour de la boule
État-major du Royal 22e Régiment (ancien hôpital)
Résidence du Gouverneur général (ancienne caserne des officiers)

Ancienne tonnellerie

Et le clou du spectacle de cette visite : la magnifique vue sur le Château de Frontenac, la Basse-Ville et le Saint-Laurent !

Une soirée illuminée à Québec

Après cette visite intéressante (et rafraîchissante - puisque la plus grande partie de la visite se fait en extérieur) de la Citadelle, nous avons repris notre balade à travers les rues de la ville, en empruntant la Grande Allée Est à la recherche d'un lieu pour nous réchauffer.

Une fois notre intermède chaleureux et caféiné chez Starbucks terminé, la nuit était déjà tombée sur la ville, l'occasion de découvrir un autre visage de la ville, magnifique, avec toutes ses illuminations et installations de Noël encore en place.

Hôtel du Parlement de Québec
Hôtel du Parlement

Cette balade à travers les rues de Québec s'est terminée dans le Quartier du Petit Champlain où, après avoir profité du charme fou de ses petites rues illuminées, nous avons passé un excellent moment au restaurant le Bistrot sous le Fort

Vue sur la Rue du Petit Champlain depuis l'Escalier Casse-cou
Fresque du Petit-Champlain

Le Vieux-Québec et la Chute Montmorency

Balade dans le Vieux-Québec

Le lendemain matin, après un excellent petit-déjeuner, nous avons repris notre exploration de la ville. Il ne faisait finalement pas les -45° annoncés et nous avons donc pu nous balader dans les jolies rues du Quartier du Petit-Champlain.

Quartier historique de la ville, ce faubourg est situé à proximité directe du Saint-Laurent, en contrebas du Cap Diamant. Ce quartier plein de charme compte de nombreuses boutiques et de restaurants, il y règne donc une belle ambiance, de jour comme de nuit. De quoi bien commencer cette nouvelle journée de découverte à Québec donc !

Le joli bâtiment qui abrite le Bistrot Sous le Fort

Ce jour-là, nous voulions aller nous balader dans les Plaines d'Abraham, un parc de 98 hectares créé en 1908, situé au sud de la Citadelle. Pour nous y rendre et pour rejoindre la partie haute de la ville, nous avons cette fois emprunté le Funiculaire du Vieux Québec qui fait le lien entre la Rue Sous le Fort et la Terrasse Dufferin. L'occasion pour nous d'avoir un nouvel aperçu sur les toits de la Basse-Ville et de revoir le Château de Frontenac et l'Édifice Louis-S.-St-Laurent, sous un jour nouveau grâce au soleil et au ciel bleu de cette matinée.

Depuis les Plaines d'Abraham, nous avons pu observé un long moment le Saint-Laurent gelé et le ballet des bateaux qui y circulaient quand même, parfois difficilement. Dans notre dos, la silhouette de la ville se dessinait et dépassait parfois des collines enneigées du parc.

Ancienne terres agricoles, le site des Plaines d'Abraham a était le théâtre, en 1759, de la bataille du même nom. Épargné par l'urbanisation, le parc devient, en 1908, le premier site historique national du Canada.

Après ce moment "nature" où nous avons marché dans des hauteurs de neige parfois impressionnantes, nous avons retrouvé l'agitation de la ville pour faire un peu de shopping et manger quelque chose de chaud pour mieux repartir vers la nature, dans la Parc de la Chute Montmorency.

Escapade au Parc de la Chute Montmorency

Pour rejoindre le Parc nous avons pris le bus, l'occasion pour nous de confirmer que les Québecois sont des gens adorables. Pas vraiment renseignés sur les transports à Québec, nous sommes montés dans un bus avec l'idée de payer notre ticket à l'intérieur de celui-ci, comme en France.

Mais à Québec, les chauffeurs ne manipulent pas l'argent, il faut avoir un ticket ou l'appoint (à glisser dans une urne), ce que nous a expliqué très gentiment la conductrice du bus, tout en continuant à conduire, en nous expliquant où trouver des tickets, où reprendre le bus une fois qu'elle nous aurait déposé et aussi en nous conseillant de bien enlever nos manteaux dans le bus pour ne pas avoir trop froid une fois au Parc de la Chute Montmorency. Adorable je vous dis !

Une fois nos tickets achetés, nous reprenons le bus et enlevons manteaux, écharpes et bonnets en regardant le paysage urbain défiler par la fenêtre. Nous traversons des quartiers résidentiels, nous découvrons de nouvelles architectures, des rues aux allures de petits villages paisibles.

Trente minutes plus tard, le bus s'arrête sur un petit parking quasiment vide. A peine descendus du bus, nous entendons un bruit de fond, un bruit d'eau qui coule et tombe avec force. Nous parcourons les quelques mètres qui nous séparent de ce ronronnement aquatique impressionnant et découvrons, émerveillés, le magnifique panorama sur le Saint-Laurent et cette chute, tellement impressionnante.

Nous traversons le pont qui enjambe la chute assourdis et abasourdis par le bruit de la Chute et tout la force qui s'en dégage. Malgré le froid et la glace qui paralyse une partie de son eau, la Chute s'écoule, impressionnante, puissante. Le contraste entre l'eau, presque noire, et la glace, immaculée, est saisissant ; celui entre la force de l'eau et l'immobilité de la glace l'est tout autant.

Nous traversons à nouveau, toujours impressionnés, fascinés, et rejoignons la tour d'observation, qui nous permet de voir la Chute sous un autre angle, tout aussi impressionnant, plus proche de l'eau, en contrebas par rapport au sommet de la chute. De là aussi, la force de l'eau est visible, le bruit lui est fracassant.

Plus haute chute du Québec avec ses 83 mètres (soit 30 mètres de plus que celles du Niagara), la Chute de Montmorency est le résultat d'une faille normale et est située située à l'embouchure de la rivière Montmorency, affluent du Saint-Laurent.

C'est des étoiles plein les yeux, et les cils pleins de glace, que nous avons ensuite repris la bus pour Québec pour aller prendre un autre bus qui nous ramènerait, lui, à Montréal.

Avant notre départ, nous avons profité un peu du quartier du Vieux-Port et de son marché. Depuis cette esplanade, nous avons regardé une dernière fois la silhouette du Château de Frontenac et, plus globalement, celle de cette jolie ville si chaleureuse, malgré les températures négatives, et à l'histoire si riche et captivante, heureux de notre escapade à Québec !

La Gare du Palais

---

Épinglez-moi !

10 Replies to “Escapade enneigée à Québec”

  1. Bon résumé de cette si belle ville! Tu as appris à la dure qu’il fallait toujours traîner ses vêtements chauds en hiver! :p Je connais aussi le Bistro Sous le Fort: endroit sympathique et chaleureux! Et as-tu rencontré la chèvre du 22e régiment ??!!

    1. Oui je ne me ferai pas avoir en février, le pantalon de ski ne me quittera pas ! Jamais !
      Je garde un super souvenir du Bistrot Sous le Fort, je serais capable d’y retourner si on s’arrête de nouveau à Québec 😉
      Et la chèvre je ne l’ai pas vu non, et ça ne me rappelle rien non plus, tu m’en dis plus ?

  2. Tes photos sont superbes et ton article ultra complet! Pour moi Québec c’est la meilleure ville du monde pendant les fêtes de Noël ❤ J’y suis retournée y’a 3 semaines de ça et à chaque fois je suis émerveillée!

    1. Merci beaucoup, c’est très gentil 🙂
      Québec vraiment en mode Noël (là c’était un peu après, mis à part les décos il n’y avait plus beaucoup d’animations) ça doit être superbe ! Et j’imagine et comprends ton émerveillement face à cette jolie ville !

  3. Je ne connais pas Québec. J’ai vraiment apprécié ton article détaillé ses belles images. Brrr ! On peut dire que c’est rafraîchissant, mais quand on aime les ambiances hivernales ouatées il faut faire quelques sacrifices, n’est-ce pas ?

    1. Merci Alain ! Ton commentaire me fait super plaisir ! Et oui c’est rafraîchissant mais c’est tellement beau, ça vaut vraiment le coup … tant pis pour la chair de poule ^^

  4. Et bien il est très complet cet article ! C’est toujours un plaisir de lire et de voir des photos de notre belle ville de Québec. Merci pour ce récit

    1. Merci à toi ! Ça fait toujours plaisir d’avoir un commentaire de local qui apprécie un article 🙂 Bonne journée !

  5. Ce doit être tellement beau et magique de visiter Québec sous la neige. Le Canada est, pour nous, le pays idéal pour profiter de l’hiver. ♥

    1. J’ai vraiment adoré Québec, Montréal et le petit bout de Laurentides que j’ai vu sous la neige (c’est d’ailleurs pour ça qu’on y retourne en février :D) ! Et quand je regarde des photos sans neige je trouve ça bizarre ^^ Je vous rejoins donc totalement sur le fait que ce soit le pays parfait pour l’hiver ! Je vous souhaite de pouvoir y aller à cette période vous aussi 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.