Barbagia et Ogliastra : itinéraire et infos pour un séjour au cœur de la Sardaigne

Vous avez envie de découvrir un autre visage de la Sardaigne ? De côtoyer ses habitants, ses traditions, sa culture et son histoire la plus ancienne ? L’Ogliastra, nichée au cœur de la Barbagia, regorge de lieux parfaits pour ça ! Merveilleusement riche de trésors naturels et d’autres bâtis par l’Homme, cette région, souvent méconnue, est pourtant une des plus belles de l’île selon moi.

Dans cet article, vous trouverez des informations générales sur cette région mais également des informations pratiques pour préparer un séjour sur place. Pour l’écrire, je me suis évidemment basée sur notre expérience, mais aussi sur des écrits trouvés dans des guides ou sur internet.

Lors de ce voyage, on a dormi treize nuits et passé onze jours complets plus une fin de journée sur place. On a atterri à Cagliari depuis Toulouse et inversement au retour. Afin de faciliter nos déplacements et d’être totalement indépendant, on a loué une voiture pour la totalité de notre séjour. Côté logements, on a opté pour : un bed and breakfast à notre arrivée à Cagliari, deux appartements à Bari Sardo et une chambre chez l’habitant à Cagliari avant notre retour à Toulouse.

Pourquoi deux logements différents à Bari Sardo me direz-vous ? Et bien au départ, nous avions prévu une étape à Villasimius avant de retourner à Cagliari. Mais l’Ogliastra nous a tellement plu que, pour la première fois depuis qu’on voyage, on a prolongé notre séjour sur place. Nous avons donc dû trouver un autre logement pour ces quelques jours supplémentaires. Logement que nous avons trouvé … dans la maison du bonheur où nous étions déjà !

Comme toujours pour mes articles pratiques, je vous propose une carte qui retrace ce que nous avons vu, visiter, les places où l’on s’est baignés, les restaurants où l’on a mangé, etc. et que je vous recommande pour un séjour sur place.

La Barbagia et l’Ogliastra

La Barbagia, terre d’Histoire et de traditions

La Barbagia (barbaza en sarde) est une large région situé dans la partie orientale de l'île. Elle est composée de plusieurs régions historiques : la Barbagia di Nuoro (ou Nuorese) ; la Barbagia di Bitti (partie de la Barbagia de Nuoro) ; la Barbagia di Ollolai (ou Barbagia supérieure) au nord de Gennargentu ; Mandrolisai à l'ouest de Gennargentu ; la Barbagia di Belvì (ou Barbagia centrale) au sud du Gennargentu ; la Barbagia di Seùlo (ou Basse Barbagia) encore plus au sud et enfin l'Ogliastra (anciennement Barbàgia Trigònia) à l'est de Gennargentu.

La Barbagia s'étend sur une superficie d'environ 1300 km² et compte 120 000 habitants. La ville la plus peuplée dans cette région est Nuoro. C'est d'ailleurs dans la province de Nuoro que se trouve la majeure partie de la Barbagia.

Le nom de cette région vient du fait que cette partie de l'île, historiquement moins à soumise à l'Empire romain, était considérée comme une terre de barbares (Barbaria en latin). L'attachement important à la culture sarde des habitants de ce territoire ainsi que sa morphologie (très montagneuse) lui ont permis de résister aux différents envahisseurs. De fait, beaucoup de noms de lieux de la Barbagia ont une origine pré-romaine.

L’Ogliastra, au cœur de la Barbagia

L'Ogliastra est une région historique de la Sardaigne, située dans la partie centrale d’île, sur la côte est de celle-ci. L'origine de son nom proviendrait soit de la présence d'oliviers sauvages (olgiastru en sarde) sur le territoire soit des nombreuses "aiguilles" rocheuses présentes sur la côte (Agugliastra en sarde).

Cette région comporte à la fois une zone côtière (avec certaines des plus belles plages de l'île selon moi) ainsi qu'une zone montagneuse très importante. En effet, la chaîne de Gennargentu (comprenez "La Porte d'Argent", en raison de sa couleur dominante) se trouve sur ce territoire. C'est d'ailleurs dans ce massif montagneux que se trouve la Punta La Marmora, point le plus élevé de l'île, qui culmine à 1834 mètres.

Parcourue par de nombreuses rivières (Flumendosa, Codula di Luna, Pramaera, etc.), ce territoire, pourtant assez aride, est également largement recouvert par des forêts de chênes verts, des genévriers sauvages, du myrte, du houx, des bruyères et d'autres végétaux qui parfument l'air ambiant et lui donne cette odeur caractéristique du maquis méditerranéen.

De 2005 à 2016, l'Ogliastra était également une province de la région autonome de la Sardaigne. L'île était alors découpée en 8 provinces et, avec moins de 60 000 habitant, l’Ogliastra était la province la moins peuplée d'Italie. Elle avait deux chefs-lieux : Lanusei, au cœur des reliefs, et Tortolì, dont le port, Arbatax, baigne dans la mer Tyrrhénienne.

Depuis 2016, la province de l'Ogliastra est rattachée à celle de Nuoro. La Sardaigne ne compte plus que cinq provinces : Nuoro, Sassari, Oristano, Sud Sardegna et Cagliari. Malgré le rattachement à la Province de Nuoro, l’identité et les traditions de la région historique de l’Ogliastra sont évidemment très présentes et les habitants du territoire y sont très attachés.

Pourquoi visiter cette partie de l’île ?

Dans les guides sur la Sardaigne, il y a assez peu d’informations sur cette partie de l’île. En dehors du Golfo di Orosei, célèbre pour ses plages sublimes et d’Orgosolo, pour ses murales, le reste du territoire est assez peu mis en avant. Pourtant, quand on a décidé de retourner en Sardaigne, je suis mis en tête que nous visiterions l’Ogliastra, dont nous ne connaissions rien, si ce n’est les quelques plages du Golfo di Orosei qui en font partie.

Rapidement, je me suis donc heurtée à une espèce de vide littéraire sur la région. Mais ce vide n’a fait que renforcer mon envie d’aller découvrir l’Ogliastra ! Nous n’avions pas d’autre possibilité que de partir sur la dernière semaine de juillet et première semaine d’août, pires semaines pour éviter la foule alors autant aller là où les guides ne recommandent pas d’aller !

Et puis, grâce à différents blogs et à des sites sardes, j’ai très vite compris que nous n’aurions, comme d’habitude, pas le temps de faire tout ce que l’on avait repéré. Sites nuragiques, mer turquoise bordée de rochers rouges, villages perchés dans les montagnes, grottes, villages abandonnés ou au contraire habités même sur les murs couverts de fresques, cuisine traditionnelle, … Les choses à découvrir dans ces deux régions sont réellement très nombreuses et avec un avantage considérable : pas de coude à coude sur les plages ni ailleurs !

Bella Ogliastra, petit coin de paradis pour loger à Bari Sardo

Pour ce troisième séjour en Sardaigne, nous rêvions de calme, de solitude et de bord de mer à quelques pas de notre chez nous de vacances. Malheureusement, à quelques semaines de partir, les logements correspondant à ces critères-là étaient déjà tous loués ou trop chers pour nous. On a donc revu nos critères et exploré plusieurs pistes parmi les quelques locations encore disponibles.

On a finalement opté pour un appartement dans une grande maison avec jardin luxuriant à Bari Sardo. Son emplacement, assez central par rapport à ce que nous voulions voir, nous semblait idéal. Les commentaires concernant le logement, et les hôtes qui vivent également sur place, étaient plus qu’élogieux et laissaient présager un séjour agréable.

En fin de compte, située à 4 kilomètres du centre de Bari Sardo, en retrait par rapport à la route principale, la maison bénéficie du calme que l’on recherchait. Nos hôtes, Erika et Attilio, sont deux personnes absolument adorables, accueillantes et chaleureuses que l’on espère sincèrement revoir un jour. Leur jardin est tout simplement fabuleux et offre une oasis de verdure très agréable.

On ne regrette pas un seul instant d’avoir choisi ce logement. Parce que, comme imaginé, l’emplacement est pratique pour visiter la région, que ce soit côté montagnes ou côté plages. Parce que Bari Sardo et Cardedu, les deux petites villes à proximité possèdent tous les commerces nécessaires. Et évidemment pour cette rencontre avec nos hôtes (et leurs adorables chats et chiens ! Parce que oui, en plus, il y a des animaux tous mignons !).

Pour loger vous aussi chez Erika et Attilio, c’est par ici : www.bella-ogliastra.com

Que voir dans le centre est de la Sardaigne ?

Que faire en Ogliastra ?

Se balader dans les villes et villages

  • Bari Sardo : à 4 kilomètres de la mer, cette petite ville de 4000 habitants s'étend autour de l'imposante Chiesa della Beata Vergine di Monserrato. Coloré et parsemé de murales, Bari Sardo est une petite ville charmante, à la fois paisible et animée. Pour l’observer de plus haut, rendez-vous à la jolie Chiesa campestre di San Leonardo.
  • Cardedu : quelques kilomètres au sud de Bari Sardo, Cardedu est une petite ville colorée et moderne. Elle a été construite suite à une inondation en 1951 (voir ci-dessous), et comporte des rues larges qui forment un quadrillage presque parfois. Pas de vieilles pierres ici donc, mais un autre visage de la Sardaigne à découvrir et quelques commerces bien pratiques.
  • Gairo Sant'Elena : à l'image de Cardedu, Gairo Sant'Elena a été construit suite à l’inondation de 1951, quelques kilomètres au-dessus de l'ancien bourg de Gairo (voir ci-dessous). La ville, colorée, est donc plutôt moderne. Elle bénéficie d'une vue magnifique sur les villes qui occupent l'autre versant de la vallée et les reliefs qui les surplombent.
  • Ulassai : située aux pieds de formations calcaires dolomitiques, Ulassai bénéficie d’une vue magnifique sur les alentours. Agrippée à sa montagne, Ulassai est la promesse d’une balade sportive ! Les petites rues pavées du centre sont bordées de bâtiments colorés, plutôt modernes, et de quelques bâtiments aux pierres apparentes.
  • Tortolì et Arbatax : Tortolì est souvent considérée comme la porte d'entrée de l'Ogliastra. La ville possède un aéroport et un port (situé à Arbatax) qui lui permettent d'être reliée au continent. Parsemées de nombreux commerces et restaurants, ces deux villes sont animées de jour comme de nuit. Pour profiter d’une vue à couper le souffle sur les alentours, rendez-vous au pied du Faro di Capo Bellavista Arbatax).
  • Lanusei : encore une ville en escaliers, colorée, qui bénéficie d'une vue renversante sur les paysages alentours. Ancienne capitale de l'Ogliastra avec Tortolì, la ville possède plusieurs édifices religieux remarquables, notamment la Cattedrale di Santa Maria Maddalena. Du street art embellit également la ville.
  • Urzulei : tout au nord de l'Ogliastra, Urzulei fait partie des nombreux villages de Sardaigne dont l’histoire est peinte sur les murs. En plus de ces remarquables murales, ce joli village avec, lui aussi, une vue magnifique sur les alentours, compte de nombreuses églises à visiter.
  • Santa Maria Navarrese : jolie petite station balnéaire d’où partent les excursions dans le Golfo di Orosei, Santa Maria Navarrese s’étend autour d’une jolie petite église blanche. La Chiesa di Santa Maria est d’ailleurs voisine d'un olivier qui aurait plus de mille ans, un arbre remarquable d'un peu moins de 9 mètres de circonférence.
Bari Sardo
Cardedu
Gairo Sant'Elena
Ulassai
Tortolì
Tortolì
Lanusei
Lanusei
L'olivier millénaire de Santa Maria Navarrese
L'olivier millénaire de Santa Maria Navarrese

Visiter des villages abandonnés

  • Gairo Vecchio: 1951, de grandes crues suivies de glissements de terrain détruisent la ville de Gairo, construite à flanc de montagne. Les maisons, plus ou moins détruites, sont finalement abandonnées et la ville reconstruite quelques kilomètres plus haut. Ce cœur historique de la ville, renommé Gairo Vecchio est désormais livré à la nature et offre une balade singulière, entre poésie et mélancolie.
  • Osini Vecchio : de l'autre côté de cette vallée où coule le Riu Pardu, un autre village, Osini Vecchio, n’est plus habité que par la flore (et peut-être la faune) locale. Egalement détruit par l’inondation de 1951, Osini Vecchio compte quelques bâtiments restaurés offrant un contraste entre l’ancien et le récent pour le moins saisissant !

Visiter des sites avec des vieilles pierres, voire de très vieilles pierres

  • Le Nuraghe Serbissi : il s'agit d'un des bâtiments les mieux conservés de la civilisation nuragique*. Une fois arrivé au sommet du Taccu di Osini, à 960 mètres d’altitude, vous pourrez contempler ce nuraghe qui aurait été habité entre 1800 et 1000 avant notre ère. Sa tour la plus haute, de 6,3 mètres, est remarquable.

*il s’agit d’une civilisation propre à la Sardaigne qui aurait vécu de 1800 avant notre ère jusqu’au 2e siècle après notre ère, voire jusqu’au 6e siècle en Barbagia.

  • L’Area archeologica Bosco Seleni : perchée au-dessus du joli village de Lanusei, cette aire archéologique regroupe les vestiges d'un nuraghe et des Tombe dei Giganti. La découverte de ces vieilles pierres, avec un guide ou non, sera également l’occasion d’une balade dans une belle forêt qui offre un peu de fraîcheur et d’ombre bienvenues.
Nuraghe Serbissi
Nuraghe Serbissi
Tomba dei Giganti Seleni
Nuraghe Seleni
Nuraghe Seleni

Chercher la fraîcheur dans les grottes

  • La Grotta di Serbissi : située en contrebas du nuraghe du même nom, ce n’est pas une grotte où vous pourrez voir des concrétions impressionnantes. Ce tunnel naturel percé dans le calcaire de la montagne mesure 200 mètres de long. La grotte aurait été occupée dès l'âge du bronze moyen (soit 1600-1350 avant notre ère).
  • La Grotta Su Marmuri : son nom (la Grotte de marbre en français) vient de l'aspect des roches calcaires qui s'y trouvent. A un kilomètre d'Ulassai, cette grotte formée il y a 150 millions d'années vaut vraiment le détour. Accompagné d'un(e) guide polyglotte, vous apprendrez comment s'est formée cette cavité aux stalagmites et stalactites incroyables. Vous ressortirez rafraîchi(e) et avec des étoiles plein les yeux !
Grotta di Serbissi
Grotta di Serbissi
Grotta Su Marmuri
Grotta Su Marmuri

Profiter de panoramas exceptionnels

  • Le long de la Strada Provinciale 28 jusqu'à Gairo Sant'Elena ;
  • Sur la route qui permet de rejoindre la Spiaggia di Coccorocci depuis Museddu ;
  • Depuis la Via San Giorgio à Urzulei ;
  • Depuis le Faro di Capo Bellavista ; 
  • Sur la Strada Statale 389 entre Su Biviu-gennantine et Mamoiada ;
  • Depuis Lanusei ; 
  • Depuis le parking de la Grotta Su Marmuri ;
  • Depuis la terrasse du Bar Paninoteca Stazione Curcuda ; 
  • Et depuis tant d'autres endroits !
Vue depuis la SP28
Vue depuis le parking de la Grotta Su Marmuri

Goûter les spécialités locales

  • Les culurgiones, des raviolis aussi beaux que bons farcis de pommes de terre, fromage de brebis, oignons et menthe ;
  • Le Cannonau, un vin rouge produit sur les territoires de l'Ogliastra, de Nuoro et du Mandrolisai;
  • Le porceddu, un cochon de lait cuit à la broche ;
  • Mais aussi toutes les autres spécialités sardes et non pas seulement celles de l’Ogliastra: le pane carasau, la fregola sarda, les malloreddus, le pecorino sardo, la Mirto di Sardegna, etc.

D'ailleurs, si vous avez envie de goûter les saveurs de la Sardaigne avant d’y aller, où qu’elles vous manquent, sachez qu’il existe un site parfait pour régaler vos papilles : www.sardiniaecommerce.it. Testé et approuvé cet été (et pas seulement pour la nourriture d’ailleurs) !

Culurgiones
Culurgiones

Où manger, justement, et boire un verre en Ogliastra ?

Pour manger

  • Ristorante Pizzeria da Giancarlo : restaurant très agréable avec une belle carte et des produits savoureux. Le petit plus : une vue à couper le souffle sur les alentours.
  • Locanda 45 : restaurant sympa, terrasse agréable sur une petite place de Tortolì. Bons produits et service rapide.
  • L'Olivastro : terrasse très agréable entourée d'oliviers, avec vue sur la mer. L'excellente spécialité du restaurant : les maradham. Une sorte de variante de la pizza avec pour pâte le Turredda (un pain de pommes de terre typique des Baunei).
  • Bar Paninoteca Stazione Curcuda : un peu perdu au milieu de nulle part, ce petit snack prépare d'excellents panini et a une vue merveilleuse sur les alentours !

Pour boire un verre

  • Hotel Ristorante Pizzeria Bosco Selene : grande terrasse agréable avec vue la forêt tout autour.
  • Marica beach bar : bar de plage agréable avec vue imprenable sur une mer magnifique.
  • 4 Mori : lieu cosy parfaitement intégré dans la nature avec une jolie vue sur la Spiaggia di Cala Ginepro.
  • Le Mimose : bar de plage agréable avec vue sur la mer.
  • Hakuna Matata beach : bar de plage animé avec vue sur la plage et la mer au loin.
  • Sa Tracca : restaurant / bar de plage assez fréquenté qui proposent quelques tables en bois, les pieds dans le sable pour boire un verre en regardant la mer.
  • L'Olivastro, toujours lui !
Le "plafond" de l'Olivastro

Où faire ses courses en Ogliastra ?

Je vous invite à consulter la carte pour découvrir les quelques adresses que je vous recommande.

Où se baigner en Ogliastra ?

Afin de simplifier un peu les choses, je vous présente les plages que je vous recommande du nord vers le sud (cf. carte pour repérer les endroits exacts dont je parle).

  • Spiaggia di San Giovanni : une petite plage avec du sable et des petits cailloux juste à côté du port touristique de Santa Maria Navarrese. Quelques cailloux dépassent de l'eau et un joli spectacle vous attend autour de ceux-là. Les chiens sont autorisés sur la plage.

  • Spiaggia di Santa Maria Navarrese : de l'autre côté de la Torre di Santa Maria Navarrese, une petite bande de plage en petit cailloux qui fait face au Faro di Capo Bellavista. Une belle vue sur les reliefs environnants et un lieu de baignade agréable.

  • Spiaggia del Lido delle Rose : une belle plage de sable avec vue sur le Supramonte di Baunei. Une fois dans l’eau, la mer devient assez rapidement profonde.
  • Spiaggia degli Scogli Rossi : une des plages les plus célèbres d'Ogliastra avec ses roches rouges qui avancent dans la mer. A droite de ceux-là, d'autres rochers (noirs ceux-là) permettent d'accéder à une mer assez profonde pour observer la vie sous-marine. On a eu la chance d’y voir un cormoran pêcher pendant de longues minutes !
  • Spiaggia del Lido di Orrì : une grande plage de sable, avec toujours la vue sur les reliefs au nord et quelques jolis cailloux au sud. Parfaite pour une baignade en famille ou pour jouer au ballon dans l’eau.

  • Spiaggia di Foxi Lioni : une petite plage de sable avec des jolis rochers au nord et quelques poissons à observer. En dehors des rochers, plage parfaite pour se baigner tranquillement ou jouer dans l’eau.

  • Spiaggia di Cala Ginepro : une plage au sable doux et argenté avec une mer peu profonde et translucide ... Plage assez fréquentée donc mais très jolie.

  • Plage aux galets multicolores : malgré de longues minutes de recherche, je n'arrive pas à savoir si elle a un nom. Mais je peux vous assurer qu'elle vaut le détour ! Avec ses gros galets multicolores, cette petite crique est un paradis pour une baignade loin de la foule … qui préfère généralement le sable !

  • Spiaggia di Cea : une longue bande de sable blanc qui borde une mer translucide et magnifique. Quelques rochers rouges au loin dans l'eau et toujours le relief du Supramonte di Baunei en arrière-plan. Une plage magnifique et agréable pour se poser en fin de journée, jouer dans l'eau ou se laisser flotter dessus !

  • Spiaggia di S'Abba e s'Ulimu : une autre plage de galets où l’on peut être seul au monde ! L’eau y est translucide et les fonds marins habités d’une faune et d’une flore riche.

  • Spiaggia di Punta Su Mastixi : une autre plage loin de la foule, puisque pas du tout sablonneuse. Les rochers gris qui ressemble à de la pierre volcanique occupent la plage et aussi les abords de celle-ci. Il est préférable d’aller s’y baigner lorsque la mer est calme.

  • Spiaggia di Museddu : une grande plage de petits cailloux de toutes les couleurs, une eau turquoise et cristalline à perte de vue.

  • Spiaggia di Perd'e Pera : plage de sable et galets mêlés, eau turquoise foncée mais translucide. Quelques rochers rouges baignent dans l’eau et bordent également la plage au sud.

  • La Spiaggetta : plage de gros galets avec une mer peu profonde où baignent quelques rochers rouges et des poissons.

  • Spiaggia piccola Su Sirboni piscina : un véritable spectacle, hors de l’eau comme dedans. Un paysage magnifique fait du rouge des rochers, du turquoise de la mer et du vert de la nature environnante. Pas de sable où nous nous étions installés mais pas de voisins non plus et une vue incroyable sur les alentours !

  • Les criques au milieu des rochers rouges : là encore, pas vraiment de plage au sens traditionnel du terme, ou difficile d’accès, mais des paysages incroyables composés de roches rouges et d’une eau magnifique allant du vert ou bleu foncé. Très bel endroit également pour faire du snorkeling.

  • Spiaggia di Coccorocci : il s'agit de la plus grande plage de galets de Sardaigne. Ces-derniers sont de nombreuses couleurs et tapissent même le fond de la mer sur plusieurs mètres. Surplombée par le Monte Ferru et le Monte Cartucceddu, cette plage a des allures de bout du monde.

Que faire dans la Barbagia d’Ollolai ?

J’ai découvert Mamoiada, petit village de la Barbagia d’Ollolai, grâce à une série de reportages sur les carnavals du monde sur Arte il y a quelques années. Depuis, je suis obsédée par l’idée d’y assister un jour. Lors de ce séjour en Sardaigne, la tentation d’aller voir ce petit village de mes propres yeux a été forte et nous a donc poussé à aller passer un peu de temps en Barbagia d’Ollolai.

Découvrir Mamoiada, terre des Mamuthones

Le carnaval de Mamoiada est une des plus anciennes célébrations populaires de l'île. Elle met en scène les impressionnants Mamuthones qui défilent bruyamment dans la ville et attrapent les spectateurs avec leur lasso. Hors période de carnaval, Mamoiada est un petit bourg tranquille et charmant ... Mais les Mamuthones ne sont jamais bien loin : fresques, musée, boutiques de masque, ... Mamoiada est définitivement le territoire de ces silhouettes noires.

Le MaMu, Musée des Masques Méditerranéens, vous permettra d’en savoir plus sur cette tradition (il était malheureusement fermé lors de notre passage, mais ce n’est pas grave, on y retournera un jour, pour le carnaval !). Et pour approfondir encore vos connaissances sur les masques de Mamuthones et rencontrez un artisan qui les fabrique, rendez-vous dans chez Antonello Congiu !

Si vous avez besoin de faire une pause pendant votre balade, arrêtez-vous à Frank's Bar. C’est un petit bar sympa au milieu de la ville, avec une terrasse qui permet d'observer les bâtiments alentours.

Mamoiada
Dans les rues de Mamoiada
L'atelier d'Antonello Congiu

Partir en quête des murales de Fonni

Quelques kilomètres au sud de Mamoiada se trouve le village le plus élevé de Sardaigne, Fonni. En dehors de cette spécificité géographique, Fonni est également un magnifique petit village qui compte de nombreuses fresques et possède une architecture singulière. A noter que Fonni possède une des rares stations de ski de Sardaigne, si vous étiez tenté d'y aller en hiver !

Fonni - Barbagia

Que faire à Cagliari ?

Si comme nous vous choisissez d’atterrir à Cagliari et d’y passer quelques nuits (trois dans notre cas), voici quelques recommandations pour profiter de la capitale de l’île.

Où dormir à Cagliari ?

  • Au Bed & Breakfast Inas. Situé dans la calme et charmante Via San Giovanni, ce B&B est un lieu agréable et plein de charme, avec une grande pièce de vie, une chambre spacieuse et une salle de bain propre et fonctionnelle. La propriétaire est très sympathique et réactive, le petit déjeuner est varié et copieux. Le B&B est situé à 15 minutes à pieds du centre de Cagliari, dans une rue où il n’est pas possible de se garer mais des parkings se trouvent à proximité. Bref, un bel endroit pour débuter un séjour en Sardaigne.
  • Chez Maria Christina. Situé à l’extérieur du centre-ville, l’appartement de Maria Christina permet de s’y rendre très facilement, en voiture comme en bus, mais aussi d’explorer les alentours. Prévenante et accueillante, Maria Christina fait tout pour rendre votre séjour le plus agréable possible. L’appartement est propre, calme, fonctionnel ; la chambre et la salle de bain mis à disposition sont très agréables.

Où se balader à Cagliari et dans ses alentours ?

  • Dans le Quartiere Castello (Cagliari), centre historique de la ville. Au cours de votre balade dans ce dédale de rues, ne manquez pas :
    • L’emblématique Bastione di Saint Remy ;
    • La vue magnifique depuis la Piazzetta David Herbert Lawrence ;
    • La sublime Cattedrale di Santa Maria Assunta e Santa Cecilia sur la belle Piazza Palazzo ;
    • La vue plongeante sur le Quartiere Villanova depuis la Piazzetta Mercede Mundula ;
    • La Torre di San Pancrazio et la Piazza dell Indipendenza.
Le Bastione di Saint Remy depuis la Piazzetta David Herbert Lawrence
La Cattedrale di Santa Maria Assunta e Santa Cecilia
  • Dans le Quartiere Marina (Cagliari), sûrement le plus vivant de la ville où sont concentrés de nombreux restaurants, bars et de boutiques. Vous y verrez également :
    • La presque cachée Chiesa di Sant'Agostino ;
    • Les vestiges de la Chiesa di Santa Lucia in Marina ;
    • L’incontournable Via Roma avec ses arcades et sa vue sur le port et du Golfo degli Angeli.
Le parvis de la Chiesa di Sant'Agostino
La via Roma
  • Dans le Quartiere Stampace (Cagliari), autre quartier historique de la ville où vous pourrez notamment voir :
    • Le beau Palazzo Civico di Cagliari;
    • La Piazza Yenne et sa vue sur les remparts du Quartiere Castello ;
    • La Torre dello Sperone;
    • L’imposante Chiesa di San Michele ;
    • La belle Chiesa di Sant'Anna.

Chiesa di San Michele
  • Dans le Quartiere Villanova (Cagliari), quartier historique de la ville, construit en contrebas de la colline où se trouve le Castello, à l’est de celle-ci. Vous pourrez y admirer :
    • Du street art le long de la Via San Saturnino ;
    • L’agréable Giardino Sotto le Mura "Giardino Fratelli Giuseppe e Vittorino Fiori"
    • Le beau Pallazo Valdès ;
    • Les jolies petites rues comme la Via San Giovanni.
La vue sur le Quartiere du Castello depuis Villanova
Pallazo Valdès
  • A San Sperate, petite ville à 20 kilomètres au nord de Cagliari, accessible en 25 minutes de voiture ou 30 à 45 minutes de bus. Fresques, installations artistiques et murales en trompe-l’œil vous attendent dans ce paese Museo ("village-musée") à ciel ouvert où se trouvent plus de 400 œuvres.

Si vous voulez en savoir plus sur San Sperate, vous pouvez lire mon article Parenthèse colorée à San Sperate, pionnière du muralismo en Sardaigne

Où manger à Cagliari ?

  • Chez Su Cumbidu : une institution de Cagliari, où nous étions déjà allés lors de notre premier voyage. Après s’être régalés d’antipasti la dernière fois, on a adoré les plats de pâtes qu’on avait commandé cette fois !
  • Chez Rafè Coffee & Shop : terrasse avec vue sur les vestiges de la Chiesa di Santa Lucia in Marina (rien que pour ça, ça vaut le coup !), carte plutôt moderne et plats généreux.
  • A la Trattoria Gennargentu : ce n’est pas la meilleure trattoria que nous ayons testée mais c’est quand même une bonne adresse pour un repas sur la vibrante Via Sardegna !
  • Chez Good: à l'écart de la ville (tout proche de chez Maria Christina), un lieu moderne avec un grand extérieur agréable. Au menu : pinse, insalate, piatti unici, snack, gelateria, pasticceria et diverses choses à boire pour accompagner tout ça.

Où se baigner à proximité de Cagliari ?

  • A la Spiaggia del Poetto. Mais autant vous dire que si vous y allez un dimanche après-midi début août, il faudra vous armer de patience pour trouver une place pour vous garer si vous faites le choix, très audacieux, d’y aller en voiture … Des bus permettent de s’y rendre et de ne pas tourner pendant 30 minutes dans les rues qui longent la plage, optez plutôt pour cette solution ! Et, une fois sur le sable blanc, malgré les 8 longs kilomètres de plage, vous ne serez certainement pas seul ! A noter que, à plus tard dans le mois, la plage peut-être beaucoup plus désertée, comme nous l’avions constaté lors de notre premier voyage.
  • A la « plage de la Paillote ». Je ne connais pas le vrai nom de cette plage mais je sais qu’elle est sublime ! Pas de sable blanc ici mais plutôt des petits cailloux ou des rochers suivant l'endroit où vous déciderez de poser vos affaires. Une fois sous l'eau, un spectacle merveilleux vous attend avec de très nombreux poissons. La paroi rocheuse en contrebas de la Viale Calamosca est percée de cavité plus ou moins grande.

  • A la Spiaggia di Calamosca. De nouveau du sable ici, et quelques cailloux une fois dans l’eau, pour une plage agréable et plutôt familiale. Il y a une jolie vue sur la Torre di Calamosca et son phare. Elle est accessible en voiture (petit parking gratuit) ou avec le bus et un peu de marche sur les derniers mètres.

Spiaggia di Calamosca

Pour compléter ces informations à propos de Cagliari, vous pouvez lire mon article Cagliari et tutti quanti !

Les étapes de notre séjour dans le centre-est de la Sardaigne

Notre programme durant ce séjour a, grosso modo, été le suivant :

  • Jour 1 : atterrissage à Cagliari, dépôt de nos affaires dans notre Bed & Breakfast puis balade dans la ville jusqu’à la nuit tombée ;
  • Jour 2 : trajet vers l’Ogliastra en passant par l’intérieur des terres (cf. carte) puis baignades à proximité de la Spiaggia piccola Su Sirboni piscina et à La Spiaggetta ;
  • Jour 3 : balades à Sant'Elena, à Gairo Vecchio et à Osini Vechhio et baignades à la Spiaggia di Punta Su Mastixi et à la Spiaggia di Cea ;
  • Jour 4 : balade à Cardeddu et baignades à la Spiaggia di Coccorocci et dans des petites criques au milieu des rochers rouges (cf. carte) ;
  • Jour 5 : balade à Tortoli puis jusqu’au Faro di Capo Bellavista et baignades à la Spiaggia degli Scogli Rossi, et à la Spiaggia del Lido di Orrì ;
  • Jour 6 : balade jusqu’au Nuraghe Serbissi, visite de la Grotta Su Marmuri et baignade à la Spiaggia di Perd'e Pera;
  • Jour 7 : balade à Urzulei et Santa Maria Navarresepuis baignades à la Spiaggia di San Giovanni et à la Spiaggia di Santa Maria Navarrese ;
  • Jour 8 : balade à Bari Sardo et baignades à la Spiaggia di S'Abba e s'Ulimu et à la Spiaggia di Cea ;
  • Jour 9 : balades à Mamoiada et Fonni et baignades à la Spiaggia del Lido delle Rose, à la plage aux galets multicolores (cf. carte) et à la Spiaggia di Cala Ginepro ;
  • Jour 10 : visite du site de l’Area archeologica Bosco Selèni, repas à Lanusei avec vue, baignade à la Spiaggia di Foxi Lioni;
  • Jour 11 : baignade à la Spiaggia di Museddu, retour à Cagliari et baignade à la Spiaggia del Poetto ;
  • Jour 12 : balade à San Sperate puis à Cagliari et baignades à la « plage de La Paillote » et à la Spiaggia di Calamosca ;
  • Jour 13 : retour à Toulouse, hélas !

Épinglez-moi !

 

2 Replies to “Barbagia et Ogliastra : itinéraire et infos pour un séjour au cœur de la Sardaigne”

  1. superbe article qui confirme bien mon envie de découvrir la Sardaigne!

  2. Je ne connais pas du tout la Sardaigne, alors même si tu me parlais des coins touristiques, ça me dépayserait, mais c’est tellement plus agréable avec peu de monde ! Les plages sont très jolies, les petits villages très sympathiques et le relief très beau aussi, une région qui mériterait plus d’attention des guides touristiques (ou pas si on peut continuer d’y être tranquille ! :p) !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.