Itiné(r)rances toulousaines [2]

Pour ce deuxième article de la série « Itinér(r)ances toulousaines » (si vous aviez manqué le premier, il est toujours temps de le lire), j’ai décidé de ressortir de vieilles photos (agrémentées de quelques-unes plus récentes pour les endroits qui ont trop changé où dont je n’avais pas pris de photos) d’une balade que j’avais faite au hasard pendant une matinée d’été en 2015.

Guidée par mon envie de découvrir la ville et la rive opposée de la Garonne que je connais finalement assez peu, cette balade m’avait donné l’occasion de découvrir quelques jolies pépites toulousaines ; cachées au fond des cours ou bien visibles, à condition de prendre le temps de regarder.

Après cette promenade, j’ai également appris l’histoire de certains lieux, de certains bâtiments en faisant quelques recherches sur mes trouvailles. C’est comme cela que j’ai notamment appris qu’il y avait une maison hantée en plein cœur de la ville et que le petit bout de pont rattaché à l’Hôtel Dieu, le Pont de la Daurade, avait une histoire riche en rebondissements.

Quelques informations pratiques sur la balade

Cette fois-ci il ne s’agit pas d’une boucle, même si vous pouvez toujours décider de relier la fin au début, puisque vous trouverez forcément de jolies choses au passage dans le Quartier des Carmes qui fait le lien entre les deux (notamment si vous suivez l’un ou l’autre des chemins à travers les Carmes, le Quai de Tounis ou la rue de la Dalbade, empruntés dans le premier article de cette série).

Cette balade, comme la précédente (et c’est le fruit du hasard) fait environ 5 kilomètres et peut donc se faire en un grosse heure (sans compter les arrêts photos, ravitaillement, pause bronzette dans le Jardin Raymond VI éventuels). Etant donné qu’une partie de l’itinéraire comprend la traversée d’un parc et surtout le passage par la Passerelle Viguerie, le faire en vélo impliquera de poser le pied à terre à certains moments. Faire cette balade avec une poussette est possible puisque des ascenseurs sont disponibles pour emprunter la Passerelle Viguerie.

La promenade comporte encore une fois très peu de dénivelé et alterne zones ombragées et zones ensoleillées. La première partie de l’itinéraire (jusqu’à la Place de la Patte d’Oie) se fait le long de voies de circulation assez fréquentées, le silence ne sera donc sûrement pas de mise mais la fin de l’itinéraire devrait être beaucoup plus calme.

La Fontaine Ariège-Garonne, une des plus belles fontaines de Toulouse

Les Allées Paul Feuga et la maison hantée de Toulouse

La « maison hantée de Toulouse », une bâtisse construite à la fin du 19e siècle par le peintre Henri Rachou
L’entrée de la maison hantée

Le Pont Saint-Michel et sa vue sur la ville rose

Cet endroit est actuellement en travaux, la photo n’est donc pas contractuelle, je retournerai faire une photo quand les travaux seront finis

Sur les Allées Charles de Fitte

La Place Intérieure Saint-Cyprien et son marché

La Rue de l’Ouest

La Place de la Patte d’Oie, fontaine graphique et église cachée

Si l’histoire de cette église singulière vous intéresse, vous pouvez lire cet article

Autour de la Place du Ravelin

Le Pont des Catalans

Le Jardin Raymond VI, écrin de verdure et d’art

Du Jardin au Raymond VI au Quai de l’Exil Républicain Espagnol, par la Passerelle de la Viguerie

NB : Le Quai de l’Exil Républicain Espagnol a récemment subi d’importants travaux, j’ai donc intégré dans cette partie des photos récentes (où la luminosité est très différente, ne soyez pas surpris) afin de coller à la réalité actuelle

Autour de l’Hôtel Dieu

J’espère que ce petit avant-goût de ce qui vous attend le long de cet itinéraire vous a donné envie de le suivre à votre tour, vous a fait découvrir des petits détails jusqu’alors inconnus, vous a donné envie de venir vous balader à Toulouse, quel que soit l’itinéraire que vous suivrez.

Voici le tracé de cette nouvelle balade, et maintenant belle promenade à vous !

Épinglez-moi !

2 Replies to “Itiné(r)rances toulousaines [2]”

    1. 😀 😀 😀 merci !

Laisser un commentaire