Ponts et merveilles de France #EnFranceAussi

Avec beaucoup de retard, cet article participe au rendez-vous #EnFranceAussi, créé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs. Ce mois-ci c'est Laurianne, du blog Un pied dans les nuages qui a choisi la thématique "Ponts". Comme toujours vous pouvez retrouver à la fin de cet article, la carte avec les articles des autres participants et les informations concernant le concours et le guide à gagner en ce mois de mai.

Bon, je suis donc très en retard pour cette édition du rendez-vous #EnFranceAussi mais j'ai une bonne excuse (ou du moins une pleine d'ironie) : avec tous les ponts du mois de mai (dont on profite pour vagabonder), je n'ai pas eu beaucoup de temps pour me poser et écrire sur les ponts (qu'on traverse) !

Et puis, j'avoue, que j'ai hésité pendant longtemps aussi sur la manière d'aborder ce thème, parce qu'en vrai, les ponts et moi, ce n'est pas toujours une grande histoire d'amour. Même si je trouve que ce sont des ouvrages remarquables la plupart du temps, ce sont aussi pour moi des édifices susceptibles de s'effondrer et de m'entraîner dans leur chute (car, oui, je suis sujette au vertige et à la création de scénarios catastrophes !) !

Mais j'ai finalement décidé de me lancer (pas dans le vide) et de vous parler de cinq ponts qui me tiennent à cœur ; cinq ponts remarquables, chacun à leur manière ; cinq ponts, singuliers, dont l'histoire (avec ou sans H majuscule) ou l'architecture me touchent.

Le Pont d'Entraygues-sur-Truyère, pont voûté du Moyen-Âge

Le pont d'Entraygues-sur-Truyère est un ouvrage qui date du 14e siècle. Sa construction a été autorisée par l'archevêque de Bourges, Jean de Sully, en 1269 et sa mise en service date, elle, de 1340. Un peu plus tard, en 1388, ce pont sera coupé pour protéger la ville des mercenaires (appelés à l'époque "les routiers") puis réparé et restauré, respectivement en 1524 et 1680. Il subit actuellement une nouvelle restauration qui sera complétée par une nouvelle mise en valeur grâce à la mise en place d'un éclairage dédié. Il est classé au titre des Monuments Historiques depuis le 16 septembre 1927. De style gothique, ce pont routier compte 4 arches dont les ouvertures vont de 12,70 à 16,75 mètres. Il mesure 3,55 mètres de large et ne permet donc pas aux voitures de se croiser dessus, la circulation sur ce pont se fait en sens unique.

Ce pont, je le connais depuis très longtemps puisque Entraygues ne se trouve qu'à quelques kilomètres du village où j'ai grandi ; ce pont et ses arches qui se reflètent dans l'eau, c'était un passage obligée pour les vacances à la mer et tout un tas d'autres balades familiales de mon enfance, une silhouette familière qui marquait le début du voyage et qui, aujourd'hui, marque la fin de celui depuis Toulouse pour rentrer dans le Cantal. Pour moi, c'est un véritable trait d'union entre le Cantal (même s'il est dans l'Aveyron) et le reste du monde, un magnifique trait d'union qui a traversé les âges et dont les pierres doivent renfermer bien des histoires !

Le Pont de Saint-Nazaire, plus long pont de France

Inauguré en 1975, le Pont de Saint-Nazaire est un pont à haubans (c'est-à-dire un pont dont la structure porteuse est suspendue par des câbles, eux-mêmes soutenus par des pylônes) qui permet de franchir l'estuaire de la Loire et de faire le lien entre les villes de Saint-Nazaire, au nord du fleuve, et Saint-Brévin-les-Pins, au sud. La partie qui comporte les haubans mesure 720 mètres et le pont dans son ensemble, avec les viaducs d'accès, mesure 3356 mètres, ce qui en fait le pont le plus long de France. C'est un pont routier qui compte trois voies de circulation, réparties différemment selon la circulation ou les besoins ponctuels.

Traverser ce pont monumental a longtemps représenté pour moi un véritable challenge à relever, dans mon esprit c'était 3356 mètres d'angoisse assurés (un peu comme la fois où j'ai traversé le Viaduc de Millau pour la première fois, en écrasant la main de la copine qui avait la chance de faire cette traversée avec moi dans la voiture !). Mais mon envie de le voir de plus près et surtout de dépasser cette peur irrationnelle a finalement été plus forte et on l'a emprunté une première fois pour rejoindre le sud, puis une autre fois en direction du nord, et puis plusieurs fois depuis. L'angoisse a laissé place (sauf les jours de tempêtes) à la fascination pour cet ouvrage imposant et impressionnant, pour les Chantiers de l'Atlantique que l'on découvre sous un jour nouveau depuis le pont, pour le spectacle des eaux de la Loire et celles de la mer qui s'entremêlent à ses pieds.

Le Pont de la Daurade à Toulouse, un vestige aux mille noms

J'adore ce petit bout de pont attaché à l'Hôtel Dieu et son histoire ; ce fragment de patrimoine toulousain caché aux yeux de tous car bien souvent on ne se rend pas vraiment compte qu'il est là, ou alors on n'imagine pas que c'était autrefois un pont. En effet, la partie qui subsiste peut aisément passer pour un élément à part entière de l'Hôtel Dieu plutôt qu'un pont qui reliait les deux rives de la Garonne avant même que le Pont-Neuf (l'actuel pont le plus vieux de Toulouse, malgré son nom) ne le fasse.

Et pourtant, le pont de la Daurade, qui mesurait 18 mètres de long et 7,5 mètres de large, reliait bien l'Hôtel Dieu au Quai de la Daurade. C'est le second pont bâti sur la Garonne au 12e siècle, le premier datait de l'époque gallo-romaine et du 1er siècle. Au cours de son histoire, il a subit de nombreuses modifications (d'architecture et de nom), les voûtes de brique du départ ont été remplacées par des tabliers de charpentes de bois pour faire face aux inondations ; puis, en 1480, il a finalement été couvert. Au 16e siècle, l'état du pont se détériore toujours avec les inondations, François 1er décide alors de construire un nouveau pont, le Pont-Neuf, achevé en 1632. Le pont couvert est abandonné aux eaux de la Garonne en 1639 et aujourd'hui seule une arche de ce pont est encore visible (elle est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1988) . Pendant longtemps, ce pont s'est appelé Pont-Neuf pour le distinguer du Pont de la reine Pédauque (appelé également Pont-vieux) qu'il remplaçait. Il a ensuite eu les noms de Pont couvert ou Pont de la Daurade, puis Pont suspendu et finalement Pont-Vieux, après la construction de l'actuel Pont-Neuf !

Le Pont de Bir-Hakeim, plus beau pont de Paris

Le Pont de Bir-Hakeim relie le quartier de la Muette dans le 16e arrondissement au quartier de Grenelle dans le 15e. La première version du pont, une passerelle métallique uniquement piétonnière, appelée "Passerelle de Passy" a été construite pour l'Exposition universelle de 1878. Par la suite, un concours est organisé et le pont reconstruit en 1905 par Daydé & Pillé dans sa configuration actuelle, il est alors renommé Pont de Passy. C'est en 1949 qu'il prend le nom de Bir-Hakeim en souvenir de la bataille du même nom. Il est inscrit au titre des Monuments Historiques depuis le 10 juillet 1986.

Pour moi, le Pont de Bir-Hakeim est le plus beau pont de Paris. Son architecture et chaque détail qui le compose sont remarquables, tant au niveau des piles du pont qu'au niveau du viaduc ferroviaire qui le coiffe ; et le tout donne un ensemble magnifique, envoûtant. Orné de plusieurs magnifiques groupes sculptés sur les piles du pont mais aussi sur l'arche centrale, ce pont est un régal pour les amateurs de sculptures (moi, moi, moi !). Les colonnades métalliques du viaduc ferroviaire offrent quant à elle une perspective captivante, un spectacle graphique et merveilleux pour qui prend le temps de le regarder. Ce n'est pas un hasard si ce pont est présent dans de nombreux films, clips musicaux, photographies artistiques, ce pont est une véritable oeuvre d'art, une merveille à contempler et immortaliser sous toutes les coutures. Et puis la vue sur la Tour Eiffel et Paris depuis ce pont est quand même magnifique elle aussi !

Le Pont de Tréboul dans le Cantal, pont historique caché sous l'eau

Comme le Pont d'Entraygues, le Pont de Tréboul permettait de traverser la Truyère et de relier les communes de Sainte-Marie et Lieutadès, toutes deux dans le Cantal. Érigé par les Anglais entre le 14e et le 15e siècle, c'est un pont en dos d'ânes qui compte deux arches, construit entièrement en pierres. Ce pont a été utilisé jusqu'en 1933 et remplacé à partir de 1934 par le nouveau pont, situé et suspendu juste au-dessus, en prévision de la mise en eau du lac de barrage. Il est inscrit au titre des Monuments Historiques depuis le 19 mai 1927.

J'ai vu ce pont pour la première fois en 2014, lors de la vidange du Barrage de Sarrans. Depuis, quand j'y pense, je me demande s'il est toujours dans le même état qu'il y a quatre ans, et, surtout, j'attends avec impatience la prochaine vidange du barrage (dans 40 ans !) pour aller le revoir !

Et vous, quels sont les ponts de France qui ont marqué votre esprit ? Quel est pour vous le plus beau pont en France ? Celui qui vous impressionne le plus ?

---

Découvrez les autres articles de cette édition du mois de mai :

Vous avez envie de gagner un guide Gallimard sur les "Les plus beaux week-ends plein sud" ? Rien de bien compliqué, il vous suffit de commenter cet article (ou tout autre article participant au rendez-vous) et la page Facebook du rendez-vous #EnFranceAussi et de croiser les doigts très fort pour être tiré(e) au sort !

Découvrez le règlement complet du concours sur le blog de Sylvie.

Et n'oubliez pas de suivre le rendez-vous #EnFranceAussi sur Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest et même Google + !

Épinglez-moi !

8 Replies to “Ponts et merveilles de France #EnFranceAussi”

  1. Je me souviendrai toujours du pont St Nazaire que j’avais traversé il y a quelques années, sa grandeur m’avait littéralement marquée ! A bientôt.

    1. C’est vraiment un pont impressionnant oui ! Même après plusieurs traversée, ça me fait toujours quelque chose quand on est dessus ! A bientôt 🙂

  2. je ne connaissais pas du tout l’histoire du petit bout de pont de la Daurade… je ne m’étais pas vraiment questionné à son sujet à vrai dire … mais il a une histoire super riche en fait !

    quel joli florilège en tout cas ^^

    1. Je sais pas trop s’il y a un panneau explicatif quelque part pour le Pont de la Daurade, j’avais lu son histoire sur Internet quand je bossais avec Dotr et elle m’est restée en tête depuis, tellement mouvementée et riche comme tu dis !

  3. Vagabonds inspires dit : Répondre

    Sympa ce petit article avec tous ces ponts ! Ça donne envie de tous les voir, même si il y en a un que je connais aussi très bien…
    Si je te dis que j’ai grandi à Espalion et que j’y habite de nouveau depuis plus d’un an, tu sauras sûrement duquel je parle ! 😊

    1. Espalion, c’est aussi la route des vacances (et maintenant du retour depuis Toulouse – tant qu’il n’y a pas le contournement) pour moi ! C’est une bien jolie ville où tu habites et il y a là-bas aussi un pont magnifique !

  4. Merci pour la découverte de ces ponts que je ne connaissais pas.
    A part celui de Paris 😉
    Celui de Toulouse, je l’ai certainement vu, mais pas de souvenirs.
    Par contre, celui du Cantal remue des souvenirs. Je crois bien y être passée !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.